Conférence de presse du 31 juillet 2019 tenue par la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2019/07/31

Q : Selon des médias, la Corée du Nord a lancé ce matin deux missiles balistiques à courte portée. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Nous avons noté le lancement par la RPDC et les réactions des différentes parties. Le processus de règlement politique de la péninsule coréenne se trouve à un stade critique. Nous espérons que toutes les parties concernées attacheront un grand prix à la situation obtenue au prix de grands efforts et œuvreront activement ensemble à promouvoir la dénucléarisation de la péninsule et instaurer une paix durable dans la péninsule et la région.

Q : Première question, un haut responsable de la Maison Blanche a déclaré avoir constaté des rumeurs selon lesquelles des troupes chinoises se rassembleraient aux confins de Hong Kong et de la partie continentale. L'administration américaine espère que la Chine n'interviendra pas de manière excessive dans la question liée à Hong Kong. Quel est votre commentaire à ce sujet ? Deuxième question, en réponse à votre commentaire sur les remarques faites par un certain haut responsable américain hier, le Département d'État américain a qualifié ce commentaire de « ridicule », déclarant que les manifestations à Hong Kong étaient une réaction de la population locale à l'érosion constante de l'autonomie de Hong Kong, et rejetant l'assertion selon laquelle « les forces étrangères tirent les ficelles dans les coulisses », et affirmant l'incrédibilité de la manipulation des millions d'habitants de Hong Kong par des forces étrangères dans une société libre et ouverte. Comment réagissez-vous à ce sujet ?

R : Concernant votre première question, je ne suis pas au courant de la situation spécifique que vous avez évoquée. Si la Maison Blanche souhaite réellement la paix, la stabilité et la prospérité à Hong Kong, elle devrait conseiller à ces manifestants et militants radicaux ayant recours à la violence excessive d'exprimer leurs revendications de manière pacifique, plutôt que violente.

Quant à votre deuxième question, trouvez-vous cela ridicule ? Je ne pense pas du tout que ce soit ridicule. Selon les reportages publiés récemment dans les nombreux médias, y compris ceux que j'ai cités hier, vous pouvez voir la vérité très clairement et vous faire une idée juste à condition de vous abstenir d'avoir des préjugés, et de ne pas fermer les yeux de manière sélective devant les faits. Maintenant, les États-Unis ont vraiment besoin de donner au monde une explication honnête et franche. Bien sûr, si les États-Unis peuvent prouver et promettre qu'ils n'interviendront pas dans les affaires de Hong Kong de quelque manière que ce soit, nous nous en féliciterons.

J'aimerais également préciser le point suivant. En tant que journalistes, vous avez certainement vos propres points de vue. Mais toutes les personnes, y compris les journalistes et les officiels, doivent savoir faire toute la lumière sur ce qui est juste et ce qui est faux, et savoir juger quelles sont les expressions pacifiques des revendications et quels sont les comportements violents et radicaux, n'est-ce pas ? Je profite de cette occasion pour appeler les amis de la presse à zoomer non seulement sur les policiers, mais également sur les activités de violence radicale, lorsqu'ils couvrent tout ce qui se passe ces temps-ci à Hong Kong. Ce faisant, vous présenterez au monde des scènes plus objectives et plus complètes, et l'on tirera des conclusions impartiales, justes et fondées sur les faits.

Je pense que les 1,4 milliard de Chinois, y compris les plus de 7 millions d'habitants de Hong Kong, souhaitent tous ardemment maintenir la paix, la stabilité et la prospérité à Hong Kong. Ce qui s'est passé récemment à Hong Kong afflige les amis et réjouit les ennemis. Je pense que tous ceux qui ont le sens de la justice et qui aiment vraiment la Chine et Hong Kong le reconnaissent.

Q : Hier, vous avez souligné que la situation actuelle à Hong Kong est l'« œuvre » des États-Unis et causée par l'intervention de forces étrangères. La Chine engagera-t-elle une action judiciaire à ce sujet ?

