Conférence de presse du 28 décembre 2020 tenue par le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian
2020/12/28

AFP : L'Ambassade des États-Unis en Chine a publié une déclaration aujourd'hui, disant que la Chine devrait libérer les 12 Hongkongais soupçonnés de franchissement illégal de la frontière. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Le Parquet populaire de l'arrondissement Yantian de la municipalité de Shenzhen a publié un communiqué sur l'affaire. Les personnes concernées sont soupçonnées de franchissement illégal ou d'organisation du franchissement illégal de la frontière, et sont poursuivies en justice conformément à la loi. Le cas est en cours de traitement. La Chine rejette fermement les allégations concernées de la partie américaine au mépris de la réalité et mêlant le vrai et le faux.

La Chine est un État de droit, où la loi doit être strictement respectée et tout cas d'infraction sera puni. La Chine exhorte les États-Unis à observer effectivement le droit international et les normes fondamentales régissant les relations internationales, à cesser immédiatement de s'immiscer dans les affaires intérieures de la Chine sous prétexte de la question de Hong Kong, et à arrêter sans tarder leur ingérence dans la souveraineté judiciaire de la Chine.

CCTV : Selon des reportages, sur les quelque 12 milliards de doses de vaccins prévues dans le monde pour l'année prochaine, les pays riches ont réservé 9 milliards. Les vaccins chinois pourraient être la seule option pour la plupart des pays qui n'ont pas encore acquis de vaccins. Pourtant, il existe des questions sur les vaccins chinois telles que la non transparence des données des essais cliniques et des doutes sur les chaînes de production et d'approvisionnement, ce qui a soulevé des interrogations sur la fiabilité des vaccins chinois. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : En ce qui concerne des questions détaillées telles que les progrès de la recherche et du développement des vaccins chinois et la planification des capacités de production, le mécanisme interministériel du Conseil des Affaires d'État pour la prévention et le contrôle de l'épidémie a déjà organisé plusieurs conférences de presse pour présenter les informations concernées. Je tiens à souligner que le gouvernement chinois attache une grande importance à la sûreté et à l'efficacité des vaccins contre la COVID-19. En suivant strictement les règles scientifiques et les exigences réglementaires, les entreprises chinoises de recherche et de développement de vaccins font progresser la mise au point des vaccins conformément aux lois et règlements, et développent la coopération internationale dans le strict respect des normes internationales ainsi que des lois et des règlements concernés. Dans divers pays, plusieurs vaccins chinois sont actuellement mis à l'essai clinique de phase III qui avance bien. La Chine a déjà donné son approbation à l'utilisation d'urgence des vaccins contre la COVID-19 dans le pays, et aucun cas d'effets indésirables graves n'a été signalé jusqu'à présent. Les données préliminaires des essais cliniques obtenues jusqu'à aujourd'hui montrent que les vaccins chinois contre la COVID-19 ont un niveau de sûreté et d'efficacité satisfaisant. Pour autant que je sache, des pays tels que les Émirats arabes unis (EAU) et Bahreïn ont déjà approuvé l'enregistrement des vaccins inactivés développé par le groupe Sinopharm et ont proposé d'acheter des vaccins chinois. Selon des études concernées faisant autorité, les vaccins inactivés développés par la Chine peuvent être conservés et transportés grâce au système de chaîne du froid existant et n'engendrent pas de frais de transport supplémentaires. Ils seront donc dotés d'une plus grande accessibilité.

La Chine s'engage toujours fermement à fournir au monde ses vaccins contre la COVID-19, une fois qu'ils seront mis au point et mis en service, comme un bien public mondial et à un prix équitable et raisonnable, afin d'apporter une contribution à la réalisation de l'accessibilité et de l'abordabilité des vaccins dans les pays en développement. Nous envisagerons aussi activement de fournir des vaccins aux pays en développement sous différentes formes, y compris le don et l'assistance sans contrepartie.

