Point de presse en ligne du 3 février 2020 tenu par la Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Hua Chunying
2020/02/03

Bonjour. Je suis Hua Chunying, Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères. Ravie de vous retrouver lors du premier point de presse en ligne de notre Ministère.

C’est une plateforme inhabituelle à un moment inhabituel. Mais je crois que nous nous reverrons bientôt à Lanting.

Je suis à votre disposition pour répondre à vos questions.

Q : Certains pays ont récemment annoncé des restrictions de voyage pour les citoyens chinois. Plus précisément, les Etats-Unis ont élevé leurs avertissements aux voyageurs pour la Chine au plus haut niveau et interdit temporairement à partir du 2 février l’entrée sur leur territoire de tous les étrangers qui se sont rendus en Chine au cours des 14 derniers jours. Quel est le commentaire de la Chine à ce propos ?

R : Agissant avec un sens élevé des responsabilités envers la santé de la population, le gouvernement chinois a pris les mesures de prévention et de contrôle les plus complètes et les plus rigoureuses après l’apparition de l’épidémie, dont beaucoup ont dépassé de loin les exigences du Règlement sanitaire international (RSI). Le Directeur général de l’OMS en a fait l’éloge, en disant que la Chine a « établi une nouvelle norme de riposte aux épidémies ». Il a déclaré clairement que la qualification d’urgence de santé publique de portée internationale ne consistait pas en un vote de défiance à l’égard de la Chine. Au contraire, l’OMS est confiante en la capacité de la Chine d’enrayer l’épidémie. Il n’y a pas lieu d’imposer des restrictions non nécessaires aux voyages internationaux.

La plupart des pays apprécient et soutiennent les efforts de la Chine pour lutter contre l’épidémie du nouveau coronavirus, et nous les comprenons et les respectons lorsqu’ils adoptent ou renforcent des mesures de quarantaine et de prévention des épidémies à l’entrée aux frontières. Mais dans le même temps, certains pays, les Etats-Unis en particulier, ont réagi de manière inappropriée et adopté des mesures excessives, ce qui va certainement à l’encontre des recommandations de l’OMS.

Le gouvernement américain ne nous a fourni aucune assistance substantielle, mais il a été le premier à évacuer le personnel de son consulat à Wuhan, le premier à suggérer le retrait partiel du personnel de son ambassade et le premier à interdire l’entrée aux voyageurs chinois. Ce qu’il a fait ne pouvait que créer et répandre la panique, ce qui est un très mauvais exemple. Même les médias et les experts américains doutaient de la décision du gouvernement, déclarant que les restrictions imposées par le gouvernement américain à la Chine sont précisément ce que l’OMS rejette, que les Etats-Unis passent de l’excès de confiance en eux à la panique et à la réaction excessive, et que l’interdiction de l’entrée des visiteurs qui se sont rendus en Chine au cours des 14 derniers jours et d’autres mesures sont soupçonnés de violer les droits civils et ne permettront pas de réduire les risques de propagation du virus. En fait, selon un récent rapport du CDC, la grippe américaine de 2019 à 2020 a touché 19 millions de personnes et a causé au moins 10 000 décès. En revanche, au 2 février, on comptait en Chine 17 205 cas confirmés de pneumonie causée par le nouveau coronavirus, 361 décès et 475 patients guéris, alors qu’il n’y avait que 11 cas confirmés aux Etats-Unis. Le contraste donne à réfléchir. J’ai également noté que la Ministre canadienne de la Santé a déclaré que le Canada ne suivrait pas les Etats-Unis et n’imposerait pas de restrictions d’entrée aux ressortissants chinois ou étrangers qui se sont rendus en Chine. Le Canada estime que l’interdiction d’entrée n’a aucun fondement, ce qui contraste fortement avec le comportement américain.

Nous espérons que les pays concernés porteront des jugements et apporteront des réponses raisonnables, calmes et scientifiques. Avec une attitude ouverte, transparente et hautement responsable, la Chine renforcera sa coopération avec l’OMS et la communauté internationale. Nous avons la confiance et la capacité de gagner cette bataille le plus vite possible.

Q : Le gouvernement canadien dit qu’il attend l’autorisation du gouvernement chinois pour envoyer un avion depuis le Vietnam pour venir récupérer des citoyens canadiens à Wuhan. Quand la partie chinoise accordera-t-elle cette autorisation à la partie canadienne ?

