Conférence de presse du 25 septembre 2020 tenue par le Porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Wang Wenbin
2020/09/25

Cette année marque le 75e anniversaire des Nations unies. La Chine organisera, avec le Département des Affaires économiques et sociales des Nations unies et du Programme des Nations unies pour le développement, une visioconférence de haut niveau sur la réduction de la pauvreté et la coopération Sud-Sud le 26 septembre. Le Ministre des Affaires étrangères Wang Yi assistera à la réunion et la présidera.

CCTV : La Chine et la Ligue arabe ont récemment organisé un webinaire sur « l'expérience de la Chine en matière de réponse à l'impact du Covid-19 sur l'économie ». Pourriez-vous nous donner plus de détails ?

Wang Wenbin : Le 23 septembre, la Chine et la Ligue arabe ont organisé un webinaire sur « l'expérience de la Chine en matière de réponse à l'impact du Covid-19 sur l'économie ». Près de 100 délégués ont assisté à l'événement, dont l'Ambassadeur pour les affaires du Forum sur la coopération sino-arabe du Ministère chinois des Affaires étrangères, l'Ambassadeur de Chine en Egypte et Représentant permanent de la Chine auprès de la Ligue arabe, le Secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, et des représentants du Secrétariat de la Ligue arabe, de l'Organisation arabe du travail, de l'Organisation arabe pour le développement agricole, de la Fédération arabe pour l'économie numérique et de la Division de l'Investissement et des Entreprises de la CNUCED. Des experts chinois ont partagé en détail l'expérience de la Chine en matière de coordination de la prévention et du contrôle de l'épidémie et du développement économique et social, et ont répondu aux questions sur les mesures chinoises visant à reprendre les activités dans les domaines de l'emploi, du commerce, des investissements, de l'énergie, des communications, de l'agriculture, de la fabrication et d'autres domaines. La partie arabe a remercié les experts chinois pour leur partage d'expériences et a exprimé son ferme souhait de solidarité et de coopération avec la Chine, notant qu'en réalisant une croissance économique positive, la Chine a insufflé une forte confiance dans les pays arabes.

En juillet de cette année, les deux parties ont organisé avec succès la 9e Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-arabe par visioconférence. Le Président Xi Jinping a souligné dans son message de félicitations que, « dans le contexte actuel, il est plus important que jamais que les deux parties renforcent leur coopération pour surmonter les difficultés et avancer main dans la main ». Ce webinaire fait partie d'une série de mesures visant à mettre en œuvre les résultats de la conférence ministérielle. Face au Covid-19, la Chine et les pays arabes ont mené une coopération antiépidémique fructueuse et ont progressé dans la reprise des activités et la coopération pragmatique. Par exemple, la première phase d'un projet d'école à Ramallah, en Palestine, a été achevée avec l'aide du gouvernement chinois. L'Egypte a discuté de la construction d'un réseau électrique intelligent avec Huawei. Le méga-projet de réservoir stratégique du Qatar entrepris par la partie chinoise a été achevé et mis en service. Le gouvernement chinois a également ouvert sa première école à plein temps à l'étranger à Dubaï.

A l'avenir, la Chine est prête à travailler avec la partie arabe pour mettre en œuvre les résultats de la conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-arabe et continuer à fournir un soutien et une assistance aux pays arabes selon leurs besoins, au mieux de ses capacités.

Agence de presse Xinhua : Comme vous venez de l'annoncer, le Conseiller d'Etat et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi participera à la réunion virtuelle de haut niveau sur la réduction de la pauvreté et la coopération Sud-Sud, et la présidera. Pourquoi la Chine décide-t-elle de tenir cette réunion à ce moment précis ? Et quelles sont ses attentes quant à cette réunion ?

Wang Wenbin : Cette année marque le 75e anniversaire des Nations unies ainsi que le cinquième anniversaire de l'adoption du Programme de développement durable à l'horizon 2030 (Programme 2030). Actuellement, la pandémie de Covid-19 se propage à travers le monde, l'économie mondiale est en profonde récession, la mise en œuvre du Programme 2030 a connu des revers majeurs, et de 70 à 100 millions de personnes pourraient retomber dans l'extrême pauvreté. Dans un tel contexte, il est essentiel que toutes les parties préservent fermement le multilatéralisme, soutiennent le système multilatéral centré sur l'ONU, consolident le partenariat mondial pour le développement, vainquent le virus par la solidarité et la coopération, et accélèrent la mise en œuvre du Programme 2030. A cette fin, la Chine et les départements compétents de l'ONU ont décidé de tenir la visioconférence de haut niveau sur la réduction de la pauvreté et la coopération Sud-Sud en marge d'une série de réunions de haut niveau pour marquer le 75e anniversaire des Nations unies. Les pays en développement représentatifs sont invités à y assister pour échanger des idées sur la coopération antivirus, la réduction de la pauvreté, la coopération Sud-Sud et la synergie entre « la Ceinture et la Route » et le Programme 2030.