Quant à la coopération internationale en matière de vaccins, la communauté internationale doit adhérer à l'esprit du gagnant-gagnant, rejeter la mentalité de jeu à somme nulle, s'opposer conjointement aux actes qui consistent à rechercher ses propres intérêts au détriment d'autrui, à stocker les marchandises à des fins de spéculation ainsi qu'à monopoliser le marché de façon brutale, en particulier au « nationalisme vaccinal ». La Chine est prête à travailler main dans la main avec les autres pays du monde pour promouvoir l'homologation de plus de vaccins sûrs et efficaces et déployer des efforts conjoints pour réaliser l'accessibilité et l'abordabilité des vaccins.

Prasar Bharati : La première question, selon des reportages en octobre dernier, la Chine était en consultations avec l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l'homologation de vaccins. Pourriez-vous nous présenter des progrès concernés ? La deuxième question, quand la Chine prévoit-elle de publier les résultats des essais cliniques de phase III des vaccins menés dans les pays concernés ?

Zhao Lijian : Pour votre première question, je n'ai pas d'autres informations à vous fournir pour le moment.

Quant à votre deuxième question, comme je l'ai dit tout à l'heure, plusieurs vaccins chinois sont entrés dans la phase III d'essai clinique dans de nombreux pays, et ces essais cliniques avancent dans de bonnes conditions.

RCI : Selon des reportages, le sixième bataillon d'infanterie chinois de maintien de la paix au Soudan du Sud (Juba) est parti pour retourner en Chine après avoir accompli avec succès sa mission de maintien de la paix et remis la mission au bataillon de relais. Pourriez-vous en donner plus d'informations ?

Zhao Lijian : Félicitations au sixième bataillon d'infanterie chinois de maintien de la paix au Soudan du Sud (Juba) pour son retour triomphal !

Le 6e bataillon d'infanterie de maintien de la paix de Chine a été déployé fin novembre dernier dans les zones de mission de maintien de la paix au Soudan du Sud. Dans le cadre de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), il a accompli avec succès plus de 20 missions telles que la protection des civils, le secours humanitaire, l'observation et la garde, participé plus de 280 fois à la gestion des urgences de toutes sortes, et été hautement apprécié par la MINUSS et les habitants locaux.

Cette année marque le 30e anniversaire de la participation de l'armée chinoise aux opérations de maintien de la paix de l'Organisation des Nations Unies (ONU). Depuis 1990, l'armée chinoise a participé à 26 opérations onusiennes de maintien de la paix et envoyé plus de 40 000 Casques bleus, ce qui a fait de la Chine le premier pourvoyeur de Casques bleus parmi les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l'ONU. En l'espace de 30 ans, les Casques bleus chinois, courageux devant les difficultés et dangers et se succédant volontairement les uns après les autres, ont apporté la paix et l'espoir aux zones de conflits et aux habitants locaux. La Chine continuera, comme par le passé, à honorer ses engagements et à être un bâtisseur de la paix mondiale, un contributeur au développement mondial et un défenseur de l'ordre international.

Global Times : Selon des médias indiens, de plus en plus de signes indiquent qu'il semble que la Chine renonce progressivement à son engagement initial de financement au Pakistan dans le cadre du Corridor économique Chine-Pakistan (CECP). Quelle est la réponse de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Les reportages des médias concernés sont totalement infondés. En tant que projet pilote important dans le cadre de l'Initiative « la Ceinture et la Route », depuis son lancement en 2013, le CECP maintient toujours une dynamique de développement positive. Depuis le début de l'épidémie de COVID-19, tous les projets du CECP ont tenu à ne pas retirer les personnels, à ne pas licencier les travailleurs et à ne pas suspendre les travaux, ce qui a permis à un nombre de projets clés d'être livrés ou mis en service, fournissant un soutien solide au Pakistan pour lutter contre l'épidémie et stabiliser son économie. Mes collègues et moi avons présenté les informations concernées à maintes reprises.