R : La Chine attache une grande importance à la vie et à la santé des citoyens chinois et des ressortissants étrangers à Wuhan et prend des mesures efficaces pour répondre à leurs préoccupations et à leurs besoins en temps opportun.

Pour les pays qui souhaitent évacuer leurs citoyens hors de Wuhan, nous prenons des dispositions et leur fournissons l’assistance et les commodités nécessaires conformément aux pratiques coutumières internationales et à nos mesures de lutte contre les épidémies. Les pays concernés nous ont remerciés.

Pour autant que je sache, la Chine et le Canada sont en communication à ce sujet.

Q : Combien de pays ont jusqu’à présent fourni une aide humanitaire à la Chine ? Quels pays sont prêts à le faire ? Et de quels articles la Chine a-t-elle le plus besoin ?

R : Depuis l’apparition de l’épidémie de pneumonie causée par le nouveau coronavirus, certains pays ont exprimé leur compréhension et leur soutien à la Chine par divers moyens. Le 2 février à midi, du matériel de prévention et de contrôle de l’épidémie donné par la République de Corée, le Japon, le Royaume-Uni, la France, la Turquie, le Pakistan, le Kazakhstan, la Hongrie, l’Iran, la Biélorussie, l’Indonésie et l’Unicef est arrivé en Chine. De plus, des amis de nombreux pays nous ont également offert leur soutien. C’est dans le besoin que l’on reconnaît ses vrais amis. Je les remercie tous.

Ce dont nous avons actuellement un besoin urgent, ce sont des fournitures médicales pour la prévention et le contrôle, telles que des masques, des combinaisons de protection et des lunettes de sécurité.

Q : Taïwan s’est plaint que l’Italie ait interdit les vols en provenance de Taïwan car l’OMS a classé Taïwan comme faisant partie de la Chine, donc comme zone « à haut risque » du nouveau coronavirus. La Chine demandera-t-elle à l’OMS de répertorier Taïwan séparément afin que les vols reliant Taïwan ne soient pas affectés par les interdictions de vol ?

R : Les compatriotes de Taïwan sont nos frères et sœurs. S’ils rencontrent des difficultés à l’étranger, nous sommes toujours prêts à les aider. L’OMS est une agence spéciale des Nations unies composée d’Etats souverains. La participation de Taïwan aux activités d’organisations internationales telles que l’OMS doit être convenablement organisée par le biais de consultations inter-détroit dans le cadre du principe d’une seule Chine.

La région de Taïwan dispose d’un accès rapide aux informations sur les urgences mondiales de santé publique publiées par l’OMS et les informations peuvent également circuler facilement dans l’autre sens. Grâce à ces dispositions, la région de Taïwan est en mesure de faire face, en temps opportun et de manière efficace, aux urgences de santé publique locales ou mondiales.

Q : La Chine est-elle en discussion avec d’autres pays pour qu’ils n’imposent pas de restrictions d’entrée aux citoyens chinois ? La Chine est-elle déçue de ceux qui restreignent l’entrée des citoyens chinois ?

R : Accordant une grande importance à la vie et à la santé de la population, la Chine a pris les mesures de prévention et de contrôle les plus rigoureuses et les plus complètes qui dépassent de loin les recommandations de l’OMS et les exigences du RSI. Comme l’a fait remarquer le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros, déclarer une urgence de santé publique de portée internationale vise essentiellement à fournir des aides internationales nécessaires aux pays dont les systèmes sanitaires sont les plus fragiles et qui ont les capacités de santé publique moins importantes. L’OMS n’approuve pas et rejette même toute interdiction de voyage en Chine. Elle a déclaré à maintes reprises que la Chine avait pris des mesures fermes et énergiques, qu’elle était confiante dans la victoire de la Chine dans cette bataille et que les pays devaient rester calmes au lieu de réagir de manière excessive dans les circonstances actuelles. Nous comprenons les mesures raisonnables en matière de prévention des épidémies prises par la plupart des pays conformément aux recommandations de l’OMS.

Cependant, malheureusement, ce sont précisément les Etats-Unis et certains autres pays développés dotés de systèmes sanitaires solides et de capacités avancées de santé publique qui ont imposé des restrictions excessives à la Chine, ce qui est clairement contraire aux recommandations de l’OMS.

