Déclaration de la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying du 6 août 2019
2019/08/06

Q : Le 5 août, lors de sa visite dans les États fédérés de Micronésie (FSM), le Secrétaire d'État américain Pompeo a déclaré à la presse que le renforcement des relations des États-Unis avec les FSM, les Îles Marshall, Palau et d'autres pays insulaires du Pacifique aiderait à contrer les tentatives de la Chine de redessiner le Pacifique selon son image « autoritaire ». Les États-Unis ont entamé des négociations pour prolonger les accords de sécurité respectifs avec chaque pays. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Ces derniers temps, certaines personnes aux États-Unis salissent la Chine où qu'elles aillent. Maintenant, elles tentent de semer la discorde entre la Chine et les pays insulaires du Pacifique. Mais une telle tentative ne réussira pas. La Chine et les pays insulaires du Pacifique entretiennent une profonde amitié traditionnelle. Nos relations sont fondées sur le respect mutuel et le traitement d'égal à égal. La Chine développe toujours des relations de coopération amicale avec les pays insulaires du Pacifique dans divers domaines, en persévérant dans la bonne conception de la justice et des intérêts, ainsi que dans le principe de sincérité, de pragmatisme, d'amitié et de franchise. Ceci est sincèrement apprécié par tous ces pays. Les populations des pays insulaires du Pacifique sont les mieux placées pour en juger. Les États-Unis, en revanche, n'ont aucun droit ni aucune raison de tenir des propos déplacés et de porter des accusations de manière injustifiée.

Nous exhortons les États-Unis à rejeter la mentalité de la guerre froide et la conception périmée du jeu à somme nulle, à considérer de manière juste les relations entre la Chine et les pays insulaires du Pacifique, à contribuer de leur mieux au développement de ces pays et au maintien de la paix et de la stabilité régionales et à cesser de faire des remarques irresponsables.

Q : Au petit matin du 5 août, un attentat terroriste s'est produit au Caire, capitale égyptienne, causant 20 morts et 48 blessés. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : La Chine condamne fermement l'attentat terroriste survenu au Caire, en Égypte. Nous pleurons profondément les victimes et exprimons notre sincère sympathie aux blessés et aux familles des victimes. La Chine s'oppose au terrorisme sous toutes ses formes. Nous soutenons fermement les efforts de l'Égypte visant à maintenir la stabilité nationale et à lutter contre le terrorisme.

Q : Le 4 août, le Conseil militaire de transition du Soudan et les Forces de la Liberté et du Changement ont paraphé une déclaration constitutionnelle. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Nous saluons et appuyons le paraphe de la déclaration constitutionnelle au Soudan par le Conseil militaire de transition et la partie concernée. La Chine respecte le choix souverain du Soudan pour sa voie de développement national. Nous espérons que les parties concernées au Soudan donneront la priorité aux intérêts du pays et du peuple, feront progresser le processus de transition politique par les consultations et le dialogue et réaliseront la paix, la stabilité et le développement dans le pays dès que possible.

Q : Le Département du Trésor américain a présenté la Chine comme un manipulateur de devises, ce qui est une première depuis 1994. Quelle est la réponse de la Chine à cela ? Y aura-t-il des contre-mesures ?

R : La Banque populaire de Chine a publié une déclaration au sujet de la décision du Département du Trésor américain de présenter la Chine comme un manipulateur de devises. Au mépris des faits et des critères quantitatifs établis par eux-mêmes, les États-Unis qualifient la Chine de « manipulateur de monnaie » sans raison valable. C'est une autre mauvaise pratique dans l'escalade des différends commerciaux après l'annonce le 1er août par les États-Unis du plan d'imposition de nouveaux droits de douane sur des marchandises chinoises d'une valeur de 300 milliards de dollars. Cette pratique unilatérale et protectionniste capricieuse de la partie américaine bafoue et défie de manière flagrante les règles internationales. Cela viole le consensus multilatéral sur le taux de change. Cela n'aidera pas à résoudre les problèmes économiques et commerciaux sino-américains de manière raisonnable et pragmatique. Pire encore, cela nuira gravement à l'ordre financier international et entravera le commerce international et la reprise économique mondiale. La Chine s'oppose fermement à cela.

