Conférence de presse du 16 novembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/11/16

The Paper : Hier, en présence de leurs dirigeants, les dix pays membres de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ASEAN), la Chine, le Japon, la République de Corée, l'Australie et la Nouvelle-Zélande ont signé conjointement le Partenariat économique régional global (RCEP), ce qui a fait l'objet d'une grande attention de la communauté internationale. Quelles sont les significations de la signature du RCEP dans le contexte de la COVID-19 ?

Zhao Lijian : Après huit ans de négociations, le RCEP a été signé avec succès hier, ce qui donnera lieu à la zone de libre-échange avec la plus grande couverture démographique, la plus grande diversité en termes de membres et la plus grande potentialité de développement au monde, et sera un jalon important dans l'intégration économique régionale. Dans le contexte de la propagation de la COVID-19 à l'échelle mondiale, de la récession sévère de l'économie mondiale et de la montée de l'unilatéralisme et du protectionnisme, la signature du RCEP permettra de donner une forte impulsion à la reprise économique régionale et à la croissance économique mondiale. Cela montre que toutes les parties signataires sauvegardent d'une volonté ferme le multilatéralisme et le libre-échange, soutiennent résolument le système commercial multilatéral ouvert, équitable et gagnant-gagnant, et s'engagent à relever les défis avec la solidarité et la coopération.

Bloomberg : Selon des reportages de Bloomberg et d'autres médias, de hauts responsables de l'administration Trump ont indiqué que Donald Trump prendrait une politique dure face à la Chine pendant les quelques semaines restantes de son mandat. Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : Promouvoir un développement sain et régulier des relations sino-américaines est dans l'intérêt fondamental des peuples des deux pays, et correspond à l'aspiration commune de la communauté internationale. La Chine préconise depuis toujours que la Chine et les États-Unis ont tout à gagner à coopérer et tout à perdre à se battre, et que la coopération constitue le seul choix correct des deux parties. Nous exhortons les États-Unis à aller dans le même sens que la Chine, à gérer les différends sur la base du respect mutuel, et à élargir la coopération sur la base des bénéfices réciproques, afin de favoriser un développement sain et régulier des relations sino-américaines. Dans le même temps, la Chine continuera à défendre fermement sa souveraineté, sa sécurité et ses intérêts de développement.

Global Times : Le Secrétaire d'État américain Mike Pompeo a dit lors d'une interview la semaine dernière que « Taiwan n'a pas fait partie de la Chine ». Sur cette question, la porte-parole du Département d'État des États-Unis a indiqué le 14 novembre en répondant aux médias que dans les 40 dernières années, les États-Unis observaient la politique d'une seule Chine soulignée par les trois communiqués conjoints sino-américains, l'« Acte des relations avec Taiwan » et les « six assurances » à Taiwan. Quels sont les commentaires de la Chine à cet égard ?

Zhao Lijian : La semaine dernière, la Chine a déjà exposé sa position solennelle sur les propos absurdes de Pompeo. Je tiens à souligner une fois de plus qu'il n'y a qu'une seule Chine dans le monde, que Taiwan fait partie inaliénable du territoire chinois, et que le gouvernement de la République populaire de Chine est l'unique gouvernement légal représentant la Chine. Tel est un fait objectif, et aussi une norme fondamentale régissant les relations internationales. Le principe d'une seule Chine est la base politique des relations sino-américaines. Le Communiqué conjoint sur l'établissement de relations diplomatiques entre la Chine et les États-Unis, publié en 1979, stipule clairement que les États-Unis reconnaissent le gouvernement de la République populaire de Chine comme l'unique gouvernement légal de la Chine. Sur cette base, la Chine et les États-Unis se reconnaissent mutuellement et établissent des relations diplomatiques. Dans ce contexte, le peuple des États-Unis maintiendra des relations culturelles, commerciales et d'autres relations non officielles avec la population de Taiwan.

Le prétendu « Acte des relations avec Taiwan » élaboré unilatéralement par les États-Unis et les prétendues « six assurances » qu'ils ont données à Taiwan violent gravement le principe d'une seule Chine et les dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains, enfreignent sérieusement les normes fondamentales régissant les relations internationales, et s'ingèrent grossièrement dans les affaires intérieures de la Chine. Ils sont totalement faux, illégaux, nuls et non avenus. Le gouvernement chinois s'y oppose fermement dès le début. Ce que les États-Unis doivent respecter, ce sont le principe d'une seule Chine et les dispositions énoncées dans les trois communiqués conjoints sino-américains, et non pas quelque chose qu'ils concoctent unilatéralement.