Vendredi dernier, le Groupe de travail du CECP pour la coopération et la coordination internationales a tenu sa deuxième réunion au Xinjiang. Les deux parties ont réitéré qu'elles travailleraient à mettre en œuvre le consensus atteint par les dirigeants des deux pays, à canaliser la coopération dans le cadre du CECP en faveur des domaines tels que l'industrie, l'agriculture, la science, les technologies et le bien-être social, à l'élargir vers des régions sous-développées, et à faire du CECP un projet de démonstration du développement de qualité de « la Ceinture et la Route ». De plus, des réunions d'autres groupes de travail dans le cadre du CECP ont été tenues dans le but de préparer la tenue de la réunion du Comité conjoint du CECP. La Chine et le Pakistan ont une détermination résolue à promouvoir la construction du CECP. Le CECP a des perspectives prometteuses.

Je tiens également à souligner que dans le contexte actuel marqué par la récession économique mondiale, la Chine n'a pas diminué ses investissements globaux dans l'Initiative « la Ceinture et la Route » dont le CECP, mais les a augmentés à contre-courant. Au cours des trois premiers trimestres de l'année, les investissements directs non financiers de la Chine dans les pays le long de « la Ceinture et la Route » ont enregistré une augmentation de près de 30% par rapport à la même période de l'année dernière. La Chine a fourni une assistance et un soutien dans la mesure de ses capacités à de nombreux pays partenaires de « la Ceinture et la Route » pour les aider à lutter contre l'épidémie de COVID-19 et à restaurer leur économie.

Prasar Bharati : Toujours sur le CECP. Certains médias pakistanais, citant des commentaires d'officiels pakistanais, disent que la partie chinoise espère que le gouvernement pakistanais pourra prendre plus d'engagements en matière de conditions de garantie du financement des projets dans le cadre du CECP. Quelle est la réponse de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : Les reportages concernés sont sans le moindre fondement.

Beijing Youth Daily : Selon des reportages, pendant la période du 13e plan quinquennal (2016-2020), l'utilisation totale des investissements étrangers par la Chine atteindra environ 690 milliards de dollars, dépassant les 60 milliards de dollars pendant la période du 12e plan quinquennal (2011-2015). La Chine est également l'une des rares économies majeures du monde à maintenir une croissance dans l'utilisation des investissements étrangers pendant l'épidémie, et l'utilisation réelle des investissements étrangers par la Chine en 2020 est prévu de dépasser 140 milliards de dollars, battant un nouveau record. Quels sont vos commentaires à ce sujet ?

Zhao Lijian : Les données que vous avez mentionnées montrent clairement que les dividendes politiques de l'ouverture continue de la Chine au monde extérieur sont libérés à un rythme accéléré, et ses effets se manifestent constamment. La Chine était, est et sera un véritable eldorado pour les investisseurs du monde entier.

Selon les informations récemment présentées par les départements compétents, de 2017 à 2020, la Chine a réduit sa liste négative pour les investissements étrangers pendant quatre années consécutives. Les nombres des éléments sur la version nationale et la version des zones pilotes de libre-échange des listes négatives ont été réduits à 33 et à 30 respectivement. Des domaines tels que l'industrie manufacturière, les ressources énergétiques, les infrastructures, l'agriculture et la finance ont réalisé une ouverture significative aux investissements étrangers. La Chine prouve depuis toujours par des actions concrètes qu'elle est véritablement un pays d'action qui ne fait jamais de promesses vaines en matière d'ouverture sur l'extérieur.

