Conférence de presse du 31 octobre 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/10/31

Q : Le 28 octobre, la Chine a été élue, à la 71e Assemblée générale des Nations Unies, avec 180 voix, membre au Conseil des droits de l'homme pour la période 2017-2019. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Le 28 octobre, la Chine a été réélue, à la 71e Assemblée générale des Nations Unies, avec une majorité de 180 voix, membre au Conseil des droits de l'homme pour la période 2017-2019. C'est la 4e fois que la Chine siège au Conseil des droits de l'homme depuis la création de l'organisation.

La réélection avec succès de la Chine montre pleinement que la communauté internationale apprécie les progrès de la Chine dans le développement de la cause des droits de l'homme et sa participation active dans les échanges et coopération internationaux en la matière. Elle fournit également une plate-forme importante à la Chine pour un engagement en profondeur dans la coopération internationale dans ce domaine.

La Chine saisira l'opportunité ainsi offerte pour continuer, dans un esprit d'égalité, de confiance mutuelle, d'inclusivité, d'inspiration réciproque et de coopération gagnant-gagnant, à approfondir sa participation dans la gouvernance mondiale en matière de droits de l'homme sur tous les plans, à s'acquitter scrupuleusement de ses obligations internationales et à promouvoir activement les échanges et la coopération avec les autres pays afin d'apporter une plus grande contribution à la cause internationale des droits de l'homme.

Q : Selon des sources d'information, la garde-côtes chinoise autorise les pêcheurs philippins à pêcher dans la zone à proximité de Huangyan Dao. Quelles sont les conditions posées par la Chine aux Philippines à cet égard ? Les pêcheurs philippins sont autorisés à y pêcher tous les jours, toutes les semaines ou en permanence ?

R : La Chine a toujours exercé une juridiction normale sur Huangyan Dao. L'état des choses n'a pas changé et ne changera pas.

Actuellement, les relations sino-philippines ont connu une amélioration sur tous les plans, marquée par la visite en Chine du Président Rodrigo Duterte. Dans cette circonstance, la Chine, tenant compte de l'amitié entre les deux pays, a pris des dispositions appropriées en réponse aux questions que tient à cœur le Président Duterte.

Q : Veuillez nous parler de la visite de l'Envoyé spécial du gouvernement chinois pour la Syrie Xie Xiaoyan en Europe et en Russie. Quels sont les officiels qu'il a rencontrés pendant ce déplacement et quels sont les consensus dégagés entre eux sur la question syrienne ?

R : Du 17 au 28 octobre, l'Envoyé spécial du gouvernement chinois pour la Syrie Xie Xiaoyan a visité le Royaume-Uni, la France, l'Union européenne, l'Allemagne et la Russie et a rencontré respectivement Tobias Ellwood, Secrétaire d'État britannique aux Affaires étrangères en charge du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord, Tim Barrow, Directeur des Affaires politiques au Ministère britannique des Affaires étrangères, Jérôme Bonnafont, Directeur d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient au Ministère français des Affaires étrangères, Franck Gellet, Ambassadeur de France pour la Syrie, Helga Schmid, Secrétaire générale du service européen pour l'action extérieure (SEAE) de l'UE, Jean-Christophe Belliard, Secrétaire général adjoint du SEAE, Sabine Sparwasser, Directrice générale du Département des Affaires politiques relevant du Ministère allemand des Affaires étrangères, et Sergey Vershinin, Directeur du Département du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord au Ministère russe des Affaires étrangères. Par ailleurs, M. Xie a également eu des entretiens avec d'anciens hommes politiques des pays concernés et des savants de tink-tanks, ainsi que des contacts avec des personnalités de l'opposition syrienne et des représentants du gouvernement syrien respectivement à Paris et à Moscou.

Durant ces rencontres, M. Xie a échangé des points de vue avec les parties concernées sur les derniers développements de la situation en Syrie et a exposé la position de principe de la Chine sur la question syrienne, soulignant que la question syrienne ne peut être résolue que par voie politique, que la communauté internationale doit rester solidaire, renforcer la communication, rechercher un terrain d'entente par-delà les divergences, soutenir le rôle du canal principal des Nations Unies dans la médiation afin de déployer ensemble des efforts pour promouvoir une solution politique de la question syrienne.

Q : Veuillez nous donner un aperçu de la visite en Chine du Premier Ministre malaisien Najib Razak.

R : Sur l'invitation du Premier Ministre du Conseil des Affaires d'État Li Keqiang, le Premier Ministre malaisien Najib Razak sera en visite en Chine du 31 octobre au 6 novembre. Durant sa visite, il aura des rencontres et entretiens avec le Président Xi Jinping, le Premier Ministre Li Keqiang et le Président du Comité permanent de l'APN Zhang Dejiang. Les dirigeants des deux pays auront des échanges de vue approfondis sur les relations sino-malaisiennes et les questions d'intérêt commun et assisteront à la cérémonie de signature des accords de coopération bilatérale.

Le Premier Ministre Najib Razak a effectué plusieurs visites en Chine. Il s'agit là de son troisième déplacement en Chine en tant que Premier Ministre de Malaisie. Les deux parties y accordent toutes une haute importance. Nous sommes convaincus que cette visite permettra de renforcer davantage la confiance stratégique mutuelle, d'approfondir l'amitié sino-malaisienne et de porter le partenariat stratégique global entre les deux pays à un nouveau palier.

Q : Durant cette visite, quels accords seront signés entre les deux parties ?

