Conférence de presse du 6 janvier 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Geng Shuang
2020/01/06

Q : Les tensions dans les relations américano-iraniennes s'intensifient. Les États-Unis ont affirmé avoir ciblé 52 sites iraniens, qui seront touchés si l'Iran frappe des Américains ou des actifs américains. L'Iran a déclaré que quelque 35 cibles américaines dans la région étaient à portée de main. Comment la Chine envisage-t-elle la situation actuelle ?

R : La Chine est très préoccupée par la situation actuelle au Moyen-Orient. Personne ne veut voir une aggravation des tensions au Moyen-Orient et dans la région du Golfe. Assurer la paix et la stabilité dans la région est d'une importance vitale pour le monde entier.

La politique du plus fort est toujours impopulaire et non durable. L'aventurisme militaire américain va à l'encontre des normes fondamentales régissant les relations internationales et aggrave les tensions et les turbulences dans la région. La Chine s'oppose toujours au recours à la force dans les relations internationales. Les actions militaires ne mèneront nulle part, et la pratique de la pression maximale est sans issue.

La Chine estime que toutes les parties devraient respecter scrupuleusement les buts et principes de la Charte des Nations Unies et les normes fondamentales régissant les relations internationales. L'indépendance, la souveraineté et l'intégrité territoriale de tous les pays doivent être respectées. La paix et la stabilité au Moyen-Orient et dans la région du Golfe doivent être maintenues. Nous exhortons les États-Unis à ne pas abuser de la force, et appelons les parties concernées à faire preuve de retenue pour empêcher la spirale de la tension, et à revenir rapidement sur la voie du dialogue et de la consultation pour apaiser les tensions.

La Chine continuera de préserver une position objective et juste et de jouer un rôle constructif dans le maintien de la paix et de la sécurité au Moyen-Orient et dans la région du Golfe.

Q : Une question complémentaire sur la situation en Irak et aux États-Unis. Le Président américain Trump a menacé dimanche d'imposer des sanctions sévères à l'Irak après que le parlement du pays a adopté une résolution exhortant le gouvernement à mettre fin à la présence des troupes étrangères dans le pays. « S'ils nous demandent de partir, si nous ne le faisons pas de manière amicale, nous leur imposerons des sanctions comme ils n'en ont jamais vu auparavant », a tweeté Trump. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

R : Nous avons lu les reportages concernés. Nous sommes toujours d'avis que, dans les relations interétatiques, les pays doivent respecter les buts et principes de la Charte des Nations Unies ainsi que les normes fondamentales régissant les relations internationales. Nous nous opposons à l'utilisation arbitraire ou à la menace de sanctions, sans parler de l'imposition de sanctions unilatérales. L'indépendance, la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Irak doivent être effectivement sauvegardées. Nous espérons que les pays concernés, certains grands pays non régionaux en particulier, contribueront à la paix et à la stabilité au lieu d'aggraver les tensions au Moyen-Orient.

Q : L'Iran a annoncé dimanche une nouvelle annulation de ses engagements envers le JCPOA. La Chine est-elle préoccupée par cette décision ? Selon vous, qui devrait être tenu pour responsable, l'Iran ou les États-Unis ?

R : La Chine a pris note des mesures annoncées par l'Iran quant à la 5e phase de réduction de la mise en œuvre du JCPOA. Nous avons également noté que, selon l'Iran, ce serait la dernière fois qu'il réduirait ses engagements, que l'Iran poursuivrait sa coopération avec l'AIEA et reprendrait l'application du JCPOA sous certaines conditions. Nous estimons qu'en dépit de la réduction de ses engagements pour des raisons extérieures, l'Iran a fait preuve de retenue et exprimé clairement sa volonté politique de mettre en œuvre le JCPOA de manière efficace et intégrale. Il n'a pas violé ses obligations au titre du TNP.

À l'heure actuelle, la situation au Moyen-Orient devient de plus en plus complexe, ce qui pose de graves problèmes au JCPOA. Les États-Unis, qui se sont retirés unilatéralement du JCPOA, ont ignoré le droit international et leurs obligations internationales, exercé une pression maximale sur l'Iran et empêché les autres parties de respecter leurs engagements. Ces pratiques sont à l'origine des tensions actuelles et devraient être le point de départ fondamental dont toutes les parties doivent tenir compte pour résoudre le problème nucléaire iranien de manière objective et équitable. Toutes les parties au JCPOA doivent rester calmes et rationnelles, s'en tenir à la bonne direction d'un règlement politique et diplomatique, résoudre les divergences sur la mise en œuvre du JCPOA par des consultations dans le cadre de la Commission mixte du JCPOA en éliminant les perturbations, éviter de prendre toute mesure qui pourrait compliquer la situation et s'efforcer de préserver le JCPOA.

Je tiens à souligner que le JCPOA, gagné au prix de grands efforts, est un résultat important de la diplomatie multilatérale, approuvé et adopté par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, un pilier important pour le système international de non-prolifération et la paix et la stabilité au Moyen-Orient, et une importante partie de l'ordre international fondé sur le droit international. La communauté internationale doit avoir à l'esprit une vision plus large et à long terme, soutenir fermement le JCPOA et œuvrer à l'amélioration de la question nucléaire iranienne et de la situation au Moyen-Orient. La Chine continuera de rester en communication et coordination étroites avec les parties concernées et déploiera des efforts inlassables à cette fin.

Q : Hier, le porte-parole du Ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que l'Iran avait adressé une lettre au Conseil de sécurité de l'ONU au sujet de l'assassinat du commandant Soleimani. Il a déclaré que le Ministère iranien des Affaires étrangères avait déjà pris, entre autres, des mesures politiques et juridiques, notamment au niveau du Conseil de Sécurité des Nations Unies. La Chine pense-t-elle que cette question devrait être soumise au Conseil de Sécurité ?

R : La Chine a noté que le représentant permanent iranien auprès de l'ONU avait adressé des lettres au Président du Conseil de Sécurité et au Secrétaire général de l'ONU. L'aventurisme militaire des États-Unis a violé les normes fondamentales régissant les relations internationales et entraîné de plus grandes tensions et turbulences. Le Conseil de Sécurité étant le premier responsable du maintien de la paix et de la sécurité internationales, il devrait assumer sérieusement ses devoirs attribués par la Charte des Nations Unies. En tant que membre permanent du Conseil de Sécurité, la Chine continuera, dans un esprit objectif et équitable, de travailler avec les autres parties pour préserver le droit international, la justice internationale ainsi que la paix et la sécurité au Moyen-Orient et dans la région du Golfe.

Q : Dans un contexte d'intensification des tensions américano-iraniennes, la Chine renforcera-t-elle sa présence sécuritaire au Moyen-Orient ?

R : Comme je l'ai dit lorsque j'ai répondu à un autre journaliste, la Chine est très préoccupée par la situation actuelle au Moyen-Orient. La détérioration de la situation au Moyen-Orient et dans la région du Golfe n'est dans l'intérêt d'aucune partie. Il est d'une importance vitale pour le monde entier que la paix et la stabilité soient assurées dans la région.

La Chine s'oppose toujours à l'abus de la force dans les relations internationales. Nous appelons les parties concernées à faire preuve de retenue pour éviter une nouvelle escalade et à reprendre le dialogue et la consultation le plus tôt possible afin de désamorcer les tensions.

Fidèle à une position impartiale et équitable, la Chine continuera de déployer des efforts constructifs pour la paix et la sécurité au Moyen-Orient et dans la région du Golfe.

Suggest To A Friend
  Print