Actuellement, la Chine accélère la construction d'une nouvelle dynamique de développement. Les entreprises à capitaux étrangers sont non seulement des entités importantes du circuit intérieur de la Chine, mais aussi celles du circuit international. Nous invitons davantage d'entreprises à capitaux étrangers à continuer de jouer un rôle important dans la formation accélérée d'une nouvelle dynamique de développement, et à saisir les opportunités dans le processus de l'élargissement de l'ouverture de la Chine au monde extérieur en vue d'écrire conjointement plus d'histoires de réussite caractérisées par l'avantage mutuel et le gagnant-gagnant.

Kyodo News : Selon des reportages, les projets de loi concernés signés par le Président américain le 27 décembre comprenaient le « projet de loi sur la politique et le soutien au Tibet », qui implique la question du successeur du Dalaï-Lama. Comment la Chine décidera-t-elle le successeur et la réincarnation du Dalaï-Lama ? Quels sont les commentaires de la Chine sur le projet de loi américain relatif au Tibet ?

Zhao Lijian : Puisque vous avez posé une question sur la réincarnation des Bouddhas vivants, je voudrais profiter de cette occasion pour réitérer la position de la Chine à ce sujet. La réincarnation des Bouddhas vivants, en tant qu'institution unique de succession dans le bouddhisme tibétain, s'accompagne d'un ensemble de rituels religieux et de conventions historiques. Le gouvernement chinois applique la politique de liberté de croyance religieuse, et a promulgué les Règlements sur les affaires religieuses et les Réglementations sur la réincarnation des Bouddhas vivants du bouddhisme tibétain, qui respectent et protègent cette institution de succession du bouddhisme tibétain. Le système de réincarnation du Dalaï-Lama existe depuis plusieurs siècles. Le 14e Dalaï-Lama lui-même a été retrouvé et reconnu selon les rituels religieux et les conventions historiques, et son accession a été approuvée par le gouvernement central de l'époque. Par conséquent, la réincarnation des Bouddhas vivants, y compris le Dalaï-Lama, doit continuer à se conformer aux lois et règlements chinois ainsi qu'aux rituels religieux et aux conventions historiques.

Quant au projet de loi américain sur le Tibet que vous avez mentionné, la Chine s'y oppose fermement. Les questions relatives au Tibet mettent en jeu la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine. Elles relèvent purement des affaires intérieures de la Chine et ne seront soumises à aucune ingérence des forces extérieures. Le gouvernement chinois est fermement déterminé à sauvegarder la souveraineté, la sécurité et les intérêts de développement du pays. Nous exhortons les États-Unis à cesser d'utiliser les questions liées au Tibet pour s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine, et à s'abstenir de mettre en œuvre les contenus et les clauses négatifs du projet de loi concerné qui visent la Chine et nuisent à ses intérêts, afin d'éviter de compromettre la coopération entre la Chine et les États-Unis et l'intérêt général des relations bilatérales.

China Daily : Ces derniers jours, l'Ambassade des États-Unis en Chine a retweeté à plusieurs reprises des tweets du Département d'État américain pour attaquer la politique du Parti communiste chinois (PCC) sur la gouvernance du Xinjiang, et a affirmé que plus d'un million de musulmans ouïgours ont été détenus dans des « camps d'internement ». Quels sont les commentaires de la partie chinoise là-dessus ?

Zhao Lijian : Les autorités diplomatiques américaines, dirigées par une poignée de politiciens antichinois, ont diffusé à plusieurs reprises de fausses informations sur le Xinjiang au mépris des faits et sans aucune preuve. La Chine s'y oppose fermement et le condamne fermement. Je voudrais souligner les points suivants :

Tout d'abord, les fausses informations sur le Xinjiang concoctées par certains politiciens américains antichinois sont le « mensonge du siècle ». La semaine dernière, le gouvernement de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang a tenu à Beijing une conférence de presse sur les questions liées au Xinjiang, à laquelle ont assisté une vingtaine de grands médias étrangers. Des officiels du gouvernement de la Région autonome ouïgoure du Xinjiang, des personnalités religieuses, d'anciens élèves de centres d'enseignement et de formation et des travailleurs dans d'autres provinces d'origine du Xinjiang ont parlé de la situation réelle du Xinjiang sur la base de leurs expériences personnelles. Si certains politiciens et officiels américains veulent vraiment se renseigner sur la réalité au Xinjiang, ils devront lire attentivement la transcription de cette conférence de presse, au lieu de citer des prétendus « rapports sur le Xinjiang » fabriqués par des forces antichinoises pour continuer à diffuser de fausses informations et à tromper la communauté internationale.

