Conférence de presse du 22 juin 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/06/22

CCTV : Le Secrétaire d'État américain Pompeo a assisté, par liaison vidéo, au Sommet de Copenhague sur la démocratie le 19 juin. Il y a prononcé un discours relatif à la Chine et a critiqué la Chine sur une série de questions. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : M. Pompeo a une fois de plus critiqué sans fondement la Chine et a tenté de semer la discorde entre d'autres pays et la Chine. Nous nous y opposons fermement.

Les propos relatifs à la Chine tenus par ce politicien américain vont à l'encontre des faits et des normes fondamentales régissant les relations internationales. Ils ne font que révéler davantage sa mentalité profondément enracinée dans la guerre froide et ses préjugés idéologiques. Le peuple chinois a percé cela à jour depuis longtemps. Ce politicien américain n'a pas de marché sur la scène internationale.

Nous recommandons à ce politicien américain de corriger son erreur, de cesser de propager le virus politique, et de travailler davantage à promouvoir la coopération sino-américaine, au lieu de la saper.

Macao Monthly : Selon des reportages, la 19e session plénière du 13e Comité permanent de l'APN, qui vient de se terminer, a adopté une décision sur l'adhésion de la Chine au « Traité sur le commerce des armes » (TCA). Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La 19e session plénière du 13e Comité permanent de l'APN a approuvé la décision du Comité permanent de l'APN d'adhérer au « Traité sur le commerce des armes », ce qui signifie que les procédures juridiques nationales pour la participation de la Chine au TCA sont pratiquement terminées. Après avoir achevé toutes les procédures juridiques, la Chine présentera dans les meilleurs délais l'instrument d'adhésion par la voie diplomatique, qui sera déposé auprès du Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies.

La Chine attache une grande importance aux problèmes causés par le transfert et l'abus illicites d'armes conventionnelles. Nous soutenons les buts et objectifs du TCA et approuvons l'adoption des mesures nécessaires pour réglementer le commerce international des armes et lutter contre les transferts illicites d'armes.

En tant que pays pratiquant un commerce militaire normal, la Chine a toujours géré strictement les exportations d'articles militaires et a mis en place un système assez complet de politiques et de réglementations en matière de contrôle des exportations d'articles militaires. Les politiques commerciales militaires et les mesures de gestion concernées ont pleinement satisfait, voire dépassé, les exigences du TCA. Il faut souligner que la Chine exporte des produits militaires uniquement vers des États souverains et jamais vers des acteurs non étatiques, ce qui démontre pleinement son attitude hautement responsable à l'égard des exportations de produits militaires. La Chine appelle toutes les parties à réglementer strictement les exportations d'articles militaires, à interdire leur exportation à des acteurs non étatiques, à cesser de s'immiscer dans les affaires intérieures des nations souveraines par le biais de l'exportation d'articles militaires et à défendre véritablement les buts et principes de la Charte des Nations Unies.

L'adhésion au TCA est une autre mesure importante prise par la Chine pour soutenir le multilatéralisme et faire avancer la construction d'une communauté de destin pour l'humanité. Il produira une influence positive sur l'accroissement de l'universalité et de l'efficacité du TCA. La Chine poursuivra ses efforts inlassables pour sauvegarder et promouvoir la paix et la stabilité régionales et mondiales.

Feature Story News : Pourquoi la Chine a-t-elle refusé les multiples demandes de la partie canadienne d'effectuer des visites consulaires à Michael Kovrig et Michael Spavor ?

Zhao Lijian : La Chine a exprimé maintes fois sa position à ce sujet. Les départements compétents chinois ont suspendu les visites consulaires des détenus en raison de l'épidémie. Cela ne vise pas spécifiquement les citoyens canadiens en détention.

