Conférence de presse du 25 juin 2019 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019/06/25

Le Premier ministre du Conseil des Affaires d'Etat Li Keqiang assistera au 13e Forum d'été de Davos à Dalian les 1er et 2 juillet. Le Premier ministre Li participera à la cérémonie d'ouverture, prononcera un discours spécial, rencontrera le Président exécutif du Forum économique mondial Klaus Schwab et les dirigeants étrangers présents au forum, et organisera des échanges avec des représentants du monde des affaires, des finances, des groupes de réflexion et des médias.

Placé sous le thème « Leadership 4.0 : réussir dans une nouvelle ère de la mondialisation », ce forum réunira plus de 1 900 représentants des milieux politique, économique, universitaire et des médias de plus de 100 pays.

Sur invitation du Premier ministre du Conseil des Affaires d'Etat Li Keqiang, la Première ministre de la République populaire du Bangladesh Sheikh Hasina effectuera une visite officielle en Chine du 3 au 5 juillet. Avant cette visite, la Première ministre Hasina participera au 13e Forum d'été de Davos à Dalian.

Sur invitation du Premier ministre du Conseil des Affaires d'Etat Li Keqiang, Mark Rutte, le Premier ministre du Royaume des Pays-Bas, effectuera une visite de travail en Chine le 27 juin.

Sur invitation du Conseiller d'Etat et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi, le Ministre mexicain des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard Casaubón, effectuera une visite officielle en Chine du 30 juin au 2 juillet.

Q : Concernant la visite prochaine de la Première ministre du Bangladesh, Hasina, que vous venez d'annoncer, pourriez-vous nous présenter plus de détails ainsi que les attentes de la Chine ? Comment la Chine apprécie-t-elle la relation actuelle Chine-Bangladesh ?

R : Ce sera la première visite en Chine de la Première ministre Hasina depuis sa réélection. Ce sera une occasion importante pour les dirigeants des deux pays de planifier et d'orienter le développement des relations bilatérales dans le nouveau contexte. Au cours de la visite, le Président Xi Jinping, le Premier ministre Li Keqiang et le Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale Li Zhanshu s'entretiendront respectivement avec elle pour échanger des points de vue sur les relations bilatérales et les questions d'intérêt commun. Outre Beijing, la Première ministre Hasina se rendra également à Dalian pour le 13e Forum d'été de Davos.

La Chine et le Bangladesh sont des partenaires stratégiques. Ces dernières années, la confiance politique mutuelle entre les deux pays n'a pas cessé de se consolider, leur coopération économique s'est approfondie sans cesse et leurs échanges culturels se sont intensifiés. Les deux parties ont activement mis en œuvre l'important consensus atteint lors de la visite du Président Xi au Bangladesh en 2016, fait progresser les projets de coopération dans le cadre de « la Ceinture et la Route » et apporté des avantages tangibles aux deux peuples. Nous profiterons de cette visite pour consolider notre amitié traditionnelle, créer une plus grande synergie entre nos stratégies de développement, approfondir la coopération pragmatique dans tous les domaines et porter notre partenariat stratégique à un nouveau palier.

Q : Le Vice-Ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, a déclaré hier que rien n'indiquait que la Chine envisagerait de participer au Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) ou à d'autres négociations sur le désarmement nucléaire. Quel est votre commentaire ?

R : En tant que traité bilatéral important entre les Etats-Unis et la Russie, le Traité FNI revêt une grande importance pour la préservation de l'équilibre et de la stabilité stratégiques mondiaux. La partie chinoise s'oppose au retrait des Etats-Unis du traité. Nous exhortons les Etats-Unis et la Russie à résoudre correctement leurs différends par un dialogue constructif et à revenir rapidement sur la voie du respect du traité. Les États-Unis et la Russie détiennent plus de 90 % des armes nucléaires dans le monde et assument des responsabilités spéciales et primordiales dans le désarmement nucléaire. Sur la base du respect du traité existant, les deux pays doivent continuer à réduire considérablement leur arsenal nucléaire afin de créer les conditions nécessaires à la participation d'autres pays aux négociations sur le désarmement nucléaire.

Q : Nous avons noté que le FMI et l'OMC, dans leurs rapports publiés hier, exprimaient leur inquiétude quant à la perspective de l'économie mondiale, affirmant que les mesures restrictives pour le commerce appliquées par les membres du G20 et les tensions commerciales entre eux avaient accru l'incertitude quant à la croissance économique mondiale, et appelant les économies du G20 à conjuguer leurs efforts pour y remédier. Quel est votre commentaire ?

