Conférence de presse du 20 décembre 2019 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2019/12/20

Sur invitation du Représentant spécial indien pour la question des frontières sino-indiennes et Conseiller indien à la sécurité nationale Ajit Doval, le Représentant spécial chinois et Conseiller d’Etat et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi participera à la 22e rencontre des Représentants spéciaux de la Chine et de l’Inde sur la question des frontières sino-indiennes les 20 et 21 décembre, en Inde.

Q : Lors de sa réponse à une question sur les relations sino-russes lors de sa conférence de presse annuelle hier, le Président russe Poutine a déclaré que la Russie et la Chine jouissaient d’un niveau de confiance mutuelle sans précédent, ce qui est plus important que tout autre chiffre. Il a ajouté que la coopération des deux parties était le facteur le plus important de la stabilité stratégique internationale. Les deux pays travaillent ensemble pour défendre l’autorité du droit international et promouvoir un ordre mondial multipolaire. Il a déclaré que les deux pays continueraient d’approfondir le partenariat stratégique global de coordination afin qu’il bénéficie aux deux pays et à leurs peuples. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Le Président Poutine apprécie hautement les relations sino-russes lors des conférences de presse annuelles des dernières années, ce qui en dit long sur notre relation de haut niveau, à long terme et stable.

Cette année marque le 70e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Russie. Sous la direction stratégique du Président Xi et du Président Poutine, notre partenariat stratégique global de coordination a fait de grands progrès dans une nouvelle ère, produisant des résultats fructueux au niveau bilatéral et jouant également le rôle de pilier pour la paix et la sécurité mondiales. Comme l’a dit le Président Poutine, notre partenariat stratégique global de coordination est basé sur une confiance mutuelle solide. Il ne vise aucune partie tierce et ne sera pas affecté par des perturbations ou des sabotages extérieurs.

L’année prochaine, nous célébrerons conjointement l’Année sino-russe de l’Innovation scientifique et technologique et le 75e anniversaire de la victoire de la Seconde Guerre mondiale et de la fondation de l’ONU. Les deux parties renforceront la coordination stratégique, promouvront l’intégration des intérêts, approfondiront l’amitié traditionnelle et contribueront davantage au développement et au renouveau nationaux ainsi qu’à la stabilité et à la prospérité mondiales.

Q : Le Premier ministre canadien Trudeau a déclaré que les Etats-Unis ne devraient pas signer d’accord commercial avec la Chine à moins que deux Canadiens, Michael Kovrig et Michael Spavor, soient d’abord libérés. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : J’ai lu les reportages concernés. Je me demande si le Canada se sent trop amer pour pleurer maintenant. Si vous tirez les marrons du feu pour les autres, vous vous brûlerez.

Voici quelques conseils pour la partie canadienne : ne perdez pas votre temps et vos efforts pour vous liguer contre la Chine ou faire pression sur la Chine au sujet de questions sans lien, car vous n’en tirerez aucun avantage.

Q : Une question concernant les travailleurs de la RPDC à l’étranger. Récemment, la Chine a présenté un projet de résolution au Conseil de sécurité pour lever certaines sanctions, mais la date butoir de mise en œuvre des sanctions du Conseil de sécurité imposées aux travailleurs de la RPDC à l’étranger est après-demain. La position de la Chine sur les travailleurs de la RPDC à l’étranger a-t-elle changé ? Pensez-vous qu’il soit encore nécessaire d’imposer des sanctions ?

R : La position de la Chine sur la mise en œuvre des résolutions de l’ONU est cohérente. Tant que les résolutions resteront en vigueur, nous nous acquitterons sérieusement de nos responsabilités internationales et traiterons les questions concernées conformément aux résolutions.

Par ailleurs, je voudrais réaffirmer la position cohérente de la Chine. La partie chinoise estime toujours que les résolutions relatives à la RPDC doivent être mises en œuvre de manière intégrale, complète et équilibrée. Ces résolutions exigent non seulement d’imposer des sanctions, mais également d’ajuster les mesures de sanction en temps opportun et de promouvoir un règlement politique. Tout cela doit être fidèlement mis en œuvre.