La Chine souhaite travailler avec les autres parties pour une conférence fructueuse, pour consolider davantage le consensus international sur la solidarité et la coopération, donner un nouvel élan pour réduire et finalement éradiquer la pauvreté, approfondir la coopération Sud-Sud et mettre en œuvre le Programme 2030.

Reuters : Le commandant de la base aérienne d'Anderson sur l'île américaine de Guam, dans le Pacifique, a qualifié hier une vidéo de l'armée de l'air chinoise, qui semblait montrer une simulation d'attaque contre les installations de la base, de propagande malveillante pleine de menaces contre la partie américaine. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : J'ai répondu à une question similaire plus tôt et je n'ai pas d'autres informations à offrir pour le moment.

Shenzhen TV : Selon des reportages, la réunion des dirigeants économiques de l'APEC de cette année aura lieu en format virtuel pour la première fois. Les autorités taïwanaises ont déclaré qu'elles s'efforceraient d'obtenir la participation de Tsai Ing-wen. Je me demande si vous avez un commentaire.

Wang Wenbin : Taipei, en Chine, participe à l'APEC en tant qu'économie régionale selon le principe d'une seule Chine. Quelle que soit la forme que prendra la réunion des dirigeants économiques de l'APEC, la participation du Taipei chinois doit être conforme au mémorandum d'entente de l'APEC et à la pratique bien établie. Il s'agit d'une condition politique essentielle préalable à la participation de la région à l'APEC. Notre position sur cette question est claire et ferme. Personne ne doit nourrir d'illusions. Il est totalement vain pour les autorités taïwanaises de tenter de profiter de l'occasion pour manœuvrer une « percée ».

Phoenix TV : Un éditorial de Nature publié le 23 septembre a souligné que la perte continue de la biodiversité et la dégradation continue des écosystèmes ont de profondes conséquences sur le bien-être et la survie de l'humanité, et la Chine a des expériences précieuses en matière de protection de la biodiversité que le monde a besoin d'entendre. Comment la Chine mènera-t-elle le partage des expériences et la coopération avec le monde dans ce domaine ?

Wang Wenbin : Le gouvernement chinois soutient le concept de développement vert, accorde la même importance au développement écologique et au développement économique, social et culturel, et attache une grande importance à la protection de la biodiversité. Nous avons publié plus de 40 documents sur le renforcement de la protection des écosystèmes, de la conservation et de la réhabilitation écologiques, en fournissant un solide cadre juridique et politique pour la protection de la biodiversité. Au cours de la décennie 2009-2019, la Chine a achevé le reboisement de 71,307 millions d'hectares de terres, enregistrant la plus forte augmentation des ressources forestières au monde. La Chine est le plus important contributeur à l'augmentation de la superficie reboisée mondiale, avec plus d'un quart de la superficie reboisée au monde entre 2000 et 2017.

Tout en promouvant la protection de la biodiversité dans le pays, la Chine a également participé en profondeur à la coopération et aux échanges internationaux. Elle a été la première à signer et à ratifier la Convention sur la diversité biologique. Elle a proposé l'initiative de lancement de la Coalition internationale « la Ceinture et la Route » pour le développement vert. Elle a mené des échanges et une coopération sur la protection de l'environnement avec plus de 100 pays, mis en œuvre un grand nombre de projets de coopération sur la biodiversité et joué un rôle constructif dans l'amélioration de la gouvernance mondiale de la biodiversité.

