Conférence de presse du 23 janvier 2017 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2017/01/23

Q : Selon des sources d’information, l’ancien président gambien Yahya Jammeh est arrivé en Guinée équatoriale. L’ONU, l’UA et la CEDEAO ont publié une déclaration dans laquelle elles se sont engagées à collaborer avec le nouveau président gambien Adama Barrow. Les troupes ouest-africaines sont entrées sur le territoire gambien pour assurer le retour en Gambie et la prise de fonctions du président Adama Barrow en toute sécurité. Quels sont vos commentaires sur la situation actuelle en Gambie ?

R : Nous nous réjouissons de voir que grâce aux efforts communs de la CEDEAO, de l’UA et de la communauté internationale, la crise gambienne a trouvé une solution pacifique. La Chine le salue et espère que sous la conduite du Président Adama Barrow, les différentes parties concernées en Gambie pourront donner la priorité aux intérêts du pays et du peuple, préserver ensemble la paix et la stabilité du pays et œuvrer au développement et au redressement de la Gambie.

Q : Premièrement, le nouveau Président américain Donald Trump a prononcé vendredi dernier son discours d’investiture, dans lequel il a mentionné plusieurs fois son credo « l’Amérique d’abord », une idée qui pourrait, selon certains, avoir des impacts sur les relations internationales dont la relation sino-américaine. Quels sont vos commentaires sur ce discours d’investiture ? Quels en seront les impacts sur la Chine ? Deuxièmement, certains médias ont remarqué que dimanche dernier, le Quotidien du Peuple avait consacré une page entière à parler des maux et des crises du capitalisme. Des observateurs en font le lien avec l’investiture de Donald Trump et y voient un message de la part de la Chine pour démontrer la supériorité du système chinois notamment dans le contexte de l’élection de Donald Trump et des crises touchant l’Occident. Comment réagissez-vous ?

R : J’ai noté que le Président Donald Trump avait plutôt parlé de la politique intérieure dans son discours d’investiture. Vous feriez mieux de poser la question aux Américains pour connaître leurs commentaires.

Pour ce qui nous concerne, nous préconisons la construction d’une communauté de destin pour l’humanité. À l’ère de la mondialisation, les différents pays ont des intérêts hautement convergents et sont interdépendants, aucun pays ne peut faire cavalier seul. La Chine entend travailler la main dans la main avec toutes les parties pour prendre ensemble les responsabilités, surmonter les difficultés dans la solidarité et contribuer au règlement des problèmes, au développement partagé et à la prospérité commune dans le monde.

Quant à la question de savoir si la politique de la nouvelle administration américaine aura des impacts sur la Chine, je suppose que vous vouliez parler des politiques intérieure et étrangère de la Chine. La Chine continuera à appliquer des politiques intérieure et étrangère adaptées aux réalités nationales.

Je n’ai pas à commenter l’article concerné du Quotidien du Peuple et les commentaires y relatifs.

Q : La politique de « l’Amérique d’abord » prônée par le Président Donald Trump va-t-elle déclencher une guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis ? La Chine a-t-elle prévu une réponse à ce scénario ?

R : J’ai déjà donné mon commentaire sur le discours d’investiture du Président Donald Trump en répondant tout à l’heure à la question de CNN.

Sur la question des relations économiques et commerciales entre la Chine et les États-Unis, elles sont par nature mutuellement avantageuses. Depuis plus de 40 ans, la coopération économique et commerciale entre les deux pays s’est développée à partir de zéro et est marquée désormais par l’interpénétration des intérêts. Selon le rapport du Conseil d’affaires États-Unis-Chine (US-China Business Council), en 2015, le commerce bilatéral et l’investissement mutuel entre les deux pays ont créé environ 2,6 millions d’emplois pour les États-Unis, et contribué 216 milliards de dollars US à la croissance américaine, soit 1,2% du PIB américain. Ce Conseil estime également que le commerce sino-américain a créé des emplois aux États-Unis et contribué à l’amélioration du niveau de vie des Américains et au maintien de la place privilégiée qu’occupent les États-Unis dans la chaîne industrielle mondiale. Il appelle ainsi la nouvelle administration américaine à renforcer les liens économiques et commerciaux avec la Chine. La guerre commerciale et la confrontation ne donnent aucun gagnant, bien au contraire, elles sont nuisibles pour toutes les deux parties avec des répercussions négatives sur d’autres parties.

