Conférence de presse du 15 décembre 2016 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2016/12/15

Q : Selon des images satellites rendues publiques par un think tank américain, la Chine a déployé des armes sur sept îles en Mer de Chine méridionale, pourriez-vous le confirmer ? Quel en est l’objectif ?

R : J’ai noté les reportages concernés. Je ne dispose pas d’informations là-dessus.

Je voudrais réaffirmer que les Nanhai Zhudao font partie intégrante du territoire chinois. Il est totalement normal que la Chine développe des travaux de construction et déploie les infrastructures de défense nationale nécessaires sur son propre territoire. C’est un droit légitime dont jouit un pays souverain au regard du droit international.

Q : La Chine affirme qu’elle n’a pas effectué d’activités de « militarisation » sur des îles en Mer de Chine méridionale, alors pourquoi a-t-elle déployé des armes de défense aérienne et antimissile ?

R : Comme je l’ai indiqué tout à l’heure, je ne dispose pas d’informations sur ce que dit le think tank concerné. Et je ne sais non plus si ces installations existent comme il a dit. Mais c’est une question relevant de la souveraineté de la Chine. Le déploiement par la Chine des infrastructures de défense nationale nécessaires sur son propre territoire n’a rien à voir avec la soi-disant « militarisation ».

Q : La Chine restera-t-elle fidèle à ses engagements de ne pas militariser les îles et atolls en Mer de Chine méridionale ? La position chinoise a-t-elle changé ?

R : La Chine travaille, ensemble avec les pays concernés de l’ASEAN, à préserver la paix et la stabilité dans la région de la Mer de Chine méridionale. Ces derniers temps, grâce à leurs efforts conjoints, la situation dans ces eaux se stabilise et évolue dans la bonne direction. Nous espérons que le pays concerné respectera les efforts de la Chine et des pays de l’ASEAN et œuvrera à favoriser l’évolution positive de la situation en Mer de Chine méridionale.

Si les travaux de construction normaux et le déploiement des infrastructures de défense nationale nécessaires sur son propre territoire sont des gestes de « militarisation », que dites-vous de l’envoi de flottes militaires en Mer de Chine méridionale ?

Q : Le Président russe Vladimir Poutine commence aujourd’hui sa visite au Japon. Quel est votre commentaire là-dessus ?

R : La Russie et le Japon sont tous voisins de la Chine et pays importants en Asie-Pacifique. Notre position de principe, c’est que nous nous réjouissons de voir ces deux pays développer des relations d’amitié et de coopération normales dans le respect mutuel et sur un pieds d’égalité. Ces relations doivent contribuer à la paix et à la stabilité dans la région.

Q : Des ONG étrangères se sont dites prêtes à quitter la Chine de crainte de ne pas pouvoir remplir, selon le calendrier imposé, les conditions requises de la Loi sur la régulation des activités des ONG étrangères sur le territoire chinois. Quel est votre commentaire à cet égard ?

R : L’objectif de la Loi sur la régulation des activités des ONG étrangères sur le territoire chinois est de garantir, en vertu de la loi, les droits et intérêts légitimes des ONG étrangères dans leurs activités en Chine, et d’assurer qu’elles puissent mieux s’intégrer dans le processus du développement économique et social de la Chine. Au cours de l’élaboration de cette loi, les organes législatifs chinois ont écouté les avis des différents milieux chinois et étrangers et adopté des propositions judicieuses.

Vous avez peut-être noté que le Ministère chinois de la Sécurité publique avait publié le 28 novembre dernier le Guide sur l’enregistrement des établissements de représentation des ONG étrangères et de leurs activités temporaires, dans le but de faciliter l’enregistrement des établissements de représentation des ONG étrangères et de leurs activités temporaires en Chine. Pour en savoir plus, les établissements et organisations concernés pourront le consulter sur le site web du Ministère chinois de la Sécurité publique.

Q : Le Commandant du Pacifique des États-Unis a dit que les États-Unis étaient prêts à affronter la Chine en Mer de Chine méridionale si nécessaire. Comment y réagissez-vous ?

R : J’ai déjà répondu à cette question hier. Grâce aux efforts conjoints de la Chine et des pays de l’ASEAN, la situation en Mer de Chine méridionale évolue dans la bonne direction. Nous espérons que les parties concernées, notamment les pays hors région, reconnaîtront cette réalité, respecteront les efforts de la Chine et des pays de l’ASEAN et travailleront à préserver et à consolider l’évolution positive de la situation en Mer de Chine méridionale. Nous espérons également que les États-Unis resteront fidèles à leurs engagements de ne pas prendre parti sur les différends de souveraineté en Mer de Chine méridionale.

Q : Les relations commerciales sino-allemandes ont été tendues au cours des derniers mois. L’Allemagne craint que la Chine n’adopte des mesures protectionnistes vis-à-vis des entreprises allemandes et la Chine estime que des entreprises chinoises ont subi des traitements injustes dans leurs opérations d’acquisition en Allemagne. La Chine est-elle préoccupée par l’intervention du gouvernement allemand dans les opérations d’acquisition concernées ?

R : Nous avons répondu à plusieurs fois à des questions similaires. Les échanges économiques et commerciaux entre la Chine et l’Allemagne, y compris la coopération en matière d’investissement, se développent selon le principe du bénéfice mutuel et du gagnant-gagnant et ont apporté des bénéfices tangibles et à la Chine et à l’Allemagne. Nous encourageons depuis toujours les entreprises chinoises à investir et à développer les affaires en Allemagne dans le respect des règles du marché et de la loi et des règlements allemands. Nous espérons également que l’Allemagne pourra créer un environnement d’affaires équitable et favorable pour les entreprises chinoises.

Q : Hier, le Ministre français des Affaires étrangères a dit que les propos du président américain élu Donald Trump sur la question de Taiwan n’étaient pas sages. En êtes-vous d’accord ?

R : Nous apprécions la réaffirmation par des pays de leur attachement au principe d’une seule Chine. Je tiens à réitérer qu’il n’y a qu’une seule Chine dans le monde, que Taiwan fait partie intégrante du territoire chinois et que le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légitime qui représente la Chine. L’attachement au principe d’une seule Chine est la condition préalable et la base pour nous quand nous développons des relations d’amitié et de coopération avec les différents pays du monde.

Suggest To A Friend
  Print