Deuxièmement, le Xinjiang jouit actuellement d'une stabilité sociale, d'une croissance économique, d'une solidarité interethnique, d'une harmonie interreligieuse et d'un mieux-être du peuple. Les habitants de tous les groupes ethniques du Xinjiang, dont les Ouïgours, mènent une vie tranquille, prospère, stable et heureuse à quoi ils ont toujours aspiré. Par contraste, il existe une discrimination raciale systématique et des brutalités policières dans les systèmes judiciaire et d'application de la loi américains. Selon des données de sondage, 75% des musulmans américains estiment que la société américaine exerce une discrimination sévère contre les musulmans. Depuis le début de l'épidémie, selon les chiffres publiés par des autorités des États-Unis, plus d'un million de personnes font la queue pour demander des allocations chômage rien qu'en Floride. Les chiffres ne mentent pas !

Troisièmement, l'Ambassade et les Consulats des États-Unis en Chine doivent remplir leur devoir de promouvoir les relations bilatérales et l'amitié entre les deux peuples, au lieu de répandre de fausses informations pour attaquer et diffamer la Chine. Selon des statistiques, depuis décembre, les missions diplomatiques américaines en Chine ont publié plus de 60 fausses informations calomniant et discréditant la Chine, y compris des articles qui attaquent de manière injustifiée le PCC et le système politique chinois, ce qui a suscité la répulsion et l'indignation du peuple chinois.

Le droit à la vie et à la santé est le droit de l'homme le plus important. L'administration américaine doit y réfléchir sérieusement et cesser de propager le virus politique et de s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine sous prétexte des questions liées au Xinjiang. Elle doit se concentrer sur la résolution de ses propres problèmes et prendre des mesures concrètes pour protéger la vie des Américains et sauvegarder les droits de l'homme du peuple américain, y compris ceux des minorités ethniques.

Phoenix TV:Le Centre britannique pour la recherche sur l'économie et les affaires (CEBR) a publié le 26 décembre son rapport annuel, dans lequel il a fait une appréciation et des prévisions positives sur la réponse de la Chine à l'épidémie, sa reprise économique et ses perspectives de développement, attirant l'attention de différentes parties. Quels sont les commentaires de la Chine à ce sujet ?

Zhao Lijian : Depuis le début de cette année, face à la pandémie mondiale de la COVID-19, le gouvernement chinois reste attaché à la vision de primauté du peuple et de la vie, et a adopté les mesures de prévention et de contrôle les plus globales, les plus strictes et les plus drastiques, en faisant pleinement valoir les atouts exceptionnels de la Chine permettant de concentrer les efforts sur les affaires majeures, difficiles et urgentes. Les 1,4 milliard de Chinois ont démontré le grand esprit de lutte antiépidémique marqué par la primauté de la vie, la solidarité nationale, le sacrifice de la vie, le respect de la science ainsi que la communauté de destin. Bien que l'épidémie soit efficacement jugulée en Chine, les Chinois continuent à porter des masques dans l'espace public, faisant preuve d'un grand sens de responsabilité et d'autodiscipline. C'est bien en réussissant en premier à réaliser le contrôle de l'épidémie et la reprise du travail que la Chine a pu réaliser avant les autres pays une reprise économique stable pour devenir probablement la seule économie majeure au monde à connaître une croissance économique positive cette année.