The Paper : En réponse aux poursuites engagées par la Chine contre Michael Kovrig et Michael Spavor, le Premier Ministre canadien Trudeau a déclaré le 19 juin qu'il en était profondément déçu et regrettait beaucoup que la Chine semble ne pas comprendre l'incapacité pour le gouvernement canadien d'interférer dans le système judiciaire. Le Canada continuera de faire pression sur la partie chinoise pour qu'elle mette fin à la détention arbitraire de ces deux citoyens canadiens qui ne sont détenus pour aucune autre raison que la déception de la Chine quant à l'indépendance de la justice canadienne. De plus, certains médias canadiens estiment que les poursuites par la Chine contre Kovrig et Spavor sont des représailles contre l'affaire Meng Wanzhou. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Les propos erronés émis par le Canada ces derniers temps révèlent clairement que le Canada pratique le « deux poids deux mesures » dans les questions relatives à l'« indépendance judiciaire ». Les deux Canadiens ont été arrêtés et poursuivis par les départements compétents chinois conformément à la loi pour être soupçonnés d'avoir mis en danger la sécurité nationale de la Chine. Il n'est pas du tout question de détention « arbitraire ». Le département judiciaire chinois traite en toute indépendance les affaires conformément à la loi et protège également les droits légaux des citoyens canadiens mentionnés ci-dessus. La Chine exhorte les dirigeants canadiens concernés à respecter sérieusement la primauté du droit, à respecter la souveraineté judiciaire de la Chine et à cesser de faire des remarques irresponsables.

L'affaire Meng Wanzhou a une nature complètement différente de celle des cas des deux Canadiens. Toute personne sans préjugé peut voir qu'il s'agit d'une grave affaire politique. Les États-Unis visent à opprimer Huawei et d'autres sociétés chinoises de haute technologie, et le Canada leur sert de complice. Nous exhortons vivement le Canada à corriger ses erreurs le plus vite possible, à libérer Meng Wanzhou et à assurer son retour en toute sécurité en Chine.

CCTV4 : Le 19 juin, le Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'Énergie atomique (AIEA) a voté une résolution sur la vérification du respect par l'Iran de ses obligations en matière de garanties. La Chine et la Russie ont voté contre. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : La Chine soutient toujours le fait que l'AIEA joue son rôle de manière objective, professionnelle et neutre dans la vérification du respect par l'Iran de ses obligations en matière de garanties. Nous nous opposons à la politisation des activités de l'AIEA. Cette dernière a déclaré explicitement que la question des garanties n'est pas urgente, et ne présente pas de risque de prolifération. La partie iranienne a également exprimé son souhait clair de résoudre les problèmes par le dialogue avec l'AIEA. Dans de telles circonstances, la Chine désapprouve toute action qui exacerbe artificiellement les tensions et aggrave la situation. Nous espérons que les parties concernées feront preuve de calme et de retenue, et soutiendrons l'Iran et l'AIEA dans la résolution des divergences par le dialogue et la coopération.

Concernant le dossier nucléaire iranien, la Chine a toujours comme point de départ le respect du JCPOA, le maintien du multilatéralisme, la préservation de la paix et de la stabilité au Moyen-Orient, et de l'ordre international fondé sur le droit international. Nous entendons travailler en étroite collaboration avec les parties concernées pour déployer des efforts inlassables pour le règlement politique et diplomatique du dossier nucléaire iranien.

Feature Story News : Le Canada décidera bientôt s'il interdira ou non à Huawei de participer à la construction des réseaux 5G. Le cas échéant, quelles en seront les conséquences ? De plus, je voudrais répéter la question que j'ai posée tout à l'heure : pourquoi la demande canadienne de visite par liaison vidéo n'a-t-elle pas été autorisée ?

Zhao Lijian : Concernant votre première question, la position de la Chine sur la question de la technologie 5G est claire et constante. Le gouvernement chinois encourage toujours les entreprises chinoises à développer la coopération économique internationale conformément aux règles internationales et aux lois des pays d'accueil. Dans le même temps, nous espérons que les pays concernés créeront un environnement équitable, juste et non discriminatoire aux entreprises chinoises qui y opèrent.

Quant à votre deuxième question, les départements compétents chinois traitent toujours les détenus conformément aux lois et règlements.

Kyodo News : L'assemblée de la ville d'Ishigaki au Japon a adopté aujourd'hui un projet de loi visant à changer le nom de la soi-disant « division administrative » des îles Diaoyu. La Chine a-t-elle un commentaire à faire au sujet de cette décision ?

Zhao Lijian : Les îles Diaoyu et ses îlots adjacents font partie intégrante du territoire chinois, et la Chine est déterminée et résolue à sauvegarder sa souveraineté territoriale. L'adoption par le Japon du projet de loi sur le changement de nom est une grave provocation de la souveraineté territoriale de la Chine. Cette action est illégale, nulle et non avenue, et ne peut pas changer le fait que les îles Diaoyu appartiennent à la Chine. Nous nous opposons fermement à cette action du Japon. Nous avons effectué des représentations solennelles auprès du Japon par la voie diplomatique et nous nous réservons le droit d'effectuer d'autres démarches.

