Conférence de presse du 27 mars 2019 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019/03/27

À l’invitation du Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le Ministre des Affaires étrangères de la République du Kazakhstan, Beibut Bakirovich Atamkulov, effectuera une visite officielle en Chine les 28 et 29 mars.

Q : Hier, l’Administration générale des douanes de la Chine a annoncé qu’elle suspendait l’importation de graines de colza d’une deuxième entreprise canadienne. Cela fait-il partie d’une friction commerciale entre la Chine et le Canada ? Et quelles seront les conséquences sur les relations sino-canadiennes qui se sont tendues à la suite de l’affaire Meng Wanzhou et de l’arrestation de deux Canadiens en Chine ?

R : L’Administration générale des douanes de la Chine a publié un avis interdisant l’importation de graines de colza de la société canadienne que vous avez mentionnée. Je tiens à souligner que la partie chinoise a pris ces mesures de quarantaine préventives pour assurer la sécurité. Ces mesures sont scientifiques, raisonnables et conformes aux lois et réglementations chinoises et à l’usage international. Les départements chinois compétents ont informé la partie canadienne de la question liée à l’exportation de graines de colza du Canada vers la Chine, et restent en contact avec la partie canadienne sur les questions techniques.

En ce qui concerne les relations sino-canadiennes, nous espérons que la partie canadienne travaillera avec nous pour promouvoir un développement sain et régulier des relations bilatérales. La partie canadienne devrait prendre des mesures concrètes pour corriger ses erreurs précédentes.

Question supplémentaire : Avez-vous des nouvelles plus récentes de Richardson International, la première entreprise canadienne qui a été suspendue au début du mois pour l’exportation de graines de colza ?

R : La Chine a suspendu l’exportation de graines de colza de cette société vers la Chine. C’est tout ce que je sais.

Q : Comme nous l’avons noté, lors de la visite du Président Xi Jinping en France, un séminaire sur la gouvernance mondiale a été co-organisé par la Chine et la France, en présence du Président Xi Jinping, du Président français Emmanuel Macron, de la Chancelière allemande Angela Merkel et du Président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker. Une activité sous une telle forme est assez rare lors de la visite d’un dirigeant chinois dans un pays étranger, et elle peut être considérée comme un arrangement spécial, surtout si l’on tient compte du fait que la Chancelière allemande Merkel s’est spécialement rendue en France pour cet événement. Pouvez-vous me dire pour quelles considérations la Chine a organisé ce séminaire ?

R : Les récentes visites du Président Xi Jinping en Europe ont été un plein succès, donnant un nouvel élan au développement des relations sino-européennes. Le séminaire sur la gouvernance mondiale co-organisé par la Chine et la France en marge de cette visite a attiré une haute attention de la communauté internationale. La Chine a publié des informations à ce sujet que vous pourrez rechercher si cela vous intéresse.

La Chine et la France ont co-organisé ce séminaire en invitant les dirigeants allemand et de l’UE, dans l’objectif de défendre le multilatéralisme par la promotion conjointe de la gouvernance mondiale, de relever les défis planétaires et de promouvoir la paix et le développement dans le monde par la préservation du multilatéralisme.

Face à l’instabilité et aux incertitudes croissantes dans la situation internationale, la Chine et l’Europe, deux forces importantes, partagent une position commune et des intérêts communs pour la préservation d’un système international centré sur l’ONU, la défense des normes fondamentales régissant les relations internationales, la promotion du libre-échange et l’économie mondiale ouverte. Au cours de la visite du Président Xi en France, la Chine et la France ont publié une déclaration conjointe sur le maintien du multilatéralisme et l’amélioration de la gouvernance mondiale. Pendant la période précédente, des voix similaires s’étaient élevées de la part de la Chine, de l’UE et de nombreux pays européens. Cela illustre pleinement que la Chine et l’Europe, en tant que principaux promoteurs et acteurs de la mondialisation économique et de la multipolarisation, s’acquittent de leur mission historique et déploient des efforts actifs dans les nouvelles circonstances.

La Chine considère toujours l’Europe comme un partenaire stratégique global et une force indispensable et importante sur la scène internationale. Fidèles au concept de gouvernance mondiale caractérisé par les consultations, la coopération et les bénéfices partagés, nous travaillerons de concert avec l’Europe pour mettre en pratique le multilatéralisme et apporter plus de stabilité et de certitude au monde, injecter plus d’énergie positive et de force motrice dans la coopération internationale.

Q : Pouvez-vous nous donner plus de détails sur la visite en Chine du Ministre des Affaires étrangères du Kazakhstan ? Cette visite est-elle liée aux récents changements survenus dans ce pays ?