R : Le Premier Ministre Najib Razak et les dirigeants chinois auront des rencontres et des entretiens et assisteront à la cérémonie de signature des accords de coopération bilatérale. Concernant les accords à signer, je ne dispose pas d'information à vous fournir pour le moment. Mais je voudrais souligner que la Malaisie est un important partenaire de la Chine parmi ses pays voisins. Ces dernières années, les relations sino-malaisiennes maintiennent un bon élan de développement marqué par une coopération pragmatique bilatérale fructueuse dans les domaines de l'économie, du commerce, des investissements et de la finance, et un approfondissement continu des échanges culturels. J'ai la certitude que les accords à signer couvriront tous les domaines de la coopération entre la Chine et la Malaisie.

Q : Veuillez nous présenter la visite en Chine du Secrétaire d'État adjoint américain Antony Blinken pour le Dialogue stratégique Chine-États-Unis sur la sécurité. Par ailleurs, y a-t-il des progrès dans les discussions au Conseil de Sécurité sur l'exportation de charbon par la RPDC ?

R : Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a rencontré le Secrétaire d'État adjoint américain Antony Blinken, venu en Chine pour le Dialogue stratégique Chine-États-Unis sur la sécurité. Nous avons déjà publié les informations concernées.

Le Ministre Wang Yi se félicite d'accueillir le Secrétaire d'État adjoint américain Antony Blinken en Chine à la veille des élections présidentielles américaines. Selon M. Wang, le Président Xi Jinping et le Président Barak Obama ont eu un entretien réussi au bord du Lac de l'Ouest, le mois dernier, en marge du Sommet du G20 à Hangzhou. Le plus important consensus dégagé au cours de leur entretien, c'est d'attacher un grand prix aux acquis obtenus dans les relations entre les deux pays pendant les huit dernières années, de poursuivre le dialogue stratégique, d'approfondir la coopération mutuellement avantageuse, de gérer les différends dans une optique constructive pour laisser à la nouvelle administration américaine une relation sino-américaine saine et stable. La Chine entend travailler ensemble avec les États-Unis à mettre scrupuleusement en œuvre ce consensus important, à insuffler plus d'énergie positive aux relations sino-américaines pour qu'elles continuent à se développer sur la bonne voie de la construction des relations entre grands pays de type nouveau.

Selon M. Antony Blinken, la partie américaine estime aussi que la rencontre entre les deux Chefs d'État à Hangzhou a été très fructueuse. Le Président Barak Obama souhaite rencontrer de nouveau le Président Xi Jinping en marge de la réunion informelle de l'APEC prévue à Lima en novembre. La partie américaine entend conjuguer ses efforts avec la partie chinoise pour faire progresser davantage les relations sino-américaines et jeter une base solide pour un développement continu des relations bilatérales après la formation de la nouvelle administration américaine.

Les deux parties ont également échangé leurs vues sur la question nucléaire de la Péninsule coréenne et d'autres questions internationales et régionales d'intérêt commun.

Concernant le débat du Conseil de Sécurité sur la résolution concernant la RPDC, nous avons présenté à maintes reprises la position de la Chine à ce sujet. La Chine s'en tient toujours à la dénucléarisation de la Péninsule coréenne, à la paix et à la stabilité dans la péninsule ainsi qu'au règlement des problèmes par voie de dialogue, cela est dans les intérêts de toutes les parties. Nous estimons que les actions du Conseil de Sécurité doivent contribuer à la réalisation de ces objectifs sans nuire à la coopération et aux échanges économiques et commerciaux normaux entre les différentes parties et la RPDC. La Chine reste en étroite communication avec les autres membres du Conseil de Sécurité dans une attitude responsable et constructive.

Q : Le 29 octobre, le Premier Ministre espagnol par intérim Mariano Rajoy a remporté le vote de confiance au parlement. Il sera reconduit dans ses fonctions et le Parti populaire auquel il appartient formera un gouvernement minoritaire. Selon des sources d'information, l'Espagne pourra ainsi mettre fin à l'impasse politique ayant duré dix mois. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : La Chine exprime ses félicitations au Premier Ministre Mariano Rajoy pour sa réélection et souhaite voir la stabilité politique, le développement économique et la vie heureuse de la population en Espagne. La Chine attache une haute importance à ses relations avec l'Espagne et entend travailler ensemble avec le nouveau gouvernement espagnol pour renforcer davantage la confiance politique mutuelle, élargir la coopération pragmatique dans les différents domaines et faire en sorte que le partenariat stratégique global sino-espagnol progresse sans discontinuer.

Q : Dans un article publié dans un journal allemand, le Vice-Chancelier allemand Sigmar Gabriel a déclaré que la Chine rachète des entreprises allemandes et y investit dans le but de s'acquérir des technologies clés d'importance stratégique alors que les investissements directs de pays européens en Chine se heurtent à des obstacles. Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous avons noté les informations concernées de la presse allemande. Je voudrais souligner que la Chine et l'Europe se trouvent à des stades de développement différents avec des modes de développement et de gestion également différents. Cependant, la Chine œuvre toujours à élargir sans cesse l'ouverture sur l'extérieur. Notre politique qui consiste à saluer et à attirer les investissements étrangers en Chine n'a pas changé et nous sommes prêts à créer pour les investisseurs chinois et étrangers, y compris les entreprises allemandes, un environnement favorable aux investissements marqué par l'impartialité, l'ouverture et la transparence. Dans le même temps, nous encourageons les entreprises chinoises à mener la coopération internationale dans le domaine des investissements dans un esprit de bénéfices réciproques et de coopération gagnant-gagnant en conformité avec la loi du marché et les règles internationales en usage et dans le respect des lois et règlements locaux.

Suggest To A Friend
  Print