Nous espérons que certains pays considéreront l’épidémie et les efforts de la Chine de manière objective et rationnelle, suivront les dispositions du RSI et les recommandations professionnelles et faisant autorité de l’OMS, et prendront les mesures appropriées, afin d’éviter toute perturbation inutile des voyages internationaux.

Q : Le Pakistan a déclaré hier qu’il n’évacuerait pas ses citoyens depuis le Hubei, déclarant que la Chine dispose de meilleures installations médicales pour faire face à l’épidémie. Y a-t-il d’autres pays qui ont exprimé une opinion similaire par les canaux diplomatiques ?

R : En effet, ainsi qu’ils l’ont déclaré, le Premier ministre et le Ministre des Affaires étrangères du Pakistan saluent et soutiennent fermement les efforts de la Chine pour lutter contre l’épidémie du nouveau coronavirus ; ils remercient la Chine pour son aide aux citoyens pakistanais en Chine ; ils sont convaincus que la Chine pourra vaincre l’épidémie en mettant en valeur les avantages de son système ; le peuple pakistanais se tient fermement aux côtés de ses frères chinois.

Comme le Pakistan, de nombreux autres pays ont également exprimé leur pleine confiance en la Chine. Nous les remercions. Nous avons la confiance et la capacité de gagner la lutte contre l’épidémie le plus vite possible et de protéger la vie et la santé de leurs citoyens en Chine.

Q : La visite du Président Xi au Japon cette année sera-t-elle affectée par l’épidémie ?

R : Nous sommes toujours en communication étroite avec le Japon. Les deux parties doivent continuer à travailler ensemble pour mener à bien tous les préparatifs afin de faire avancer les prochaines étapes de l’important agenda diplomatique.

Q : Pourriez-vous présenter la situation de la récente grippe aviaire H5N1 survenue dans le Hunan ?

R : Le Ministère de l’Agriculture et des Affaires rurales a publié des informations à ce sujet. Veuillez les consulter en ligne.

Q : Les Etats-Unis disent toujours que la Chine refuse la proposition d’aide américaine. Est-ce vrai ?

R : Depuis le début de l’épidémie, certains pays ont fourni soutien et assistance pour aider la Chine à lutter contre l’épidémie par divers moyens. Nous en sommes reconnaissants.

Mais pour autant que je sache, le gouvernement américain n’a pas encore fourni d’aide substantielle à la partie chinoise. Au contraire, il a été le premier à évacuer le personnel de son consulat à Wuhan, le premier à suggérer le retrait partiel du personnel de son ambassade, le premier à interdire l’entrée aux voyageurs chinois après que l’OMS a clairement indiqué qu’elle ne recommandait pas et s’opposait même aux restrictions de voyage ou de commerce avec la Chine. Ce que les Etats-Unis ont fait ne pouvait que créer et répandre la panique.

Dans un monde globalisé, les destins de tous les pays sont étroitement liés. Face à une crise de santé publique, tous les pays doivent travailler ensemble pour surmonter les difficultés, plutôt que d’agir aux dépens d’autrui, sans parler de profiter des difficultés des autres.

La Chine a renforcé sa coopération avec l’OMS et la communauté internationale de manière ouverte, transparente et responsable. Depuis le 3 janvier, nous avons informé 30 fois les Etats-Unis de l’épidémie et de nos mesures de prévention et de contrôle. Les centres de prévention et de contrôle des maladies de nos deux pays ont organisé de nombreuses séries de communications sur l’épidémie.

Le 29 janvier, la Commission nationale de la Santé de Chine a répondu par voie officielle aux Etats-Unis, leur souhaitant la bienvenue pour rejoindre un groupe d’experts conjoint de l’OMS. Les Etats-Unis en ont remercié la Chine le jour même. Le 31 janvier, les Etats-Unis ont déclaré à la Commission nationale de la Santé de Chine qu’ils avaient contacté le siège de l’OMS et soumis une liste d’experts américains souhaitant rejoindre le groupe.

La Chine continuera de coopérer avec l’OMS et les pays concernés, y compris les Etats-Unis, pour protéger la vie et la santé des populations de tous les pays.

Q : La Chine va-t-elle rapatrier davantage de ses citoyens, notamment ceux originaires de Wuhan dans le Hubei, depuis d’autres pays ?

R : En raison de l’épidémie du nouveau coronavirus, certains citoyens originaires du Hubei, en particulier de Wuhan, en voyage à l’étranger, se trouvent dans des situations difficiles. Accordant une grande importance à cela, le gouvernement chinois a décidé de prendre les dispositions appropriées pour les ramener chez eux. Cela montre pleinement qu’il place toujours le bien-être de la population au centre et s’en tient à la philosophie de gouvernance axée sur la population.

