Conférence de presse du 12 mars 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Lu Kang
2019/03/12

Q : L'ambassadeur itinérant des États-Unis pour la liberté de religion Sam Brownback, qui est toujours en visite à Taiwan, a tenu une conférence de presse aujourd'hui avec la femme de Li Mingzhe, un « activiste taïwanais des droits de l'homme » emprisonné. Brownback a appelé la Chine à libérer immédiatement Li Mingzhe et a déclaré que cette affaire préoccupait gravement Washington. La Chine est-elle prête à le libérer du fait des préoccupations des États-Unis ?

R : Je veux faire deux brèves remarques. Tout d'abord, comme je l'ai dit explicitement hier, la Chine s'oppose fermement à tout contact officiel entre les États-Unis et la région chinoise de Taiwan. Cette position inébranlable reste inchangée. Nous espérons que l'administration américaine respectera strictement la politique d'une seule Chine.

Deuxièmement, le cas individuel que vous avez mentionné est une affaire entre les deux côtés du détroit de Taiwan, et relève des affaires intérieures de la Chine. Les tiers n'ont pas le droit de s'en mêler.

Q : Le conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton a récemment abordé certaines questions liées à la Chine dans une interview. Il a également souligné que la demande de poursuite et la demande d'extradition de Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei, par le Département de la Justice des États-Unis, n'est pas un acte politique. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Nous avons constaté que M. Bolton a tenu une série de propos erronés sur des sujets tels que la Mer de Chine méridionale, l'Institut Confucius, la sécurité de l'information et les échanges socioculturels. Sans avoir pu fournir aucune preuve irréfutable, il discrédite arbitrairement la Chine pour les intérêts égoïstes des États-Unis, voire en raison de calculs politiques. La Chine, bien entendu, n'accepte pas cela et nous pensons que la grande majorité des membres de la communauté internationale sauront se faire leur propre idée en toute indépendance.

Quant à l'affaire Meng Wanzhou dont vous avez parlé, tout le monde voit clairement qu'il s'agit d'un incident politique pernicieux et très grave visant à menacer une entreprise étrangère, à réprimer les concurrents, à perturber le marché, à saper et à entraver la coopération internationale dans le secteur industriel de haute technologie, tout cela par des moyens déloyaux. La partie chinoise a exprimé à plusieurs reprises sa position juste et ferme à ce sujet. Nous exhortons une fois encore la partie américaine à retirer immédiatement le mandat d'arrêt contre Mme Meng Wanzhou et la demande de son extradition, et nous exhortons la partie canadienne à libérer immédiatement Mme Meng Wanzhou et à garantir son retour en sécurité en Chine.

Q : L'administration Trump a fait de la concurrence stratégique avec la Chine et la Russie l'une des priorités de son budget de la défense pour l'exercice 2020. Ce document indique également que le budget fournira les ressources nécessaires au Département de la Défense pour que les États-Unis maintiennent leur position de chef de file en matière de puissance militaire dans le monde, pour garantir un équilibre des forces dans les régions clés favorables aux États-Unis, et pour instaurer l'ordre international le plus propice à la sécurité et à la prospérité des États-Unis. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Nous avons noté les reportages concernés. Nous espérons que la version finale du projet de loi ne contiendra pas les contenus négatifs rapportés dans les médias. Nous avons répété maintes fois que, dans les affaires internationales, il faudrait rechercher un développement partagé, des avantages mutuels et des résultats bénéfiques pour tous. Si vous recherchez des partenaires, il y a de fortes chances que vous gagnerez des partenaires. Si vous recherchez des adversaires, vous vous créerez des adversaires.

Je tiens à souligner que la Chine se prononce toujours pour un nouveau concept de sécurité, qui vise à promouvoir une sécurité commune, globale, coopérative et durable. Nous espérons que les États-Unis pourront rejeter leur mentalité de jeu à somme nulle, cesser de considérer les relations entre les grands pays de manière conflictuelle, suivre la tendance générale de la paix et du développement, et travailler avec la Chine, la Russie ainsi que les autres pays pour maintenir ensemble la paix et la sécurité dans le monde.