R : Pensez-vous que j'ai encore besoin de donner plus de preuves ou de fondements ? Comme je l'ai dit plus tôt en répondant à la question de CNN, nous pouvons constater clairement les faits rien qu'en lisant les reportages publiés récemment dans des médias. Si les États-Unis ont des opinions différentes, ils n'ont qu'à prouver leur innocence en énumérant les faits et en s'engageant explicitement à la non-ingérence dans les affaires de Hong Kong d'une manière ou d'une autre. Nous nous en féliciterons très certainement si les États-Unis y parviennent. Vous pouvez donc demander à la partie américaine quelles mesures elle prendra pour prouver cela et prendre un tel engagement.

 

Q : Première question, le Ministère chinois de la Culture et du Tourisme vient de publier une information selon laquelle, compte tenu des relations actuelles entre les deux rives du détroit de Taiwan, il a été décidé de suspendre les voyages individuels pour les habitants de 47 villes de la partie continentale à destination de Taiwan à partir du 1er août. Les médias taiwanais affirment que cette décision de la partie continentale est liée au récent « transit » de Tsai Ing-wen aux États-Unis, et à ses remarques flagrantes sur les manifestations à Hong Kong. Quel est votre commentaire à ce sujet ? Deuxième question, vous avez dit hier que l'article du Rodong Sinmun de la Corée du Nord relatif à Hong Kong était une voix de justice alors qu'il critiquait les commentaires du Secrétaire d'État américain Mike Pompeo sur Hong Kong. Des commentaires de Hong Kong disent que c'est une contradiction et une pratique de « deux poids deux mesures ». Comment y réagissez-vous ? Troisième question, les médias viennent d'annoncer que les négociations économiques et commerciales sino-américaines à Shanghai se sont terminées très rapidement. Cela signifie-t-il un tour de négociations infructueuses ? Par ailleurs, le Président Trump a tweeté que la Chine faisait souvent des volte-face et que ce serait un pire accord si la Chine voulait signer un accord après sa réélection l'année prochaine. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

R : Concernant votre première question, Taiwan fait partie de la Chine et les affaires entre les deux rives du détroit de Taiwan ne sont pas des questions diplomatiques. Je vous invite à vous adresser au Bureau des Affaires de Taiwan relevant du Conseil des Affaires d'État.

En ce qui concerne votre deuxième question, je ne sais pas quelles personnes à Hong Kong pensent que mes commentaires d'hier ont deux poids deux mesures. Tout ce que j'ai dit est objectif. J'ai fait des jugements et des commentaires basés sur les faits.

Sur votre troisième question, j'ai lu des reportages concernés. Hum ! Je veux juste dire que c'est vraiment intéressant.

Tout le monde voit bien, depuis plus d'un an de négociations économiques et commerciales, qui fait des volte-face, qui manque à sa parole, qui change d'idée à tout moment. La Chine adopte toujours une position constante sur les consultations économiques et commerciales sino-américaines. Les équipes des deux parties sont maintenant à Shanghai pour des négociations. Je ne suis pas au courant des dernières informations que vous avez mentionnées. À l'heure actuelle, il est inutile pour les États-Unis d'essayer d'exercer une pression maximale. En fait, il est également inutile d'imposer des médicaments à autrui lorsque quelqu'un est malade lui-même. J'estime que les États-Unis doivent faire preuve de plus de sincérité et de bonne foi sur la question des consultations économiques et commerciales.

Question supplémentaire : Première question, pourquoi la partie continentale décide-t-elle de suspendre les voyages individuels à Taiwan à ce moment précis ? Est-ce lié aux relations économiques et commerciales sino-américaines ? Deuxième question, les États-Unis ont déclaré qu'ils réagiraient la semaine prochaine pour autoriser les entreprises américaines à vendre des produits à Huawei. La Chine craint-elle que les négociations infructueuses d'aujourd'hui ne nuisent à la coopération entre Huawei et les entreprises américaines ?