La Chine applique un système de taux de change flottant sous administration, fondé sur l'offre et la demande du marché et sur un panier de devises. Le taux de change du RMB est basé sur l'offre et la demande du marché, il n'y a donc aucune « manipulation de devises ». La Chine s'est engagée à maintenir le taux de change du RMB essentiellement stable à un niveau raisonnable et équilibré. Notre effort est vu par la communauté internationale. Depuis 2018, les États-Unis n'ont pas cessé d'intensifier l'escalade des différends commerciaux en provoquant de fortes fluctuations sur le marché financier mondial à maintes reprises, mais la Chine s'est toujours abstenue de recourir à toute dévaluation concurrentielle. Nous n'avons pas utilisé et n'utiliserons pas le taux de change comme outil pour régler les différends commerciaux.

La Chine exhorte les États-Unis à revenir à la raison et à rectifier leurs pratiques erronées autant que possible, afin d'éviter tout nouveau préjudice aux relations sino-américaines.

Q : Selon des reportages, tôt ce matin, la RPDC a lancé à nouveau deux projectiles. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : La Chine a pris note du mouvement concerné de la RPDC ainsi que de l'exercice militaire conjoint des États-Unis et de la République de Corée lancé hier. La situation dans la péninsule coréenne est actuellement à un stade crucial. La Chine appelle les parties concernées à chérir la détente de la situation durement gagnée, à contribuer de leur mieux à la promotion du dialogue et à l'atténuation des tensions, à assurer la mise en œuvre du consensus politique des dirigeants le plus rapidement possible et à déployer des efforts positifs pour promouvoir la dénucléarisation de la péninsule et la paix durable dans la péninsule et dans la région.

Q : Selon des personnes proches du dossier, le Pakistan sollicite l'aide de la Chine et de deux autres pays en développement afin d'éviter des sanctions financières de la part du Groupe d'action financière sur le blanchiment de capitaux (GAFI). Certains signes indiquent que le Pakistan a peu de temps pour atteindre les objectifs de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. La Chine a-t-elle accepté de bloquer l'inscription du Pakistan sur la liste noire ?

R : Le Groupe d'action financière sur le blanchiment de capitaux (GAFI) est une plate-forme importante pour la coopération internationale en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Ses buts et objectifs sont d'aider les différents pays à mieux lutter contre le blanchiment d'argent, le financement du terrorisme et d'autres activités illégales et d'empêcher les abus du système financier international plutôt que de sanctionner ou de punir un quelconque pays.

Le Pakistan a déployé des efforts considérables pour renforcer son système national de lutte contre le financement du terrorisme et a obtenu des résultats positifs. Sa volonté politique et ses efforts positifs doivent être reconnus et encouragés par la communauté internationale. Nous espérons que le GAFI continuera à fournir un soutien et une assistance constructifs pour aider le Pakistan à améliorer son système de lutte contre le financement du terrorisme.

Q : La Chine craint-elle que l'Inde n'empêche Huawei de participer à la construction de ses réseaux 5G ? Les fonctionnaires chinois ont-ils suggéré que les sociétés indiennes pourraient faire face à des contre-mesures si le gouvernement indien imposait des restrictions à Huawei ?

R : Huawei développe depuis longtemps des activités en Inde et nous témoignons tous de sa contribution au développement économique et social de l'Inde. En ce qui concerne la participation des entreprises chinoises à la construction de la 5G en Inde, nous espérons que l'Inde prendra des décisions indépendantes et objectives et fournira un environnement commercial juste, équitable et non discriminatoire aux investissements et à l'exploitation des entreprises chinoises afin d'obtenir des résultats mutuellement bénéfiques et des avantages mutuels.

Suggest To A Friend
  Print