R : Il s’agit de la première visite officielle du Ministre des Affaires étrangères Atamkulov en Chine depuis son entrée en fonction en décembre dernier. Au cours de sa visite, les dirigeants chinois le rencontreront et le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi s’entretiendra avec lui. Les deux parties échangeront leurs points de vue sur les relations bilatérales, les échanges importants de haut niveau de cette année, la coopération dans le cadre de l’initiative « la Ceinture et la Route » et d’autres questions d’intérêt commun.

Les relations entre la Chine et le Kazakhstan poursuivent un développement de haut niveau, l’accroissement du soutien mutuel et l’approfondissement de la coopération mutuellement avantageuse sont dans l’intérêt commun des deux pays, et représentent également l’aspiration commune des deux parties. Récemment, le Kazakhstan a adopté un agenda politique d’importance majeure auquel la communauté internationale prête une attention particulière. La visite du Ministre des Affaires étrangères Atamkulov traduit l’importance que le gouvernement du Kazakhstan attache au développement des relations sino-kazakhes. La Chine espère que la visite du Ministre des Affaires étrangères Atamkulov en Chine contribuera à la mise en œuvre du consensus dégagé par les dirigeants des deux pays et favorisera le développement continu des relations et de la coopération bilatérales dans divers domaines.

Q : J’ai quelques questions sur la prochaine visite de la Première Ministre néo-zélandaise Ardern à Beijing. Tout d’abord, je voudrais savoir ce que la Chine attend des entretiens avec la Première Ministre Ardern. Ensuite, la visite, qui était initialement prévue pour sept jours, a été raccourcie à un jour seulement. Cela causera-t-il des problèmes ou des difficultés dans le programme de la visite ? Enfin, étant donné les tensions dans les relations entre la Chine et la Nouvelle-Zélande ces temps-ci, pensez-vous que sa visite permettra de changer cette situation ?

R : J’ai annoncé la visite en Chine de la Première Ministre néo-zélandaise Ardern il y a quelques jours. Ce sera la première visite de la Première Ministre Ardern en Chine depuis son entrée en fonction. Lors de la visite, les dirigeants des deux pays auront des échanges de vues approfondis sur les relations sino-néo-zélandaises et d’autres questions d’intérêt commun. Nous avons la certitude que sa visite contribuera à renforcer la compréhension et la confiance mutuelles entre les deux parties, à élargir les échanges et la coopération dans divers domaines, et à donner une nouvelle impulsion au développement du partenariat stratégique global Chine-Nouvelle-Zélande.

Par ailleurs, comme je l’ai indiqué maintes fois, les relations sino-néo-zélandaises ont figuré depuis longtemps au premier rang des relations entre la Chine et les autres pays développés occidentaux, créant bien des « premières » en matière de relations entre la Chine et ces pays. Le renforcement des échanges et de la coopération sino-néo-zélandaise est non seulement conforme aux intérêts fondamentaux des deux peuples, mais contribue également à la paix et à la prospérité dans la région Asie-Pacifique. La Chine est prête à travailler avec la Nouvelle-Zélande pour renforcer la confiance et la coopération mutuelles sur la base du respect mutuel, de l’égalité et des avantages réciproques, afin de réaliser un développement solide et stable du partenariat stratégique global Chine-Nouvelle-Zélande.

Concernant votre question sur le raccourcissement de sa visite en Chine, la Première Ministre Ardern elle-même a donné une explication selon laquelle le réajustement du programme de sa visite en Chine est dû à la fusillade à Christchurch. La Chine et la Nouvelle-Zélande ont procédé à des échanges approfondis à ce sujet et ont pris des dispositions appropriées.

Question supplémentaire : Pouvez-vous nous révéler les principaux thèmes qui seront abordés par les deux parties ? Selon des conjectures, les deux parties discuteraient des questions concernant Huawei et la 5G, sachant que certaines autorités gouvernementales néo-zélandaises ont mis en garde contre la participation de Huawei à la construction de la 5G. Pouvez-vous confirmer si les deux parties vont discuter de ces questions ?

R : Comme je viens de le dire, les dirigeants des deux pays auront des échanges de vues approfondis sur les relations bilatérales et d’autres questions d’intérêt commun. Je pense que les entretiens porteront sur divers aspects des relations bilatérales, tels que les échanges politiques, la coopération économique et les échanges socioculturels.

Q : Avez-vous des nouvelles récentes de la visite en Chine du représentant spécial des États-Unis pour la Corée du Nord, M. Biegun ?

R : Comme je l’ai dit il y a quelques jours, nous publierons les informations importantes rapidement.

Suggest To A Friend
  Print