Q : Le Parlement européen a adopté une résolution appelant la Chine à fermer les centres d’enseignement et de formation professionnels du Xinjiang. Il appelle également à des sanctions contre des fonctionnaires chinois. La Chine y voit-elle une ingérence européenne dans ses affaires intérieures ? Cela pourrait-il affecter les relations entre la Chine et l’UE ?

R : Vous avez peut-être remarqué que la Mission de la RPC auprès de l’UE y a longuement répondu. Ici, je n’entrerai pas dans les détails, mais je voudrais souligner les points suivants.

Premièrement, nous avons présenté à maintes reprises notre position sur les questions liées au Xinjiang. Depuis 2015, sept livres blancs sur le Xinjiang ont été publiés et des conférences de presse ont été organisées par le Bureau de l’Information du Conseil des Affaires d’Etat. La position de la Chine a été énoncée très clairement.

Deuxièmement, les affaires du Xinjiang sont des affaires intérieures de la Chine. Nous nous opposons fermement à l’ingérence de quiconque ou d’une quelconque force dans les affaires intérieures de la Chine sous le prétexte des problèmes liés au Xinjiang. Je crois que les résidents du Xinjiang et les autres Chinois sont mieux placés pour juger de la situation réelle du Xinjiang que ceux qui vivent en Europe et ne sont jamais allés au Xinjiang.

Troisièmement, nous exhortons l’UE à rejeter la pratique du « deux poids deux mesures » sur la lutte contre le terrorisme et à contribuer davantage aux relations bilatérales Chine-UE.

Q : Selon des reportages, les directeurs politiques des ministères français, allemand et britannique des Affaires étrangères se sont rendus ensemble aujourd’hui en Chine pour échanger leurs points de vue avec la partie chinoise sur la question du nucléaire iranien. Pourriez-vous offrir plus d’informations ?

R : Ce matin, le Directeur général du Département du contrôle des armements du Ministère des Affaires étrangères a tenu des consultations avec les directeurs politiques des ministères français, allemand et britannique des Affaires étrangères à Beijing pour procéder à un échange de vues approfondi sur la question du nucléaire iranien.

Le retrait des Etats-Unis du JCPOA et leur campagne de pression extrême sur l’Iran ont conduit à une tension continue dans la situation du nucléaire iranien. Le JCPOA est au bord de l’effondrement. La Chine et l’Europe, en tant que deux forces majeures du multilatéralisme, sont convenues de renforcer la communication et la coordination, de mettre activement en œuvre le consensus atteint lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères sur la question du nucléaire iranien en septembre dernier et d’assurer la mise en œuvre intégrale et efficace du JCPOA.

Les deux parties soutiennent les efforts de médiation diplomatique et la résolution des problèmes relatifs à la mise en œuvre de l’accord par le biais de consultations au sein de la Commission conjointe du JCPOA. Nous sommes prêts à travailler pour apaiser les tensions afin de maintenir le régime international de non-prolifération nucléaire ainsi que la paix et la stabilité au Moyen-Orient.

Q : Le Représentant spécial des Etats-Unis pour la RPDC Biegun s’est entretenu hier à Beijing avec le Vice-Ministre des Affaires étrangères Luo Zhaohui. Pourriez-vous nous communiquer plus de détails sur ces discussions ? La partie chinoise a-t-elle essayé de faire revenir la RPDC dans les discussions avec les Etats-Unis ?

R : Nous avons publié un communiqué de presse sur la réunion entre le Vice-Ministre Luo Zhaohui et le Représentant spécial Biegun. L’avez-vous lu ? (Le journaliste a fait un signe affirmatif de la tête.)