R : Nous avons pris note de ces deux rapports et nous pensons que leur contenu reflète l'appel général et les préoccupations partagées de la communauté internationale. En effet, l'instabilité et les incertitudes de l'économie mondiale sont principalement imputables aux tensions commerciales, qui sont principalement causées par les actes d'unilatéralisme, de protectionnisme et d'intimidation.

La Chine préconise toujours le libre-échange et maintient un système commercial multilatéral fondé sur des règles. Victime de mesures restrictives pour le commerce, la Chine est toujours à l'avant-garde de l'opposition à l'unilatéralisme, au protectionnisme et à l'intimidation. Nous sommes prêts à échanger de manière approfondie des points de vue sur la conjoncture actuelle de l'économie mondiale avec les autres membres du G20 à Osaka et à rechercher un consensus et une solution pour promouvoir la croissance du commerce international, promouvoir le développement économique mondial, améliorer la gouvernance mondiale et faire face aux risques et aux défis.

Nous espérons que ce sommet du G20 enverra des signaux forts en faveur du multilatéralisme, de l'ouverture, de l'inclusion et de la coopération mutuellement bénéfique et contre l'unilatéralisme, le protectionnisme et l'intimidation. Je pense que cela relève de la responsabilité du G20 en tant que premier forum de coopération économique internationale dans le contexte actuel.

Q : En ce qui concerne la visite du Premier ministre néerlandais Rutte, pourriez-vous nous présenter davantage d'informations et les attentes de la Chine ? Comment la Chine apprécie-t-elle les relations bilatérales actuelles ?

R : Au cours de sa visite, le Premier ministre Li Keqiang s'entretiendra avec le Premier ministre Rutte pour procéder à un échange de vues sur les relations bilatérales, les relations sino-européennes et les questions internationales et régionales d'intérêt commun. Les deux premiers ministres assisteront également à la cérémonie d'inauguration du Bureau du Centre d'expertise sur l'adaptation au changement climatique en Chine.

Les Pays-Bas sont un pays membre fondateur de l'UE et un partenaire de coopération important pour la Chine dans l'UE. Ces dernières années, les relations bilatérales ont affiché une dynamique vigoureuse de développement, les échanges de haut niveau entre les deux pays ont été multipliés, la coopération a été fructueuse dans les domaines du commerce, de l'investissement, de l'agriculture, de la préservation de l'eau et de la protection de l'environnement, et les échanges socio-culturels et la coopération locale ont été intensifiés. Les deux parties partagent un vaste consensus sur la défense du libre-échange et du multilatéralisme. La Chine attache de l'importance au développement des relations sino-néerlandaises et est prête à travailler avec les Pays-Bas pour exploiter le potentiel de coopération pragmatique dans tous les domaines et faire progresser constamment notre partenariat global ouvert et pragmatique.

Ce sera la quatrième visite en Chine du Premier ministre Rutte depuis sa prise de fonctions. Nous pensons que cela consolidera davantage la confiance politique mutuelle, élargira la coopération pragmatique et contribuera au développement soutenu, sain et stable des relations bilatérales.

Q : L'agence de presse Xinhua a publié des informations concernant la conversation téléphonique du Vice-Premier ministre Liu He avec le Représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer. Est-ce que cela signifie que la Chine et les Etats-Unis ont repris les négociations commerciales ? Pourriez-vous confirmer que le Président Xi Jinping rencontrera le Président Trump samedi ? Selon des reportages, les Etats-Unis suspendent leurs ventes d'armes à Taiwan pour éviter une escalade des tensions avant la réunion des deux dirigeants, et le Président Trump ne fera aucune remarque sur le projet de loi relatif aux droits de l'Homme et à la démocratie à Hong Kong. Quelle est la réponse de la Chine à ce propos ?

R : L'agence de presse Xinhua a publié des informations concernant la conversation téléphonique du Vice-Premier ministre Liu He avec la partie américaine et je n'ai aucune information supplémentaire à vous communiquer.

En ce qui concerne la prochaine réunion entre les chefs d'État chinois et américain en marge du sommet du G20 à Osaka, les équipes des deux parties sont en communication pour planifier la réunion. En ce qui concerne les mesures de la partie américaine liées à Taiwan et à Hong Kong, je pense que la partie américaine connaît très bien la position de la Chine. Les questions liées à Taiwan et à Hong Kong relèvent des affaires intérieures de la Chine et nous nous opposons fermement à toute ingérence des Etats-Unis.

Q : Le Président américain Trump a signé le 24 juin un décret visant à imposer des mesures financières punitives à l'Iran, interdisant au guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, et à ses collaborateurs d'accéder à tous les avoirs sous juridiction américaine. Huit commandants de haut rang du Corps des gardiens de la révolution islamique sont également inclus dans la liste des sanctions. Auparavant, le Vice-Président Mike Pence avait déclaré que les Etats-Unis étaient prêts à discuter avec l'Iran sans conditions préalables, mais que Téhéran devrait renoncer à l'arme nucléaire. Le porte-parole du Ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que les dernières sanctions américaines fermaient à jamais le canal diplomatique. Quel est votre commentaire ?