Q : Dans une lettre adressée au Ministre allemand de l'Économie, l'ambassadeur américain en Allemagne Richard A. Grenell a affirmé que l'autorisation par l'Allemagne de la participation de Huawei ou d'autres fournisseurs d'équipements chinois au projet de 5G signifie que les États-Unis ne pourront pas maintenir le même niveau de partage de renseignements et d'informations avec l'Allemagne. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Moins d'un an après son entrée en fonction, cet ambassadeur a menacé ouvertement d'imposer des sanctions à l'industrie automobile allemande, aux entreprises allemandes qui entretiennent une coopération économique et commerciale légale avec l'Iran, et à celles qui participent au projet Nord Stream II. Tout cela a suscité beaucoup d'attention en Allemagne. Cette fois, il s'est mis à critiquer le projet allemand de 5G avec force gestes autoritaires. Ces individus de la partie américaine ne doivent pas s'attendre à ce que d'autres pays abandonnent volontiers leurs droits et intérêts légitimes en matière de développement simplement pour satisfaire les gains égoïstes et les calculs politiques de la partie américaine.

Vous avez peut-être déjà remarqué que le porte-parole du Ministère allemand des Affaires économiques et de l'Énergie a donné une réponse sans équivoque. Il a déclaré que les préoccupations évoquées dans la lettre de l'ambassadeur américain n'étaient pas nouvelles et que le gouvernement allemand n'avait vu aucune preuve montrant que des activités d'un fournisseur quelconque soient susceptibles de compromettre la sécurité nationale du pays ou de ses alliés. En fait, de plus en plus de personnalités de différents pays ont adopté une attitude impartiale à l'égard de la participation des entreprises technologiques chinoises à des projets de 5G. La partie américaine ne devrait pas être inquiète pour cela. Au contraire, elle devrait admettre que tous les pays ont le besoin de protéger leurs intérêts légitimes et que la plupart des pays sauront prendre leurs propres décisions politiques en indépendance.

Q : Tsai Ing-wen effectuera des visites la semaine prochaine dans trois « alliés diplomatiques » de Taiwan dans le Pacifique, à savoir les Palaos, Nauru et les îles Marshall. Des officiels taïwanais ont déclaré que les autorités taïwanaises sont en contact avec la partie américaine pour le transit de Tsai Ing-wen sur le territoire américain, vraisemblablement à Guam ou à Hawaii. Le gouvernement chinois a-t-il déjà demandé à l'administration américaine de ne pas autoriser Tsai Ing-wen à faire escale aux États-Unis ?

R : Le principe d'une seule Chine est un consensus partagé par la communauté internationale. Toute tentative de créer « deux Chine » ou « une Chine, un Taiwan » fera sûrement l'objet d'une opposition de tout le peuple chinois, et va à l'encontre des intérêts fondamentaux des habitants de la région de Taiwan de Chine.

S'agissant des activités menées par Tsai Ing-wen et des forces d'indépendance de Taiwan dans l'île, un responsable du Bureau des Affaires de Taiwan relevant du Conseil des Affaires d'État a déclaré sans équivoque que nous conseillons aux autorités taïwanaises d'évaluer correctement la situation, de revenir au « consensus de 1992 » le plus rapidement possible et de cesser d'agir contre la tendance générale de l'époque et la volonté du peuple.

Q : Juste une question à propos des Boeing 737-8. Pendant combien de temps le Boeing 737-8 sera-t-il suspendu en Chine ?

R : Tout d'abord, je tiens à souligner qu'après cet accident aérien catastrophique, non seulement l'Administration de l'aviation civile de la Chine (CAAC), mais également un grand nombre de pays et régions dans le monde ont suspendu les opérations commerciales des Boeing 737-8. Certains pays ont suspendu toutes les opérations commerciales des Boeing 737-8, d'autres les ont suspendues pour une partie des compagnies aériennes, et certains pays mènent des enquêtes. Vous pouvez vérifier tout cela en ligne.

En ce qui concerne la durée de l'interdiction imposée par la Chine, la CAAC a annoncé qu'elle contacterait la FAA et la société Boeing et informerait les compagnies aériennes de la reprise des opérations commerciales des Boeing 737-8 après avoir confirmé les mesures appropriées pour assurer la sécurité des vols. Il est difficile de prévoir maintenant un calendrier précis. Il faut s'assurer qu'il n'y a aucun risque pour la sécurité, car il faut être responsable de la sécurité de tous les passagers.

Q : Selon des informations, une délégation de hauts responsables de la RPDC serait arrivée à Beijing aujourd'hui. Pouvez-vous confirmer la nouvelle ? Si oui, pouvez-vous présenter le programme de la visite ?