Nous avertissons à nouveau les États-Unis que tous actes visant à porter atteinte aux intérêts vitaux de la Chine et à s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine feront l'objet d'une riposte ferme de la Chine. Et cela n'empêchera pas le courant historique de la réunification de la Chine. Les États-Unis doivent respecter scrupuleusement le principe d'une seule Chine et les dispositions énoncées dans les trois communiqués conjoints sino-américains, cesser tous contacts officiels et liens militaires avec Taiwan sous quelque forme que ce soit, arrêter tous actes et paroles nuisant à la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan et aux relations sino-américaines, et s'abstenir d'aller plus loin dans la voie erronée et dangereuse.

Globe and Mail : Le Représentant permanent du Canada auprès des Nations Unies Bob Rae a déclaré que les pratiques de la Chine au Xinjiang correspondaient sans aucun doute à la définition du génocide selon la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ? La Chine permettra-t-elle à des enquêteurs indépendants d'aller au Xinjiang pour enquêter sur les allégations susmentionnées ?

Zhao Lijian : Merci pour votre question. Je voudrais aussi vous poser une question. Connaissez-vous le taux de croissance de la population au Canada ?

Globe and Mail : Non, je ne sais pas.

Zhao Lijian : Avant de venir ici, j'ai fait une recherche pour trouver les chiffres. Le taux de croissance de la population canadienne en 2019 a été de 1,42%, et les immigrants ont contribué à l'essentiel de l'augmentation.

J'aimerais également partager avec vous quelques autres chiffres. De 2010 à 2018, la population des Ouïghours au Xinjiang est passée de 10,17 millions à 12,72 millions, soit une augmentation de 2,55 millions en chiffre ou de 25% en pourcentage, deux fois plus rapide que celle de la population totale du Xinjiang qui était de 14%. Le taux de croissance a également été nettement plus élevé que celui de la population des Han qui était de 2%, plus précisément 12,5 fois plus élevé que celui de la population des Han et environ 18 fois plus élevé que celui de la population canadienne.

Je voudrais demander à cet Ambassadeur canadien, s'il utilise cette logique pour trouver qui correspond le mieux à la définition de génocide, alors ce seront les Canadiens plutôt que les Ouïghours qui sont les persécutés, n'est-ce pas ? Avec les chiffres que je viens de citer et la question que j'ai posée, vous pouvez voir à quel point la déclaration de cet Ambassadeur est ridicule. Je lui suggère également de bien faire ses devoirs avant de se permettre le matuvuisme, afin de ne pas devenir la risée de tous.

CCTV : Le Ministère des Affaires étrangères a récemment invité des chefs de missions diplomatiques accréditées en Chine à visiter l'Institut des produits biologiques de Beijing du groupe Sinopharm. Pourriez-vous présenter les informations en détail ?

Zhao Lijian : Le 12 novembre, le Département du Protocole du Ministère des Affaires étrangères a organisé une visite à l'Institut des produits biologiques de Beijing du groupe Sinopharm pour des chefs de missions diplomatiques accréditées en Chine. Ceux-ci ont visité la salle de surveillance de la production des vaccins contre la COVID-19, écouté la présentation du responsable du groupe Sinopharm sur les progrès de la recherche et du développement des vaccins contre la COVID-19, et procédé à des échanges approfondis sur des questions qui les intéressaient. Cette visite a permis aux envoyés diplomatiques d'approfondir leurs connaissances sur la sécurité, l'efficacité et l'accessibilité des vaccins chinois contre la COVID-19. Ils ont déclaré que le discours du Président Xi Jinping selon lequel les vaccins contre la COVID-19 développés par la Chine deviendront un bien public mondial avait renforcé la confiance des pays du monde dans la victoire sur l'épidémie. Les envoyés diplomatiques ont félicité la Chine pour ses progrès encourageants réalisés dans la mise au point des vaccins contre la COVID-19, et exprimé leur volonté d'encourager leurs pays à travailler de concert avec la Chine pour promouvoir la coopération dans la recherche et le développement ainsi que l'utilisation des vaccins, afin de renforcer la synergie du monde dans la lutte contre l'épidémie.

Associated Press de Pakistan : Le 13 novembre, les troupes indiennes ont une fois de plus délibérément ouvert le feu sur des civils pakistanais près de la Ligne de contrôle (LoC) dans la région du Cachemire, mettant en danger des vies innocentes sans aucune raison valable. Il s'agit non seulement d'un problème humanitaire, mais aussi d'une menace sérieuse pour la paix internationale. Quelle est la position de la Chine sur la question du Cachemire ? Quels sont vos commentaires sur l'affrontement militaire entre le Pakistan et l'Inde sur la LoC du Cachemire ?