R : La Chine est préoccupée par les tensions dans la région du Golfe et espère que les parties concernées garderont leur sang-froid et feront preuve de retenue pour éviter toute nouvelle escalade. Comme toujours, la Chine s'oppose aux sanctions unilatérales et à la prétendue « juridiction au bras long » et estime que l'approche visant à exercer une « pression extrême » constante ne contribuera pas à résoudre le problème. Les faits ont montré que ces mesures ne faisaient qu'aggraver l'instabilité dans la région.

Ce dont la région a besoin, ce n'est pas la tension et l'endiguement, mais le dialogue et la négociation. Nous espérons que les parties concernées feront preuve de courage et de sagesse politiques, résoudront les divergences par des moyens pacifiques tels que le dialogue et la négociation sur la base de l'égalité et du respect mutuel, et se joindront aux efforts concertés pour préserver la paix et la stabilité dans la région du Golfe.

Q : Selon des reportages, la Shanghai Pudong Development Bank pourrait perdre son accès au système financier américain après la qualification d'outrage au tribunal par le juge américain pour avoir refusé de se conformer aux assignations à comparaître dans l'enquête sur la violation des sanctions par la RPDC. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Le gouvernement chinois a toujours appliqué les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies de manière sérieuse et scrupuleuse, en exigeant non seulement que les institutions financières, les entreprises et les particuliers respectent strictement les résolutions de l'ONU, mais également que les agences étrangères des institutions financières chinoises observent strictement les lois et règlements locaux en vigueur, développent des activités en vertu de la loi et coopèrent avec les départements judiciaires et d'application de la loi locaux dans le cadre des actions de régulation.

Dans le même temps, nous nous opposons toujours à la prétendue « juridiction au bras long » imposée par les Etats-Unis aux entreprises chinoises. Nous espérons que les Etats-Unis renforceront leur coopération bilatérale avec les autres pays dans la régulation financière et d'autres domaines, notamment en échangeant des informations conformément au droit national de chacun et en s'attaquant au problème du partage transfrontalier d'informations par le biais de canaux tels que l'entraide judiciaire bilatérale et la coopération en matière de régulation.

Q : Un groupe de recherche a déclaré que des pirates informatiques ciblaient une dizaine de sociétés de télécommunications dans plus de 30 pays, recueillant des données personnelles et d'entreprise. Les chercheurs ont déclaré que les pirates utilisaient des outils précédemment utilisés par un groupe de pirates chinois. Quelle est la réponse de la Chine à ces accusations ?

R : Qui a fait cette recherche ?

Journaliste : Un groupe de recherche américano-israélien.

R : Je n'ai pas vu ce rapport que vous avez mentionné.

Tout d'abord, je dois rappeler que la Chine s'oppose fermement aux cyberattaques sous toutes ses formes et les réprime conformément à ses lois et qu'elle ne permet à aucun pays ou individu de se livrer à des cyberattaques et à d'autres activités illégales sur le sol chinois ou en utilisant des infrastructures chinoises.

Deuxièmement, le cyberespace étant un espace hautement virtuel rempli de multiples acteurs dont les comportements sont difficiles à retracer. Il convient de présenter des preuves suffisantes lorsque l'on enquête et que l'on détermine la nature d'une activité sur la Toile. Les accusations sans fondement ne sont ni professionnelles ni responsables. Ceux qui suivent depuis longtemps les problèmes de cybersécurité doivent toujours se souvenir du programme PRISM et ont entendu parler du groupe Équation. Ils ont peut-être aussi su qu'un certain pays menait à tout bout de champ une « cyberguerre » contre d'autres pays. Il y a quelques jours à peine, un certain pays a déclaré qu'il avait lancé une cyber-guerre contre l'Iran. Ces incidents ont sonné l'alarme pour la paix et la sécurité du cyberespace mondial.

Troisièmement, je voudrais souligner encore une fois que tous les membres de la communauté internationale doivent défendre la cybersécurité, car il s'agit d'un problème mondial qui concerne les intérêts communs de tous les pays. La guerre froide et la mentalité conflictuelle ne feront qu'empirer l'environnement de coopération et ne contribueront en rien à la paix et à la sécurité dans le cyberespace.

Q : La Suède a déclaré avoir arrêté le citoyen chinois Qiao Jianjun à la demande des Etats-Unis après avoir rejeté une demande d'extradition présentée par la Chine. La Chine continuera-t-elle à réclamer son extradition ?

