Conférence de presse du 22 février 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019/02/22

Q : Selon des informations, deux sœurs saoudiennes se trouvent à Hong Kong et demandent l'asile. Leur avocat a déclaré qu'elles ont été emmenées de l'aéroport de Hong Kong parce que leurs familles ne veulent pas qu'elles s'enfuient en Australie. Hong Kong fait partie de la Chine et le gouvernement central chinois est chargé des affaires extérieures de Hong Kong. Pouvez-vous nous dire si le gouvernement chinois a eu une communication avec le gouvernement saoudien à propos de cette affaire ?

R : Vous avez fait une description très exacte de la relation entre le gouvernement central et la Région administrative spéciale de Hong Kong. (Le journaliste a ri.)

Mais malheureusement, je ne suis pas au courant de ce que vous avez dit.

Q : Il est rapporté que le 23 février, les États-Unis auraient recours à tous les moyens pour aider l'opposition vénézuélienne à livrer des matériels d'« assistance humanitaire » au Venezuela. Certains analystes estiment que cette initiative a pour but de créer des conflits et de trouver des prétextes à une intervention militaire.

R : Nous avons noté que le gouvernement vénézuélien a fait preuve de calme et de retenue ces derniers temps, qu'il a fait de son mieux pour maintenir la paix et la stabilité dans le pays et éviter efficacement des conflits sanglants de grande envergure. Si les matériels de la soi-disant « assistance humanitaire » sont introduits de force au Venezuela, des affrontements violents pourront être déclenchés, ce qui aura des conséquences graves. C'est ce que les différentes parties ne veulent pas voir. La Chine s'oppose à toute intervention militaire au Venezuela et à toute tentative menant à des tensions, voire à des troubles dans le pays.

Q : Avez-vous des informations sur le dernier développement des exportations de charbon australien dans les ports chinois ? Est-ce qu'il y a une raison spéciale pour que le dédouanement des exportations de charbon australien soit limité en Chine ?

R : J'ai répondu à votre question liée à cette affaire à la conférence de presse d'hier. Après la conférence, j'ai noté des reportages de Reuters disant que cinq ports sous la compétence de la douane de Dalian imposeraient une interdiction indéfinie au dédouanement du charbon australien. J'aimerais préciser ici que le reportage concerné de Reuters n'est pas vrai.

Autant que je sache, tous les ports des douanes chinoises acceptent les déclarations du charbon importé d'Australie et d'autres pays. Ces dernières années, dans le cadre du contrôle et de l'analyse des risques liés à la qualité et à la sécurité du charbon importé, la Chine a découvert que certaines importations ne répondent pas aux normes de protection de l'environnement. Par conséquent, les douanes chinoises ont intensifié leurs efforts dans l'inspection et l'évaluation de la qualité et de la sécurité des impacts environnementaux du charbon importé, qui sont conformes aux lois et réglementations en vigueur, dans le but de mieux protéger les droits et intérêts légitimes des importateurs chinois, et la sécurité de l'environnement.

Question posée par le même journaliste : Pouvons-nous préciser qu'il n'y a pas d'interdiction de dédouanement du charbon australien dans le port de Dalian ?

R : Comme je viens de le dire, les reportages concernés de certains médias ne sont pas fondés. Actuellement, tous les ports des douanes chinoises acceptent normalement les déclarations du charbon importé d'Australie et d'autres pays.

Q : Les États-Unis ont demandé à la Chine de réduire les importations de pétrole en provenance d'Iran, et la partie saoudienne avait précédemment proposé d'exporter davantage de pétrole vers les pays qui avaient réduit leurs importations de pétrole à la demande américaine. Dans quelle mesure les importations chinoises de pétrole en provenance d'Iran sont-elles affectées par la demande de la partie américaine et la proposition de la partie saoudienne ?

R : Premièrement, la Chine maintient une coopération énergétique normale avec l'Iran et l'Arabie saoudite. Deuxièmement, la Chine s'oppose toujours aux sanctions unilatérales et à la « juridiction au bras long », et cette position reste claire. Troisièmement, la Chine prend des décisions indépendantes sur l'orientation et l'ampleur de la coopération énergétique avec d'autres pays, en fonction de ses besoins en matière de développement économique.

Q : Le Conseil de Sécurité des Nations Unies a adopté hier un communiqué de presse présidentiel sur l'attaque au Cachemire sous contrôle indien, soulignant que le « Jaish-e-Mohammad » (JeM) a revendiqué l'incident. Est-ce que cela signifie que le Conseil de Sécurité dispose de preuves permettant de conclure que le « Jaish-e-Mohammad » est l'auteur de l'incident ? Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : La Chine prête une grande attention à cette attaque qui a eu lieu récemment. Le communiqué de presse publié hier par le Conseil de Sécurité a mentionné une organisation spécifique, mais il s'agissait d'une déclaration générale plutôt que d'un jugement. La partie chinoise a noté que le gouvernement pakistanais avait exprimé sa volonté de se coordonner avec l'Inde dans le cadre de l'enquête et de tenter de résoudre les différends par les dialogues. Les parties concernées doivent mener une enquête objective et impartiale pour trouver la vérité. La Chine espère que l'Inde et le Pakistan pourront faire preuve de retenue, engager un dialogue et faire des efforts communs pour préserver la paix et la stabilité de la région.