R : Concernant votre première question, comme je l'ai dit, je vous invite à vous renseigner auprès du Bureau des Affaires de Taiwan relevant du Conseil des Affaires d'État.

S'agissant de votre deuxième question, nous avons noté qu'un nombre croissant d'entreprises américaines ont récemment exprimé la volonté de continuer à vendre des produits à Huawei. Nous avons également noté que Huawei a affirmé à maintes reprises sa confiance dans ses perspectives d'activité. J'ai également confiance dans Huawei. Par conséquent, ce sont les États-Unis qui sont pressés et inquiets, et non la Chine.

Q : Premièrement, le Canada a annoncé qu'il allait attendre la fin des élections en octobre pour décider si Huawei pourrait participer à la constitution de son réseau 5G. La Chine pense-t-elle qu'il sera trop tard d'attendre une décision en octobre ? Deuxièmement, un secrétaire d'État adjoint américain a déclaré que les étudiants chinois, influencés par les réseaux sociaux et les médias chinois, avaient une connaissance incorrecte des États-Unis, ce qui a empêché les échanges entre les deux pays. Il a également exprimé sa préoccupation quant au contrôle des étudiants chinois par des institutions chinoises accréditées à l'étranger par le biais d'organisations d'étudiants. Quel est le commentaire de la partie chinoise à ce sujet ?

R : S'agissant de votre première question, je me souviens que M. Ren Zhengfei a dit qu'il était confiant dans Huawei et que celui qui ne fait pas d'affaires avec Huawei subirait des pertes. Il appartient au Canada de discuter avec Huawei pour savoir à quel moment il commencera sa coopération avec Huawei, que ce soit en octobre ou à un autre moment. Mais il n'est jamais trop tard, tant que la coopération est ouverte, mutuellement bénéfique et fondée sur la bonne volonté.

Pour ce qui est de votre deuxième question, à vrai dire, s'agissant de la compréhension mutuelle de l'autre partie, ce sont les États-Unis qui sont en déficit.

L'échange d'étudiants est une partie importante des échanges socioculturels entre la Chine et les États-Unis. Il a effectivement permis d'améliorer la communication et la compréhension mutuelle entre les deux peuples. Cependant, pour des raisons que nous connaissons tous, des étudiants chinois ont rencontré diverses difficultés ou subi un traitement vraiment injuste dans leur demande de visa pour faire des études aux États-Unis et dans le cadre de leurs études dans le pays. Les recteurs de certaines universités américaines, dont Harvard, Yale, Stanford et Rice, ont déclaré publiquement que les universités chinoises et américaines devraient renforcer la coopération et les échanges, ce qui est très important pour les relations sino-américaines.

Nous espérons que les États-Unis feront des efforts actifs pour assurer les échanges normaux entre les deux peuples, y compris les échanges normaux entre les étudiants, et promouvoir la connaissance et la compréhension mutuelles, ainsi que la coopération entre les deux pays.

Q : Selon des sources d'information, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi rencontrera le Secrétaire d'État américain Pompeo lors des réunions des Ministres des Affaires étrangères sur la coopération en Asie de l'Est. Étant donné que, ces derniers temps, Pompeo a fait bon nombre de commentaires sur les questions liées à Hong Kong et à la Mer de Chine méridionale, quels sont les commentaires de la Chine au sujet de ces réunions ?

R : En ce qui concerne les questions relatives à Hong Kong et à la Mer de Chine méridionale, nous avons clairement et fermement exprimé notre position à maintes reprises. Les États-Unis le savent très bien.

Quant à la rencontre bilatérale entre le Conseiller d'État Wang Yi et le Secrétaire d'État américain Pompeo en marge des réunions des Ministres des Affaires étrangères sur la coopération en Asie de l'Est, il est en effet nécessaire que la Chine et les États-Unis, en tant que deux grandes puissances, restent en communication et discutent franchement des questions importantes. Nous publierons des informations à ce sujet si nous en avons.