La Chine et les États-Unis doivent travailler à élargir leur coopération pragmatique dans les domaines économique et commercial, à créer un climat commercial équitable sur la base du respect mutuel, de l’égalité et du bénéfice réciproque et à gérer adéquatement les frictions commerciales, de manière à assurer un développement sain, régulier et durable des relations économiques et commerciales sino-américaines.

Q : Premièrement, selon des reportages, une délégation du gouvernement philippin est venue en visite en Chine et a signé 30 accords de coopération avec la partie chinoise. Pourriez-vous nous donner des informations là-dessus ? Les deux parties vont-elles aborder la question de la Mer de Chine méridionale ? Deuxièmement, quand est-ce que les dirigeants chinois et américain vont se rencontrer ? Avez-vous un calendrier ? Envisagez-vous d’envoyer un représentant ou un envoyé spécial pour parler avec la nouvelle administration américaine ?

R : Sur votre première question, en octobre dernier, le Président philippin Rodrigo Duterte a effectué une visite réussie en Chine, permettant une amélioration globale des relations sino-philippines et ouvrant une nouvelle étape dans la coopération bilatérale. Récemment, une délégation composée de plusieurs ministres philippins est venue en Chine pour discuter de la coopération pragmatique dans les domaines de l’économie, du commerce, des infrastructures et de l’énergie, ce qui traduit pleinement le renforcement continu de la confiance mutuelle et l’approfondissement de la coopération entre les deux pays. La Chine appuie les efforts du Président Rodrigo Duterte qui conduit le peuple philippin sur la voie de l’édification nationale et du développement économique, et elle entend accompagner et soutenir activement le développement socioéconomique des Philippines, et développer une coopération pragmatique sur tous les plans avec elles afin de réaliser le développement partagé. Quant aux détails sur les projets de coopération, veuillez vous renseigner auprès des départements chinois compétents.

Sur votre deuxième question, le maintien des échanges de haut niveau entre la Chine et les États-Unis revêt une importance majeure pour le développement sain et régulier des relations entre les deux pays. Je n’ai pas d’information plus précise à vous donner.

Q : Les deux parties vont-elles aborder la question de la Mer de Chine méridionale ?

R : Comme je l’ai dit tout à l’heure, la visite en Chine de la délégation ministérielle a pour objectif principal de discuter de la coopération pragmatique sino-philippine dans les domaines de l’économie, du commerce, des infrastructures et de l’énergie.

Quant à la question de la Mer de Chine méridionale, récemment, le Vice-Ministre des Affaires étrangères Liu Zhenmin a abordé cette question lors des consultations diplomatiques Chine-Philippines tenues aux Philippines, et les deux parties sont parvenues à un large consensus. Les informations concernées ont déjà été communiquées et abordées ici dans cette enceinte.

Q : Avez-vous eu des contacts avec l’équipe du Président Donald Trump pour que les dirigeants chinois et américain se rencontrent dans les semaines ou les mois à venir ?

R : Comme je l’ai dit tout à l’heure, le maintien des échanges de haut niveau entre la Chine et les États-Unis revêt une importance majeure pour le développement sain et régulier des relations entre les deux pays. Je ne dispose pas d’information plus précise. Nous avons dit que la Chine restait en contact et en communication avec l’équipe du Président Donald Trump depuis son élection.

Q : Selon des sources d’information, le Président du Groupe japonais APA Toshio Motoya a déclaré qu’il ne retirerait pas les livres de droite de ses hôtels, prétendant que l’on oublierait dans quelques mois ce qui se passe actuellement. Le Ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida a également dit qu’il ne serait pas avisé d’avoir les yeux rivés sur une seule période de l’histoire deux fois millénaire des relations sino-japonaises. Comment réagissez-vous ?

R : J’ai exposé la position de la Chine sur la question des hôtels APA la semaine dernière. Je réitère le message : oublier l’Histoire, c’est trahir, et nier les crimes commis, c’est récidiver. Plus cette minorité de Japonais s’empresse de « balayer » les crimes historiques, plus les souvenirs sur ce passé sont ranimés. Les agissements rétrogrades de ces personnes ont déjà provoqué de vives indignations du peuple chinois.

Le gouvernement japonais ne peut pas se dérober à ses responsabilités sous le couvert de la soi-disant « liberté d’expression », et encore moins peut-il induire la population en erreur en prétendant que l’on a « les yeux rivés sur l’histoire ». Nous exhortons la partie japonaise à reconnaître la gravité de cette question, à assumer effectivement ses responsabilités, et à traiter adéquatement les questions concernées afin d’éviter de nouvelles perturbations pour les relations sino-japonaises.