Notre position est claire. Je veux seulement souligner une chose. Comme nous l’avons répété aux Etats-Unis, nous espérons que les Etats-Unis et la RPDC reprendront le dialogue et le contact le plus tôt possible, iront dans la même direction et élaboreront un plan efficace pour instaurer la confiance et résoudre les divergences. La Chine et les Etats-Unis ont procédé à un échange de vues sur la promotion de la dénucléarisation et la mise en place d’un mécanisme de paix de manière progressive, synchronisée et parallèle. Nous avons convenu de continuer à maintenir la communication au sujet de la question de la péninsule.

Le Vice-Ministre des Affaires étrangères Le Yucheng a également rencontré ce matin le Représentant spécial Biegun. Veuillez suivre le communiqué de presse qui sera publié plus tard.

Q : La Chine craint-elle que les remarques du Premier ministre Trudeau n’affectent la conclusion d’un accord commercial avec les Etats-Unis ?

R : La position de la Chine sur les consultations économiques et commerciales sino-américaines est cohérente et claire. Veuillez suivre les récentes déclarations de la Chine et des Etats-Unis concernant la conclusion de l’accord commercial de phase I.

Q : A propos de la Chinoise qui aurait été arrêtée par la police en Floride, aux Etats-Unis. Je sais que vous avez fait une réponse de principe hier, mais avez-vous plus d’informations maintenant ?

R : J’ai dit lors de la conférence de presse d’hier que j’avais besoin d’obtenir plus d’informations à ce sujet.

D’après ce que je sais jusqu’à présent, l’Ambassade et les Consulats de Chine aux Etats-Unis ont été informés par la partie américaine de l’arrestation d’un ressortissant chinois le 18 décembre. Notre consulat général à Houston a contacté cette personne.

Le gouvernement chinois demande aux citoyens chinois d’outre-mer de respecter les lois et règlements locaux et de ne se livrer à aucune forme d’activités illégales. Dans le même temps, nous demandons aux Etats-Unis d’enquêter sur cette affaire de manière légale et impartiale, de traiter l’affaire correctement et de protéger sérieusement les droits et intérêts légitimes du ressortissant chinois concerné.

Q : Commentant plus tôt les remarques de Trudeau, vous avez utilisé l’analogie « tirer les marrons du feu ». Qu’est-ce que vous voulez dire ? Voulez-vous dire « désespéré » ?

R : Celui qui est désespéré le sait maintenant le mieux.

Q : La partie américaine a-t-elle déjà demandé que la libération des deux Canadiens par la Chine soit une condition préalable à un accord de phase I lors des négociations commerciales ?

R : Notre position sur les consultations économiques et commerciales sino-américaines est cohérente et claire.

Les deux parties sont parvenues à un consensus sur le texte d’un accord de phase I et travaillent sur le suivi. Je pense que vous avez pris note des déclarations des deux parties.

Comme nous l’avons répété à maintes reprises, la conclusion d’un accord de phase I sert les intérêts de la Chine, des Etats-Unis et du monde entier. Elle est également l’attente commune de la communauté internationale.

Q : Vous avez dit tout à l’heure que « celui qui est désespéré le sait maintenant le mieux ». Pourriez-vous clarifier cela ? Qui est désespéré ? Une autre question concerne Biegun. Selon certaines informations, il souhaite ouvrir davantage de dialogues avec la RPDC. Et on dit qu’il pourrait même aller en RPDC cette fois. La Chine pense-t-elle que ce serait une bonne idée pour lui d’aller en RPDC ?

R : Je commence par répondre à votre deuxième question. Comme je l’ai dit, la Chine encourage les Etats-Unis et la RPDC à reprendre le dialogue et le contact dès que possible, à aller dans la même direction et à rechercher une solution viable pour instaurer la confiance et résoudre les divergences. Telle est notre position cohérente et claire. Les Etats-Unis et la RPDC le savent clairement.

En ce qui concerne votre première question, je voudrais attirer votre attention sur le fait que je n’avais pas utilisé le mot « désespéré » dans ma réponse. Ce n’est que l’interprétation du journaliste de la BBC.