Q : Des responsables de la Région autonome du Xinjiang ont déclaré hier que la plupart des personnes qui fréquentaient des centres d'enseignement et de formation professionnels avaient terminé leurs études et ont trouvé un emploi. Cette déclaration a suscité des doutes de l'extérieur. Pouvez-vous nous donner le nombre exact de personnes qui ont terminé leurs études dans ces centres ?

R : Hier, le Bureau d'Information du Conseil des Affaires d'État a tenu une conférence de presse pour inviter des responsables de la Région autonome ouïghoure du Xinjiang à présenter la situation en la matière. Je ne suis pas au courant du nombre que vous évoquez. Mais à en juger par ce qui a été exprimé par les diplomates et journalistes étrangers qui sont allés au Xinjiang ces derniers temps, vous saurez que la situation réelle au Xinjiang est très différente de ce qui a été décrit par certains médias occidentaux. Si vous souhaitez visiter le Xinjiang, nous sommes disposés à vous prêter notre concours.

Q : Selon Bloomberg, les négociations économiques et commerciales sino-américaines se sont terminées en peu de temps. Cela signifie-t-il que ce tour de consultations s'est terminé sans parvenir à un accord ?

R : Je ne suis pas au courant des dernières informations, donc je ne peux pas faire de commentaires à ce sujet. Je pense qu'un communiqué de presse officiel sera bientôt publié. Ce qui est le plus important, c'est que les consultations ne progresseront que si les États-Unis feront pleinement preuve de crédibilité, de sincérité, d'un esprit d'égalité et de respect mutuel.

Q : Le Président américain Trump a tweeté hier que la Chine n'avait pas acheté plus de produits agricoles américains comme promis. Il a également déclaré que les performances économiques de la Chine étaient très mauvaises et que l'imposition de droits de douane supplémentaires a fait perdre cinq millions d'emplois à la Chine et deux millions d'emplois dans l'industrie manufacturière. Quelle est la réponse de la Chine à cela ?

R : Le porte-parole du Ministère chinois du Commerce a répondu aux questions sur l'achat de produits agricoles américains par la Chine. Je ne suis pas au courant des détails à cet égard.

Vous disiez que les performances économiques de la Chine étaient très mauvaises. Mais tout le monde sait que le taux de croissance économique de la Chine au deuxième trimestre…

(Un problème est survenu au niveau du matériel d'interprétation simultanée dans la salle de la conférence de presse, et il a été réglé.)

Est-ce que ça va maintenant ? Vous voyez donc qu'il peut y avoir des arrêts de fonctionnement ou des incidents à tout moment, mais si vous prenez des mesures rapidement, tout peut être remis sur la bonne voie. Je pense que cela s'applique également aux relations sino-américaines ou à Hong Kong. Mais il faut agir à temps, et le plus tôt sera le mieux.

Revenons maintenant à votre question. La partie américaine a déclaré que les performances économiques de la Chine étaient très mauvaises, mais un fait évident est que l'économie chinoise a augmenté de 6,2% au deuxième trimestre de cette année, contre 2,1% aux États-Unis. Quel chiffre est le meilleur, 6,2% ou 2,1% ? Je crois que vous avez tous un jugement clair.

Au cours des consultations économiques et commerciales entre la Chine et les États-Unis, il n'est pas constructif d'avoir recours à l'écran de fumée ou d'exercer une pression maximale. Ce qui est important, c'est que les deux équipes tiennent des consultations calmes, sérieuses et sincères, et s'efforcent de résoudre les divergences et préoccupations respectives dans un esprit d'égalité et de respect mutuel. C'est le seul moyen de résoudre les problèmes.

Q : Nous avons appris que les voyages individuels des habitants de la partie continentale à Taiwan ont été suspendus. Quel est votre commentaire à ce sujet ?

R : Je viens de dire qu'il s'agit d'une affaire entre les deux rives du détroit. Je vous conseille de vous adresser au Bureau des Affaires de Taiwan relevant du Conseil des Affaires d'État.

Suggest To A Friend
  Print