Le Ministère des Affaires étrangères a pris des mesures rapides. En deux jours, nous avons organisé 4 charters pour ramener à Wuhan 399 citoyens chinois qui voulaient rentrer, montrant la vitesse impressionnante d’une mère patrie attentionnée. Nous continuerons de suivre de près la situation et prendrons toutes les mesures nécessaires pour aider les citoyens chinois bloqués dans des pays étrangers, en particulier ceux originaires de Wuhan, dans le Hubei, à surmonter leurs difficultés. Les citoyens chinois à l’étranger qui sont dans le besoin peuvent joindre notre Centre d’appels d’urgence pour la protection et les services consulaires via la ligne d’assistance 12308.

Q : Récemment, dans certains pays, nous avons vu des commentaires de panique, et même insultants et discriminatoires, quant à l’épidémie sévissant en Chine. Quelle est votre réponse à cela ?

R : Le virus impitoyable a fait naître une grande bienveillance chez nos semblables. En réponse à cette épidémie inattendue, des responsables gouvernementaux et des personnalités de divers milieux dans de nombreux pays ont exprimé leur sympathie, leur confiance et leur soutien quant à la lutte de la Chine contre l’épidémie ces derniers jours. Nous sommes profondément émus par ce qu’ils ont dit et fait pour nous, et cela ne sera jamais oublié.

Nous avons également constaté que quelques remarques extrêmes et irrationnelles sont apparues dans certains médias de certains pays. Nous les rejetons fermement.

Comme l’a dit le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros, « C’est le moment des faits, pas de la peur. C’est le moment de la science, pas des rumeurs. C’est le moment de la solidarité, pas de la stigmatisation. »

Nous espérons que la communauté internationale pourra voir l’épidémie de manière rationnelle et calme et y apporter une réponse scientifique et appropriée. La Chine continuera de renforcer la coopération avec le reste du monde avec une attitude ouverte, transparente et hautement responsable pour protéger la vie et la santé du peuple chinois et contribuer à la sécurité sanitaire régionale et mondiale.

Q : Quelles mesures la Chine a-t-elle prises pour protéger la sécurité sanitaire des ressortissants étrangers en Chine, et en particulier à Wuhan, depuis l’apparition de l’épidémie du nouveau coronavirus ? Comment peuvent-ils accéder aux informations sur les efforts de la Chine de prévention et de contrôle ?

R : Accordant une grande importance au bien-être des ressortissants étrangers en Chine, en particulier à Wuhan dans le Hubei, la Chine a pris des mesures efficaces pour répondre à leurs préoccupations et à leurs besoins en temps opportun.

Premièrement, les départements compétents du Hubei ont mis en place un numéro d’assistance disponible 24h/24 (027-87122256) pour que les ressortissants étrangers dans la province, et en particulier les étudiants et les groupes de touristes, aient accès à des conseils et à de l’aide. En outre, leur site Web officiel et le compte WeChat du Bureau des Affaires étrangères du Hubei ont posté en temps opportun des informations sur la situation épidémique et les connaissances en matière de prévention des épidémies en anglais, en français, en allemand, en russe, en japonais, en coréen et en espagnol. De nombreuses provinces, régions autonomes et municipalités comme Beijing, Shanghai, Tianjin, le Guangdong, le Jiangsu et le Xinjiang ont envoyé des lettres ouvertes aux ressortissants étrangers qui y travaillent et y vivent, partageant avec eux des canaux d’information et des centres de traitement désignés et offrant des services en fonction des réalités locales.

Deuxièmement, le Ministère des Affaires étrangères a mis en place une rubrique intitulée « Fighting 2019-nCoV » sur son site Web en anglais, rassemblant les dernières informations de la Commission nationale de la Santé pour tenir les lecteurs étrangers au courant.

Troisièmement, pour aider les ressortissants étrangers en Chine à avoir accès aux connaissances en matière de prévention, l’Administration nationale de l’Immigration a traduit le document « Mesures de prévention recommandées au public contre la pneumonie causée par le nouveau coronavirus », publié par le Centre chinois de prévention et de contrôle des maladies, en anglais, en français, en russe, en allemand, en japonais et en coréen. Les traductions en six langues sont accessibles aux ressortissants étrangers en ligne. Les missions diplomatiques chinoises à l’étranger ont également distribué des versions en langues étrangères du document.