AFP : Le Président américain Trump a qualifié la pandémie de COVID-19 de « virus kung-fu » lors d'un récent rassemblement électoral en Oklahoma. Quelle est la réponse de la Chine à ces remarques ?

Zhao Lijian : Nous avons pris note de la prise de position concernée. L'OMS et la communauté internationale s'opposent sans équivoque au fait de lier le virus à des pays et régions spécifiques, ainsi qu'à la stigmatisation. La Chine s'oppose fermement à toute remarque utilisant la question de l'origine du virus pour stigmatiser les autres.

Nous avons noté que bon nombre de personnalités clairvoyantes aux États-Unis ont publiquement condamné l'utilisation de l'épidémie pour stigmatiser les autres et faire des remarques racistes.

Nihon Keizai Shimbun : Selon « The Economist », la Chine a de plus en plus de probabilités d'établir une zone d'identification de la défense aérienne (ZIDA) en Mer de Chine méridionale. Pouvez-vous le confirmer ? Quel est votre commentaire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Je ne sais pas quelle est la source de ce reportage, mais je voudrais souligner que chaque pays a le droit de créer une ZIDA et de décider de la créer en fonction de l'intensité des menaces auxquelles il est confronté.

La Chine examinera avec tout le sérieux qui s'impose la question concernée en fonction des menaces sur sa sécurité aérienne dans la zone maritime concernée de la Mer de Chine méridionale, en tenant compte de différents facteurs.

CCTV4 : Le 19 juin, les Ministres des Affaires étrangères de la France, de l'Allemagne et du Royaume-Uni ont publié une déclaration commune sur le JCPOA. La Chine a-t-elle un commentaire à faire à ce sujet ?

Zhao Lijian : Nous avons pris note de la déclaration commune des Ministres des Affaires étrangères de l'E3 sur le JCPOA.

La Chine estime toujours que le maintien et la mise en œuvre du JCPOA est la seule bonne façon de résoudre la question nucléaire iranienne. Le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a récemment adressé des lettres au Secrétaire général de l'ONU et au Président tournant du Conseil de Sécurité pour souligner que le JCPOA, approuvé par la résolution 2231 du Conseil de Sécurité, est un résultat important de la diplomatie multilatérale et un élément clé du système international de non-prolifération nucléaire. La Chine maintient fermement l'autorité de la résolution du Conseil de Sécurité et l'efficacité du JCPOA. Toutes les dispositions de la résolution 2231 devraient être appliquées avec sérieux. La réduction de la mise en œuvre du JCPOA par l'Iran est le résultat de la pression maximale des États-Unis. Nous exhortons les États-Unis à abandonner les sanctions unilatérales et la « juridiction au bras long » et à se remettre sur la bonne voie pour observer le JCPOA et la résolution du Conseil de Sécurité. Dans le même temps, toutes les parties au JCPOA devraient prendre des mesures concrètes pour rétablir l'équilibre des droits et des obligations au titre du JCPOA. En renonçant au JCPOA, les États-Unis n'ont pas le droit de demander au Conseil de Sécurité de lancer le mécanisme de retour en arrière qui autorise la réimposition de sanctions.

Nous avons remarqué que les chefs de la diplomatie de l'E3 ont réaffirmé leur engagement à respecter le JCPOA et à appliquer la résolution 2231 du Conseil de Sécurité. Ils estiment que la stratégie de pression maximale sur l'Iran ne contribuera pas à résoudre les préoccupations des différentes parties sur le dossier nucléaire iranien, alors que toute tentative unilatérale de déclencher le mécanisme de retour en arrière qui autorise la réimposition des sanctions provoquerait de graves conséquences négatives au sein du Conseil de Sécurité et irait à l'encontre des efforts visant à préserver le JCPOA. Les trois pays européens susmentionnés ne soutiendront pas une telle décision.

La Chine entend travailler avec l'E3 et le reste de la communauté internationale pour respecter le JCPOA et la résolution du Conseil de Sécurité, maintenir le multilatéralisme et promouvoir le règlement politique et diplomatique de la question nucléaire iranienne. Dans le même temps, nous défendrons résolument nos propres droits et intérêts légitimes.

Reuters : Pouvez-vous confirmer le nombre exact de blessés et de morts chinois lors de l'affrontement dans la vallée de Galwan ?

Zhao Lijian : La Chine et l'Inde travaillent à résoudre le problème concerné par les voies militaire et diplomatique. Je n'ai aucune information à vous annoncer.

Suggest To A Friend
  Print