R : La Chine et la RPDC entretiennent des échanges amicaux entre les deux partis et les deux pays. Je ne sais pas de quels échanges et de quels domaines vous parlez.

Q : Récemment, deux fabricants de puces, NVIDIA et une autre société, prétendent avoir besoin de l'autorisation chinoise de mener à bien une opération de fusion. Les consultations économiques et commerciales sino-américaines et les tensions commerciales augmenteront-elles le risque d'obtenir cette autorisation ?

R : Je n'ai rien entendu à ce propos et je ne peux faire aucun commentaire à ce sujet.

Q : Hier, 15 chercheurs et spécialistes de groupes de réflexion américains ont fait une déclaration commune demandant la libération immédiate de Michael Kovrig, ancien diplomate canadien. Ils ont averti que sa détention nuirait à la coopération bilatérale entre les États-Unis et la Chine. La Chine a-t-elle des commentaires à faire à ce sujet ?

R : Premièrement, nous vous avons déjà informés à plusieurs reprises du cas de Michael Kovrig, et les départements chinois concernés ont également publié des informations à ce sujet. Depuis 2017, il venait en Chine à plusieurs reprises avec un passeport ordinaire canadien et des visas d'affaires et menait des activités mettant en danger la sécurité nationale de la Chine. C'est pourquoi les organes de sécurité de l'État chinois ont pris des mesures contraignantes à son encontre conformément à la loi. La partie concernée a arbitrairement insisté sur l'idée que Michael Kovrig était un « ancien diplomate » ; cet acte consiste à jeter la confusion sur la scène internationale. Mais la tentative est vaine.

La nature de l'affaire Michael Kovrig est très claire, totalement différente de ce que l'on appelle un échange socioculturel. À présent, certaines personnes au Canada tentent de confondre son cas avec les échanges socioculturels normaux dans le but de duper la communauté internationale, de gagner sa sympathie, et même de faire pression sur la Chine et de s'immiscer dans les procédures judiciaires normales. C'est peine perdue.

Deuxièmement, la Chine encourage et soutient toujours les échanges interpersonnels et les interactions de groupes de réflexion avec d'autres pays, y compris les États-Unis et le Canada. Nous souhaitons également la bienvenue aux personnalités de différents milieux des États-Unis et du Canada pour mener des échanges normaux en Chine. Nous espérons que les États-Unis et le Canada agiront dans le même sens que la Chine pour créer des conditions favorables à des activités profitables à la compréhension mutuelle et à l'amitié entre les deux peuples et les deux pays.

En fait, certaines des 15 personnes que vous venez de mentionner viennent très souvent en Chine. Ayant déployé beaucoup d'efforts pour promouvoir les relations sino-américaines, elles n'ont subi aucune interférence ni obstruction de la part de la Chine. Au contraire, elles font souvent l'objet de courtoisie et sont capables de mener des échanges approfondis avec leurs collègues chinois. Certaines personnes se sont probablement laissé duper, et certaines des préoccupations soulevées sont infondées.

Q : Le Vice-Premier Ministre chinois Liu He a eu une conversation téléphonique avec le représentant américain au commerce Robert Lighthizer et le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin. Y a-t-il de nouveaux progrès dans les négociations commerciales sino-américaines ? Les deux Chefs d'État sont-ils prêts à se rencontrer ce mois-ci ?

R : En ce qui concerne votre première question, il est clairement indiqué dans le communiqué de presse de l'Agence de presse Xinhua que les coordinateurs des consultations économiques et commerciales des deux pays intensifient leur travail sur les principales questions relatives à un texte. Nous souhaitons un bon résultat. En marge des deux sessions annuelles de l'APN et de la CCPPC, le Ministre chinois du Commerce Zhong Shan et le Vice-Ministre Wang Shouwen ont répondu à plusieurs reprises à cette question. Nous espérons que les deux parties parviendront, sur la base du respect mutuel, à un résultat mutuellement avantageux, acceptable pour les deux parties, par le biais de négociations amicales.

En ce qui concerne la rencontre des deux Chefs d'État que vous venez d'évoquer, nous avons noté que le Président Trump a déclaré à plusieurs reprises qu'il souhaitait rencontrer à nouveau le Président Xi Jinping. Le Président Xi a également affirmé, dans son message au Président Trump, qu'il entendait maintenir des contacts étroits avec le Président Trump par divers moyens. Nous vous communiquerons en temps utile toute information dont nous disposons à cet égard.

Suggest To A Friend
  Print