Je tiens à souligner que la croissance économique de la Chine a non seulement pour objectif de satisfaire l'aspiration du peuple chinois à une vie meilleure, mais donne également un élan au redressement et au développement de l'économie mondiale. La Chine demeure le plus grand pays en développement du monde. Le développement déséquilibré et insuffisant reste une difficulté saillante de notre pays, et le développement constitue la base et la clé pour résoudre tous nos problèmes. Avec la construction accélérée d'une nouvelle dynamique de développement et la promotion d'un développement de qualité, la Chine s'intégrera plus activement dans le marché mondial et approfondira de façon plus agissante la coopération avec les pays étrangers, afin que la Chine et le reste du monde puissent partager les opportunités de développement et réaliser d'une meilleure manière des avantages mutuels ainsi que des résultats gagnant-gagnant.

Reuters : En plus du « projet de loi sur la politique et le soutien au Tibet », le dirigeant américain a aussi signé le « projet de loi sur l'assurance de Taiwan ». Quels sont les commentaires de la Chine là-dessus ?

Zhao Lijian : Je viens de présenter la position de la Chine sur la signature par la partie américaine du projet de loi concerné lié au Tibet. Cette position, je le crois, s'adapte aussi au projet de loi lié à Taiwan. La Chine y exprime son opposition résolue.

La question de Taiwan met en jeu la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine. Elle relève purement des affaires intérieures de la Chine et ne sera soumise à aucune ingérence des forces extérieures. La partie américaine devra arrêter son ingérence dans les affaires intérieures de la Chine sous prétexte de la question de Taiwan, et s'abstenir de mettre en œuvre les contenus et les clauses négatives du projet de loi concerné qui visent la Chine et nuisent à ses intérêts, afin d'éviter de compromettre les relations sino-américaines et la stabilité dans le détroit de Taiwan.

PTI : Selon des reportages, une délégation conduite par un Chef adjoint du Département de Liaison internationale du Comité central du PCC est en visite au Népal. La visite est effectuée au moment où il y a des divergences au sein du Parti communiste du Népal. Quels sont les objectifs de la visite de la partie chinoise ?

Zhao Lijian : La Chine et le Népal sont de bons voisins, de bons amis et de bons partenaires. Depuis longtemps, le PCC maintient des échanges étroits et amicaux avec les principaux partis politiques du Népal, jouant un rôle positif dans le renforcement de la confiance politique mutuelle, l'approfondissement de l'inspiration mutuelle en matière de gouvernance, la promotion de la coopération pragmatique et la consolidation de l'amitié traditionnelle entre les deux pays.

Cette année marque le 65e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et le Népal. La visite effectuée au Népal par la délégation concernée du Département de Liaison internationale du Comité central du PCC vise à mener des échanges avec la partie népalaise autour des sujets d'intérêt commun, tels que la prévention et le contrôle de l'épidémie, la gouvernance d'État, la coopération et le développement, et à approfondir les échanges et la coopération entre les partis politiques chinois et népalais. Restant fidèle aux principes régissant les rapports entre les partis dits « indépendance, égalité complète, respect mutuel et non-ingérence dans les affaires intérieures de l'un et de l'autre », le PCC est prêt à travailler avec tous les partis politiques du Népal pour promouvoir des progrès constants du partenariat de coopération stratégique Chine-Népal marqué par une amitié traditionnelle et orienté vers le développement et la prospérité, afin de bénéficier aux deux pays et à leurs peuples.

Question de suivi : La partie chinoise servira-t-elle d'intermédiaire pour aplanir les divergences au sein du Parti communiste népalais ?

Zhao Lijian : La partie chinoise a remarqué l'évolution de la situation politique népalaise. En tant qu'ami et proche voisin du Népal, nous espérons sincèrement que les parties concernées au Népal pourront prendre en compte les intérêts nationaux et l'intérêt général, gérer adéquatement les divergences internes et s'engager pour la stabilité politique et le développement national.

Suggest To A Friend
  Print