Education
2011/06/09

En 2009, la Chine a admis 511 000 candidats à la maîtrise pour atteindre 1,41 million d’étudiants inscrits, et a décerné 371 000 diplômes. Les établissements d’enseignement supérieur ont accueilli 6,4 millions de nouveaux étudiants pour un total de 21,45 millions d’inscriptions et le nombre de diplômés a atteint 5,31 millions. Les écoles secondaires professionnelles de divers types comptaient 21,79 millions d’élèves, dont 8,74 millions de recrues et 6,19 millions de diplômés. Les écoles secondaires du deuxième cycle avaient 24,34 millions d’élèves dont 8,3 millions de recrues et 8,24 millions de diplômés ; les écoles secondaires du premier cycle, 54,41 millions d’élèves dont 17,89 millions de recrues et 17,98 millions de diplômés, et les écoles primaires, 100,72 millions d’écoliers dont 16,38 millions de recrues et 18,05 millions de finissants. Les inscriptions dans les écoles d’éducation spéciale étaient au nombre de 428 000 dont 64 000 nouvelles admissions. Le nombre d’enfants inscrits en maternelle atteignait 26,58 millions.

L’enseignement obligatoire gratuit a été continûment appliqué en 2009 dans les régions rurales et urbaines du pays. Au cours de l’année, dans le domaine de l’éducation, l’accent a été mis sur neuf domaines comme la progression de l’éducation orientée vers un épanouissement général, la planification générale du développement de l’éducation dans les villes et les campagnes, la promotion de l’éducation professionnelle, la hausse de la qualité de l’éducation supérieure, la hausse de la qualité intégrale des professeurs et l’approfondissement de la réforme.

En 2010, le gouvernement chinois a continué d’accorder une grande attention à ce domaine et a approfondi la réforme de l’éducation. Le 28 février, le Programme national de réforme et de développement du système éducatif à long et moyen terme, qui a attiré une grande attention publique, a officiellement vu le jour en sollicitant l’opinion publique. Il s’agit de l’itinéraire et du calendrier de la réforme de l’éducation chinoise pour la prochaine décennie. Ce programme, débattu pendant plusieurs années et modifié à plusieurs reprises, manifeste la ligne de pensée du gouvernement chinois en matière de réforme de l’éducation. Il accentue la promotion de l’égalité d’éducation et souligne les préparatifs de la réforme du système d’éducation, touchant également des problèmes profonds tels que la non-ingérence du gouvernement dans les affaires de l’éducation, et la séparation de la politique et de l’université.

Le déséquilibre du développement de l’éducation a préoccupé la Chine pour une longue période, notamment depuis les années 1990. Sous l’esprit de l’industrialisation, la loi et la valeur de l’éducation ont été gravement foulées par les valeurs économiques et la logique commerciale, dépossédant les groupes vulnérables du droit et des occasions de partager les services publics, et exposant le problème d’inégalité dans l’éducation. Le programme a clairement répondu dans son chapitre de stratégie globale à cette question en précisant qu’il faut « traiter la promotion de l’égalité de l’éducation comme une politique d’éducation essentielle de l’État » et soulignant que « le gouvernement assume la principale responsabilité pour la promotion de l’égalité de l’éducation ». Le développement équilibré de l’éducation obligatoire constitue un point important et une difficulté dans la promotion de l’égalité. Le programme propose donc bon nombre de mesures concrètes pour résoudre les problèmes de sélection de l’école, d’accélération de la transformation des écoles à faibles conditions, de la diminution de l’écart entre les régions urbaines et rurales, et de la distribution des ressources en faveur des campagnes.

Quant à la promotion de l’égalité de l’éducation, le programme précise les responsabilités du gouvernement ainsi que ses limites ; exige que le gouvernement fournisse les services et les produits publics et maintienne l’égalité du marché ; précise l’objectif des investissements dans l’éducation : les dépenses budgétaires destinées à l’éducation représenteront en 2012 4 % du PIB.

Outre la promotion de l’égalité d’éducation, l’accent mis sur la réforme du système constitue un autre point saillant du programme. Ce programme présente de grandes percées dans des problèmes sociaux névralgiques tels que « l’annulation progressive des degrés administratifs existant dans les universités et l’abrogation du mode de gestion administratif », « l’application et l’élargissement des droits indépendants des universités », « le perfectionnement du système d’université moderne aux caractéristiques chinoises » et « la réforme des systèmes de recrutement et d’examen ».

Les fils de pensée et les mesures concrètes du programme révèlent l’audace du gouvernement face à une situation difficile, déterminé qu’il est de résoudre les problèmes et de promouvoir la réforme globale du système d’éducation.

Suggest To A Friend
  Print