Zhao Lijian : L'harmonie et l'entente entre le Pakistan et l'Inde, qui sont tous deux des pays importants en Asie du Sud, sont d'une importance vitale pour la paix, la stabilité et le développement de la région. En tant que voisin commun du Pakistan et de l'Inde, la Chine appelle les deux parties à faire preuve de retenue, à résoudre leurs différends par le dialogue et à travailler ensemble pour maintenir la paix et la stabilité régionales.

La position de la Chine sur la question du Cachemire est constante et claire. C'est une question léguée par l'histoire entre le Pakistan et l'Inde, qui doit être réglée de manière appropriée et pacifique dans le respect de la Charte des Nations Unies, des résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité et des accords bilatéraux.

Reuters : Vous avez dit que le Ministère des Affaires étrangères avait invité des chefs de missions diplomatiques accréditées en Chine à visiter Sinopharm. Pourriez-vous nous dire les Ambassadeurs de quels pays ont participé à cette activité ?

Zhao Lijian : Je ne dispose pas d'information concrète pour le moment. Si vous vous y intéressez, je pourrai demander à mes collègues de vous fournir ces informations à l'issue de la conférence de presse.

South China Morning Post : Selon le Mainichi Shinbun, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi effectuera une visite au Japon fin novembre. Pourriez-vous le confirmer ?

Zhao Lijian : Le Japon est un voisin proche de la Chine. Les deux pays maintiennent des échanges étroits à tous les niveaux et poursuivent des consultations régulières sur le sujet que vous avez mentionné. S'il y en a des nouvelles, nous les publierons en temps voulu.

Phoenix TV : La Cheffe du Bureau de représentation économique et culturelle de Taipei aux États-Unis a publié un message le 14 novembre indiquant qu'elle avait eu une conversation téléphonique avec Antony Blinken, Conseiller en politique étrangère du Président élu des États-Unis Joe Biden, afin de féliciter Biden pour son élection, avant d'ajouter que Taiwan espérait poursuivre la coopération étroite avec les États-Unis. Quels sont les commentaires du Ministère chinois des Affaires étrangères là-dessus ?

Zhao Lijian : La position de la Chine sur la question de Taiwan est constante et claire. Tous tentatives et actes violant le principe d'une seule Chine, visant à se faire gros en s'appuyant sur des puissances étrangères et sapant les relations inter-détroit finiront par en récolter le fruit amer et sont voués à un échec honteux. Nous exhortons les États-Unis à respecter scrupuleusement le principe d'une seule Chine et les dispositions énoncées dans les trois communiqués conjoints sino-américains et à traiter prudemment les questions liées à Taiwan, afin de ne pas affecter gravement les relations sino-américaines ainsi que la paix et la stabilité dans le détroit de Taiwan.

Globe and Mail : Vous avez dit que l'étiquette de « génocide » convenait mieux au Canada. Je ne l'ai pas bien compris. Pourriez-vous m'expliquer davantage ?

Zhao Lijian : Cet Ambassadeur a déclaré qu'il n'y avait aucun doute que la définition du « génocide » s'appliquait aux questions liées au Xinjiang. Mais il a également affirmé que le Canada n'avait aucune preuve pour soutenir cette accusation et prouver que de telles choses se sont produites au Xinjiang. Je dois donc lui demander comment il est arrivé à cette conclusion alors qu'il n'avait aucune preuve ? Le taux de croissance de la population ouïghoure au Xinjiang est 18 fois celui de la population canadienne. Selon la logique de cet Ambassadeur, qui doit donc porter l'étiquette de « génocide » ? Tout le monde trouve sa logique ridicule, et je pense que vous aussi. Cela montre bel et bien à quel point cet Ambassadeur est ignorant.

Associated Press de Pakistan : Le Pakistan a récemment montré des preuves à la communauté internationale pour accuser l'Inde d'avoir abrité, formé et financé des organisations terroristes. Celles-ci cherchent non seulement à déstabiliser le Pakistan, mais également à saboter le Corridor économique Chine-Pakistan (CECP). Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian: Concernant les questions liées au terrorisme, la Chine s'oppose à toutes formes de terrorisme et appelle la communauté internationale, en particulier les pays de la région, à mener une coopération antiterroriste pour sauvegarder la sécurité collective.

En tant que projet pilote et majeur de l'Initiative « la Ceinture et la Route », le CECP revêt une signification importante non seulement pour la promotion du développement commun de la Chine et du Pakistan, mais aussi pour l'amélioration de la connectivité et de la prospérité commune dans la région. Nous sommes convaincus qu'avec le soutien de la communauté internationale, nous pourrons bien construire et exploiter le CECP avec le Pakistan. Nous croyons que le Pakistan continuera de prendre des mesures énergiques pour assurer la sécurité de la construction du CECP.

Suggest To A Friend
  Print