Q : Le Chancelier britannique de l'Échiquier a déclaré hier que les propos tenus par son pays sur le déploiement d'un bâtiment de guerre dans le Pacifique n'aideraient pas au développement des relations entre le Royaume-Uni et la Chine. Les pronostics sont très nombreux en Grande-Bretagne, laissant entendre que la visite du Chancelier Philip Hammond à Beijing avait été annulée parce que le gouvernement chinois était mécontent de la prise de position du Ministre britannique de la Défense. Ce problème persiste depuis deux semaines. Quelle est la réponse formelle du gouvernement chinois à ce sujet ? Et pouvez-vous confirmer que la visite du Chancelier n'a pas été annulée ?

R : La Chine a répondu maintes fois aux déclarations du Ministre britannique de la Défense Gavin Williamson, je ne vais donc pas répéter cela ici.

Attachant une grande importance à ses relations avec le Royaume-Uni, la Chine espère que son pays pourra respecter véritablement les intérêts fondamentaux et les préoccupations majeures de la Chine et œuvrer en faveur d'un développement sain et stable des relations entre les deux pays. En ce qui concerne votre question sur la visite du Chancelier de l'Échiquier britannique Philip Hammond en Chine, nous avons affirmé à plusieurs reprises que nous saluerons sa visite en Chine.

Q : Récemment, certains hauts responsables d'entreprises étrangères ont exprimé leur inquiétude à différents niveaux quant à leurs activités commerciales en Chine, craignant que leur sécurité ne soit pas garantie. Quelle est votre réponse à cela ?

R : Je pense que les soi-disant préoccupations de sécurité de certains individus sont totalement infondées et totalement inutiles. Le gouvernement chinois protège la sécurité et les droits et intérêts légitimes des citoyens étrangers en Chine conformément à la loi. Les citoyens de tous les pays, après leur arrivée en Chine, voient leur sécurité garantie tant qu'ils respectent les lois et règlements chinois.

Selon les dernières statistiques des autorités chinoises compétentes, le nombre d'entreprises à capital étranger nouvellement créées en Chine a dépassé le cap des 60 000 en 2018, un chiffre en hausse de 69,8%. Les investissements étrangers réellement utilisés ont atteint 135 milliards de dollars avec une augmentation de 3%. Ces chiffres reflètent un grand nombre d'échanges personnels, y compris les visites d'un grand nombre d'entrepreneurs étrangers en Chine. Ces réalisations auraient été impossibles si la Chine n'était pas un pays sûr.

Je tiens à souligner que la Chine poursuit une stratégie d'ouverture sur l'extérieur mutuellement avantageuse et profitable à tous. Les entreprises étrangères, y compris la participation active des hauts responsables d'entreprises étrangères et leurs suggestions et conseils sur le processus de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, ont également contribué aux succès considérables remportés par la Chine pendant les 40 dernières années. Comme les dirigeants chinois l'ont souligné à plusieurs reprises, l'ouverture de la Chine sur l'extérieur ne fera que s'élargir. Nous continuerons à travailler sans relâche pour créer un meilleur environnement commercial pour les entreprises étrangères et nous continuerons d'accueillir les hauts responsables des entreprises étrangères effectuant des visites en Chine et développant des activités commerciales.

Q : Avez-vous des informations sur le passage en train de Kim Jong-un en Chine ce week-end pour le Vietnam ?

R : Je n'ai aucune information à ce sujet.

Q : J'ai une question sur le Venezuela. Selon Bloomberg, des officiels du gouvernement de Maduro ont demandé à 50 entreprises d'ouvrir des comptes bancaires et d'établir des canaux d'approvisionnement en Russie, en Turquie, en Chine et en Inde. Des entreprises vénézuéliennes ont-elles fait une telle demande auprès de la Chine ?

R : Je ne suis pas au courant des détails que vous avez évoqués. Ce que je peux vous dire, c'est que la coopération pragmatique entre la Chine et le Venezuela se déroule dans le respect du principe d'égalité, d'avantages mutuels, de développement partagé et des règles commerciales. Elle est conforme aux lois et avantageuse pour nos deux peuples. La Chine continuera de défendre ce principe dans ses échanges et sa coopération dans divers domaines avec le Venezuela.

Q : Le prince héritier saoudien est en visite en Chine. A-t-il rencontré le Président Xi Jinping ? Et pouvez-vous nous en dire un peu plus sur sa visite ?

R : À ma connaissance, le Président Xi Jinping rencontrera le prince héritier Mohammed plus tard cet après-midi. La partie chinoise publiera un communiqué de presse en temps opportun.

Question posée par le même journaliste : A-t-il rencontré le Vice-Premier Ministre Han Zheng ?

R : Le Vice-Premier Ministre Han Zheng a rencontré le prince héritier Mohammed ce matin. Ils ont coprésidé la troisième réunion du Comité mixte de haut niveau Chine-Arabie saoudite. Nous publierons les informations concernées en temps utile.

Suggest To A Friend
  Print