Les mesures que la Chine a prises vont bien au-delà des recommandations de l’OMS et du RSI. Nous faisons de notre mieux pour contenir la propagation du nouveau coronavirus dans les plus brefs délais. Nous avons la confiance et la capacité de gagner cette bataille. Nos amis étrangers en Chine n’ont pas besoin de paniquer. Comme l’a dit le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros, « C’est le moment des faits, pas de la peur. C’est le moment de la science, pas des rumeurs. C’est le moment de la solidarité, pas de la stigmatisation. » La Chine continuera de renforcer sa coopération avec la communauté internationale avec une attitude ouverte, transparente et hautement responsable pour protéger la vie et la santé du peuple chinois et des ressortissants étrangers en Chine.

Q : Quels pays ont fourni une assistance à la Chine pour lutter contre l’épidémie ? Pourriez-vous partager plus d’informations ?

R : Veuillez vous référer à la réponse que j’ai donnée à Tass.

Q : Vous venez de critiquer sévèrement la réaction du gouvernement américain face à l’épidémie. Selon des sources, le deuxième vol des Etats-Unis (pour rapatrier leurs ressortissants) serait reporté. Est-ce dû à l’absence d’autorisation du gouvernement chinois, comme certains le disent ?

R : Comme je viens de le dire, les Etats-Unis ont été les premiers à évacuer le personnel de leur consulat à Wuhan par charter. D’autres arrangements doivent être coordonnés en fonction de divers facteurs, notamment la capacité de l’aéroport de Wuhan à recevoir des équipements.

Q : Le sommet Chine-UE prévu à Beijing cette année sera-t-il affecté ou retardé en raison de l’épidémie ?

R : La Chine et l’UE sont toujours en communication par les voies politique et diplomatique. Nous continuerons de préparer minutieusement les prochaines étapes de l’important agenda diplomatique.

Q : Vous venez de partager avec nous l’aide internationale offerte à la Chine. Je ne vous ai pas entendue parler des Etats-Unis. Mais la partie américaine a déclaré qu’elle avait offert à la Chine une aide considérable pour faire face à l’épidémie. Pourriez-vous clarifier cela ?

R : Veuillez vous référer à ma réponse à NBC.

Q : La Chine a-t-elle reçu une demande du Brésil pour venir récupérer ses citoyens à Wuhan ?

R : La Chine a la capacité et la confiance pour gagner cette bataille contre l’épidémie et protéger la vie et la santé des citoyens chinois et des ressortissants étrangers en Chine. Le Brésil est un ami de la Chine. Soyez assurés que nous prendrons bien soin des Brésiliens en Chine.

Q : Combien de dons internationaux la Chine a-t-elle reçus ? Quel organisme est chargé d’accepter les dons ?

R : Certains pays ont exprimé par divers moyens leur soutien à la lutte contre l’épidémie par la Chine. Nous en sommes reconnaissants. Le Ministère du Commerce est chargé de recevoir les dons des gouvernements étrangers et des organisations internationales. Je vous renvoie aux départements compétents.

Q : A l’heure actuelle, combien de cas confirmés en Chine sont des patients étrangers ?

R : Après vérification auprès des départements compétents, au 2 février, 16 étrangers en Chine avaient été infectés par le nouveau coronavirus. Parmi eux, deux se sont rétablis et sont sortis de l’hôpital, et 14 sont sous traitement en quarantaine, dans des conditions stables.

Q : Le 29 janvier, le Pakistan a levé les restrictions sur les vols entre le Pakistan et la Chine qui avaient été imposées temporairement. Suite à cette décision, une liaison entre Urumqi et Islamabad a repris. D’autres compagnies aériennes lèveront-elles également les restrictions ?

R : La Chine et le Pakistan sont des amis à toute épreuve qui partagent une bonne tradition d’entraide. Alors que la Chine lutte contre l’épidémie, le Pakistan se tient fermement à nos côtés, maintenant des vols et réunissant des fournitures médicales dans tout le pays pour aider la Chine. Nous sommes profondément reconnaissants et touchés par cette confiance. La Chine continuera de travailler en étroites communication et coordination avec le Pakistan pour protéger la santé des Pakistanais en Chine.

Suggest To A Friend
  Print