R : Je viens tout juste d'apprendre la nouvelle et il me faudra obtenir plus d'informations et vérifier cela. Ce que je peux dire ici, c'est que la Chine attache de l'importance à la protection et à la promotion des droits de l'Homme. Le système judiciaire chinois garantit efficacement les droits légitimes de tous les suspects. Les progrès en matière de protection des droits de l'Homme dans le domaine judiciaire sont évidents pour tous. Nous avons fait extrader plus de 260 suspects depuis l'Europe, l'Asie, l'Afrique et l'Amérique latine, ce qui témoigne de la confiance de la communauté internationale dans le système judiciaire chinois. Ceci est ma réponse de principe. J'ai besoin de plus d'informations concernant les détails.

Q : Ma question concerne la visite de la Première ministre du Bangladesh. La Chine a beaucoup investi au Bangladesh dans le cadre de « la Ceinture et la Route » et la coopération concernée sera abordée lors de cette visite. Avez-vous des données officielles sur les investissements chinois au Bangladesh ?

R : Je n'ai pas ces informations sous la main. Je vous les chercherai.

Q : Vous venez d'évoquer que les équipes chinoise et américaine préparent la réunion Xi-Trump. La Chine espère-t-elle qu'un accord sera conclu lors de cette réunion ?

R : Si vous suivez l'actualité, vous remarquerez peut-être que le Président Xi a récemment eu une conversation téléphonique sur invitation avec le Président Trump. Lors de la conversation téléphonique, les deux chefs d'Etat ont convenu de se réunir en marge du sommet du G20 à Osaka. Ce sera une réunion importante au cours de laquelle les deux dirigeants échangeront leurs points de vue sur les questions fondamentales concernant les relations bilatérales.

Nous espérons certainement que la réunion contribuera à approfondir la confiance mutuelle, à dissiper les divergences et à résoudre les problèmes marquant les relations bilatérales. La Chine est déterminée à travailler avec les Etats-Unis pour renforcer leurs relations basées sur la coordination, la coopération et la stabilité. Nous espérons que les Etats-Unis iront dans le même sens et feront des efforts concertés. Cela est dans l'intérêt des deux pays et constitue également l'attente commune de la communauté internationale.

Q : Selon les médias, un jury d'un tribunal fédéral de l'Illinois a déclaré M. Christensen coupable de l'enlèvement et de l'assassinat de Zhang Yingying en 2017. Selon des reportages, le tribunal suspendra l'audience et prononcera sa peine à compter du 8 juillet. M. Christensen est passible de la réclusion à perpétuité ou de la peine capitale. Quel est votre commentaire à ce propos ?

R : Nous suivons de près cette affaire et notons les derniers développements. La Chine demande aux départements judiciaires américains d'organiser un procès juste et de traduire le meurtrier en justice. Notre consulat général à Chicago continuera d'aider la famille de Zhang Yingying à traiter les questions concernées aux Etats-Unis.

Q : J'aimerais poser une question sur la visite de Marcos Peña, Chef du cabinet des ministres de l'Argentine. Il est actuellement en visite en Chine et devrait rencontrer des responsables chinois. Quels seront les sujets abordés et quelles sont les attentes de la Chine ? La Chine compte-t-elle faire avancer le projet de construction d'une centrale nucléaire à Buenos Aires ?

R : L'Argentine est un partenaire stratégique global de la Chine. À la fin 2018, le Président Xi Jinping a effectué une visite d'État avec succès en Argentine et a eu des discussions fructueuses avec le Président Macri. Au cours de la visite du Chef de cabinet des ministres Peña en Chine, les deux parties travailleront à la mise en œuvre du consensus des deux présidents et au renforcement de la coopération mutuellement bénéfique.

L'Argentine et la Chine bénéficient d'une forte complémentarité économique et d'un énorme potentiel de coopération. Nous avons mené une coopération étendue dans divers domaines, y compris l'énergie nucléaire. La Chine continuera de faire progresser la coopération pragmatique à la lumière du principe des bénéfices réciproques avec l'Argentine, afin de profiter au bien-être de nos deux peuples.

Q : Selon des reportages des médias américains, le Président Trump envisage en privé de se retirer du Traité de sécurité américano-japonais, car il pense qu'il n'est pas juste pour les Etats-Unis. Voulez-vous commenter cela ?

R : Je n'ai pas vu l'information que vous avez mentionnée et j'ai besoin de plus de détails. Nous sommes toujours d'avis que tout accord bilatéral et toute coopération bilatérale entre pays doivent suivre la tendance du temps et contribuer à renforcer la confiance mutuelle entre les pays de la région et à maintenir la paix et la stabilité régionales.

Suggest To A Friend
  Print