Lors du Sommet des Nations unies sur la biodiversité qui se tiendra le 30 septembre, le Président Xi Jinping prononcera un discours important. En tant qu'hôte de la 15e Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique, la Chine se préparera soigneusement à l'événement et partagera activement sa pratique et son expérience en matière de protection de la biodiversité. La Chine exhorte toutes les parties, conformément aux principes d'équité, de transparence et de processus dirigé par les Parties, à élargir le consensus, à aller dans le même sens et à faciliter l'adoption d'un cadre mondial de la biodiversité ambitieux, équilibré et réaliste pour l'après-2020, ainsi qu'à se diriger vers un système de gouvernance de la biodiversité plus juste et plus équitable qui incarne les meilleurs efforts de toutes les parties.

AFP : L'Institut australien de politique stratégique (ASPI) a publié aujourd'hui un autre rapport sur le Xinjiang, selon lequel le gouvernement chinois a démoli ou endommagé de nombreuses mosquées au Xinjiang ces dernières années. Quel est le commentaire de la Chine à ce sujet ?

Wang Wenbin : Comme je l'ai déjà dit, l'ASPI reçoit depuis longtemps des financements de forces étrangères pour soutenir sa fabrication de mensonges contre la Chine. Son manque d'intégrité académique a été mis en doute par beaucoup. Le rapport que vous avez mentionné n'est encore rien d'autre que des rumeurs calomnieuses.

Comme nous l'avons dit à maintes reprises, la liberté de croyance religieuse et les autres droits des populations de tous les groupes ethniques du Xinjiang, y compris les Ouïghours, sont pleinement garantis et effectivement protégés conformément à la loi. Si nous regardons les chiffres, il y a plus de 24 000 mosquées au Xinjiang, soit plus de dix fois plus qu'aux Etats-Unis. Cela signifie qu'il y a une mosquée pour 530 musulmans dans le Xinjiang, soit plus de mosquées par habitant que dans de nombreux pays musulmans.

Hier, j'ai répondu au faux rapport de l'ASPI sur les soi-disant « camps de détention » au Xinjiang. Comme nous l'avons dit à maintes reprises, il n'y a jamais eu de « camp de détention » au Xinjiang. Selon les reportages des médias chinois, également étayés par des internautes, les sites identifiés par l'ASPI comprennent un parc de commerce électronique et une zone résidentielle très cotée. Un tel rapport de mauvaise qualité n'a aucune crédibilité, tout comme l'institut qui le produit.

Nous espérons que tous y verront clair et rejetteront les conclusions absurdes de cet institut anti-chinois.

Global Times : Le 24 septembre, le Secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a déclaré au New York Post que les Etats-Unis avaient fermé le Consulat général de Chine à Houston parce que son personnel se livrait à des activités d'espionnage. Il a également accusé le Consulat général de Chine à New York de s'engager dans « des activités qui franchissent la ligne de la diplomatie normale et qui ressemblent plus à ce que font les espions ». Il s'attend à ce que le Ministère américain de la Justice enquête sur davantage de cas. La Chine a-t-elle un commentaire à faire ?

Wang Wenbin : Les allégations de Pompeo concernant les missions diplomatiques et consulaires chinoises aux Etats-Unis et leur personnel sont des calomnies purement malveillantes.

Il y a peu, les Etats-Unis ont provoqué unilatéralement un incident en fermant de manière flagrante le Consulat général de Chine à Houston. La Chine a apporté des réponses légitimes et nécessaires à cela. Maintenant, ils calomnient à nouveau la Chine pour tenter de justifier leurs actes injustifiés. Cela montre leur conscience coupable. Qui s'excuse s'accuse.

Il faut souligner que les missions diplomatiques et consulaires chinoises aux Etats-Unis, y compris le Consulat général de New York, ainsi que leur personnel, agissent toujours en stricte conformité avec la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques, la Convention de Vienne sur les relations consulaires et le Traité consulaire sino-américain. Ils ne font que s'acquitter de leurs fonctions officielles en menant des échanges avec diverses communautés locales. Tout cela est honnête et irréprochable. Si l'on cherche à constituer un dossier de manquements, certaines institutions américaines en Chine et leur personnel ne décevront pas.

Nous exhortons les Etats-Unis à cesser immédiatement de salir les missions diplomatiques et consulaires chinoises aux Etats-Unis ainsi que leur personnel, à cesser d'agir sur la base de rumeurs sans fondement et de provoquer des troubles, à s'acquitter sérieusement de leurs obligations en matière de droit international, à respecter le Traité consulaire sino-américain et à fournir des commodités aux institutions chinoises et à leur personnel dans l'exercice de leurs fonctions.

Suggest To A Friend
  Print