Q : Selon des sources d’information, le Président Xi Jinping a envoyé un message de félicitations au Président américain Donald Trump. Pourriez-vous nous dévoiler le contenu de ce message ?

R : Le Président Xi Jinping a envoyé un message de félicitations au Président Donald Trump pour sa prise de fonctions officielle en tant que Président des États-Unis.

Q : Hier, dans une interview accordée à la presse espagnole, le Pape François s’est dit prêt à se rendre en visite en Chine si l’invitation lui est adressée. Entendez-vous l’inviter en Chine ?

R : La position de la Chine sur ses relations avec le Vatican est constante et claire. La Chine est sincère sur la question de l’amélioration de ses relations avec le Vatican et a travaillé inlassablement dans ce sens. Les deux parties disposent de canaux de contact et de dialogue fluides et effectifs. Nous entendons travailler dans la même direction avec le Vatican pour faire progresser sans cesse le dialogue constructif et le processus d’amélioration des relations bilatérales.

Q : Qu’attendez-vous des relations sino-américaines après l’investiture du Président Donald Trump ? Quelles sont vos requêtes et attentes vis-à-vis de la nouvelle administration américaine sur la question liée à Taiwan et les questions territoriales, y compris la question de la Mer de Chine méridionale ?

R : L’Histoire et les faits ont montré qu’un développement sain et régulier des relations entre la Chine et les États-Unis correspondait aux intérêts fondamentaux des deux pays et des deux peuples et profitait aussi à la paix, à la stabilité et au développement en Asie-Pacifique et dans le monde. En dépit de certaines divergences, la Chine et les États-Unis ont de vastes intérêts communs importants. Il incombe aux deux parties de respecter les intérêts vitaux et les préoccupations majeures de part et d’autre et de traiter et gérer leurs divergences de manière constructive pour ne pas compromettre l’intérêt général de leurs relations bilatérales. Nous entendons travailler de concert avec la nouvelle administration américaine pour poursuivre les principes de non-conflit, de non-confrontation, de respect mutuel et de coopération gagnant-gagnant et faire avancer les relations sino-américaines de manière saine et régulière.

Sur la question territoriale que vous évoquiez, je suppose que vous connaissez tous très bien la position ferme de la Chine sur les questions touchant à sa souveraineté et à son territoire. Nous espérons travailler ensemble avec la partie américaine pour traiter et gérer les divergences de manière constructive en respectant les intérêts vitaux et les préoccupations majeures de part et d’autre, de manière à éviter toute perturbation pour l’intérêt général des relations bilatérales.

Au sujet de Taiwan, je tiens à souligner que le principe d’une seule Chine constitue la base politique du développement des relations sino-américaines. Toute administration américaine a l’obligation d’honorer les engagements clairs faits par les administrations successives, du Parti démocrate ou du Parti républicain, de poursuivre la politique d’une seule Chine et les principes énoncés dans les trois communiqués conjoints sino-américains, et de limiter strictement les rapports avec Taiwan dans un cadre non officiel.

Q : Vu que le Président Donald Trump a contesté le changement climatique, est-il encore possible, d’après vous, de coopérer avec les États-Unis sur ce dossier ?

R : Nous avons noté les ajustements de la politique énergétique nationale des États-Unis dans la déclaration de la Maison blanche. Je n’ai pas à commenter là-dessus.

Sur la question du changement climatique, j’aimerais rappeler que le changement climatique est un défi commun à toute l’humanité. L’Accord de Paris, chèrement acquis, a posé un jalon dans le processus de la gouvernance climatique mondiale en rassemblant le plus large consensus de la communauté internationale et en définissant le cap général du développement vert et décarboné. Tous les pays doivent aller dans le sens correspondant au courant de leur époque, saisir les opportunités, agir activement et promouvoir ensemble la mise en œuvre de l’Accord pour assurer un meilleur avenir aux générations futures. La Chine appliquera inébranlablement les politiques et actions nationales pour lutter contre le changement climatique et travaillera à promouvoir les processus multilatéraux et la coopération internationale en la matière. Nous entendons continuer à développer le dialogue et la coopération pragmatique avec les différentes parties, y compris la nouvelle administration américaine, sur le changement climatique.

Suggest To A Friend
  Print