Question supplémentaire : Pourriez-vous donner plus de détails sur « désespéré » ?

R : Vous devriez demander des éclaircissements au journaliste de la BBC qui a évoqué ce mot.

Question supplémentaire : Que voulez-vous dire exactement par « tirer les marrons du feu », s’il vous plaît ?

R : N’avez-vous pas entendu parler de ce proverbe ? Je pense qu’il est utilisé non seulement en Chine, mais aussi dans de nombreux pays occidentaux. Le sens va de soi.

Q : Vous avez dit : « si vous tirez les marrons du feu pour les autres, vous vous brûlerez ». Est-ce une menace quelconque ?

R : Je n’ai utilisé ni « désespéré » ni « menace » dans ma réponse. Ce sont vos interprétations.

Si vous préférez une réponse plus diplomatique, la voici :

Le Canada est entièrement responsable des difficultés actuelles des relations sino-canadiennes. Seul celui qui a noué saura dénouer. Nous exhortons le Canada à prendre au sérieux la position et les préoccupations solennelles de la Chine, à corriger son erreur et à libérer immédiatement Mme Meng Wanzhou pour qu’elle retourne en Chine saine et sauve. Quant aux cas impliquant deux citoyens canadiens que le Canada continue d’évoquer, ils sont soupçonnés de mener des activités qui mettent en danger la sécurité nationale de la Chine. L’enquête sur les deux affaires est terminée et les dossiers ont été transférés aux parquets pour examen et poursuites judiciaires conformément aux procédures légales.

Q : Lors de la conférence de presse d’hier, le Président Poutine a déclaré que les Etats-Unis, le Japon et la République de Corée tentent de créer une sorte d’alliance militaire en Asie, mais que la Chine et la Russie n’ont pas l’intention de le faire. Compte tenu de la situation mondiale actuelle, pensez-vous qu’il soit nécessaire que la Chine et la Russie créent une sorte d’alliance militaire ?

R : Les relations sino-russes ont montré une forte vitalité et de larges perspectives après avoir résisté aux épreuves des aléas de la situation internationale au cours des sept dernières décennies. Nos relations sont devenues un exemple pour un nouveau type de relations entre grands pays, caractérisé par une coopération étroite, le partenariat au lieu de l’alignement, et le dialogue au lieu de la confrontation.

Le partenariat stratégique global de coordination entre la Chine et la Russie pour une nouvelle ère est devenu une relation entre les grands pays, caractérisée par le plus haut degré de confiance mutuelle, le plus haut niveau de coordination et la valeur stratégique la plus élevée. Il ne vise aucune partie tierce et ne sera perturbé par aucune partie tierce.

La Chine est prête à travailler avec la Russie pour continuer de mettre en œuvre le consensus de nos dirigeants afin de faire progresser constamment le partenariat stratégique global de coordination Chine-Russie pour une nouvelle ère.

Q : Vous avez annoncé la 22e rencontre des Représentants spéciaux de la Chine et de l’Inde sur la question des frontières sino-indiennes. Pourriez-vous en présenter les dispositions et préciser en quoi consiste la question des frontières à discuter ?

R : La rencontre des Représentants spéciaux de la Chine et de l’Inde sur la question des frontières est le principal canal pour les négociations sur les frontières et une plateforme importante pour la communication stratégique entre les deux pays. Conformément à la pratique établie, le lieu d’accueil de cet événement annuel alterne entre les deux pays. Les Représentants spéciaux des deux parties suivront le consensus des dirigeants et auront des discussions approfondies sur des questions telles que la délimitation des frontières, l’administration et le contrôle des frontières, et la coopération pragmatique pour rechercher des solutions à la question des frontières. Ils échangeront également des vues sur les questions bilatérales, régionales et internationales d’intérêt commun. La partie chinoise publiera plus d’informations en temps voulu.

Suggest To A Friend
  Print