Conférence de presse du 29 décembre 2016 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2016/12/29

Q : La Ministre japonaise de la Défense Tomomi Inada a visité ce matin le Sanctuaire Yasukuni, alors qu’hier, elle avait accompagné le Premier Ministre Shinzo Abé lors d’une visite à Pearl Harbor où le dirigeant japonais avait souligné la « réconciliation » et la « tolérance ». Quels sont vos commentaires là-dessus ?

R : Nous nous opposons fermement à la visite au Sanctuaire Yasukuni de la Ministre japonaise de la Défense Tomomi Inada. Nous ferons des représentations solennelles auprès de la partie japonaise.

Tomomi Inada est membre important du Cabinet japonais, et elle était hier à Pearl Harbor avec le Premier Ministre japonais Shinzo Abé qui a beaucoup parlé de la « réconciliation » et de la « tolérance ». Alors que ces paroles résonnent encore à nos oreilles, elle s’est rendue aujourd’hui au Sanctuaire Yasukuni où sont honorés des criminels de guerre de classe A de la Seconde Guerre mondiale pour embellir l’histoire d’agression du Japon. Cela illustre encore une fois la conception obstinée et erronée de l’histoire que se font certains Japonais et c’est ironique d’autant plus que cette visite s’est faite juste après le soi-disant « voyage de réconciliation » à Pearl Harbor, ce qui ne peut qu’éveiller une plus grande vigilance à l’égard des actes et des intentions du Japon.

L’homme sans crédibilité ne peut pas tenir sa place en société et le pays sans crédibilité est voué au déclin. Nous exhortons une fois de plus le dirigeant japonais à écouter attentivement l’appel à la justice au sein du Japon et de la communauté internationale, à regarder en face le passé d’agression du Japon et à s’en repentir profondément, à observer ses déclarations et à honorer ses engagements, et à traiter adéquatement les questions concernées dans une attitude responsable à l’égard de l’histoire et de l’avenir.

Q : Selon The Manila Times, l’ancien Ambassadeur des États-Unis aux Philippines Philip Goldberg a rédigé un rapport pour le Département d’État américain comprenant un « plan » visant à saboter, même à renverser le pouvoir du Président Rodrigo Duterte. Quels sont vos commentaires sur ce sujet ?

R : Nous avons noté les informations concernées. Nous ne faisons pas de commentaires là-dessus.

M. Rodrigo Duterte a été élu 16e Président des Philippines en mai dernier. Depuis sa prise de fonctions, le Président Rodrigo Duterte a œuvré énergiquement à faire avancer les réformes sociales, à développer l’économie, à lutter contre la criminalité, et à améliorer le bien-être de la population. Il a acquéri une grande popularité, ce qui démontre pleinement que les politiques qu’il a adoptées sont dans l’intérêt du pays et du peuple, et sont soutenues par les Philippins. Pays voisin et ami des Philippines, la Chine soutient le Président Rodrigo Duterte dans ses efforts de gouverner le pays, et entend continuer à approfondir la coopération sino-philippine mutuellement avantageuse pour accompagner les Philippines dans la réalisation d’un développement accéléré. Nous sommes convaincus que sous la direction du Président Rodrigo Duterte, les Philippines connaîtront un plus grand développement et la prospérité.

Q : Selon des médias étrangers, le Zimbabwe a offert des bébés éléphants, des lions et d’autres animaux sauvages à un parc zoologique chinois pour rembourser l’achat d’uniformes militaires pour la RDC. En êtes-vous au courant ?

R : Nous avons noté les informations concernées. À ma connaissance, des parcs zoologiques à Shanghai, à Beijing et à Hangzhou ont importé récemment 35 éléphants d’Afrique par le biais des autorités compétentes zimbabwéennes. La somme d’argent reçue par la partie zimbabwéenne sera utilisée pour la protection des animaux sauvages au Zimbabwe. Avant d’expédier les éléphants, les autorités compétentes, des experts en animaux sauvages et des groupes de protection des animaux sauvages zimbabwéens ont évalué sur place les parcs zoologiques chinois concernés et la situation des éléphants d’Afrique en Chine.

J’aimerais souligner qu’il s’agit d’un acte commercial normal conforme aux conventions internationales et aux lois chinoises et zimbabwéennes pertinentes, et qu’il n’implique aucun autre pays ou personne. Les informations publiées par certains médias sont sans fondement et ont des arrière-pensées. C’est une pratique courante internationale que les zoos importent des animaux sauvages de l’étranger. Les parcs zoologiques chinois concernés ont réuni des conditions techniques requises au niveau international pour bien prendre soin des éléphants d’Afrique, et pourront favoriser la sensibilisation à la protection des éléphants d’Afrique. Selon les lois scientifiques en matière de protection et de commerce des animaux sauvages, un commerce approprié permettra de lever plus de fonds et de mieux soutenir la préservation des éléphants d’Afrique sauvages et de leurs habitats.

Q : Selon les autorités des affaires extérieures de Taiwan, Tsai Ing-wen fera un « passage » aux États-Unis au cours de son déplacement pour l’Amérique latine. Quels sont vos commentaires là–dessus ?

R : Le principe d’une seule Chine est un consensus universellement reconnu par la communauté internationale, et aussi un principe constant régissant les échanges de Taiwan avec l’extérieur. Nous espérons que certain pays traitera prudemment les questions liées à Taiwan. Quant à l’éventuel « passage » de la dirigeante de Taiwan aux États-Unis, je pense que son intention réelle est connue de tous. Nous espérons que la partie américaine observera scrupuleusement la politique d’une seule Chine et les principes énoncés dans les trois communiqués conjoints sino-américains, n’autorisera pas ce « passage », s’abstiendra d’envoyer tout signal erroné aux forces sécessionnistes de Taiwan, et préservera par des actions concrètes l’intérêt général des relations sino-américaines ainsi que la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan.

Suggest To A Friend
  Print