L’adhésion de la Chine à l’OMC a contribué au succès de la Chine et profité au reste du monde
2021-12-24 05:03

Cette année marque le 20eanniversaire de l’adhésion de la Chine à l’Organisation mondiale du Commerce (OMC). L’adhésion de la Chine à l’OMC a inauguré la nouvelle marche de la participation en profondeur de la Chine à la mondialisation économique et marqué l’entrée dans une nouvelle étape de la réforme et de l’ouverture de la Chine. Les 20 dernières années ont montré que l’adhésion de la Chine à l’OMC a non seulement contribué à son propre succès, mais aussi profité au reste du monde.

L’adhésion à l’OMC est devenue un « catalyseur » du décollage économique de la Chine. Au cours des 20 dernières années, la Chine a saisi l’opportunité et s’est activement intégrée au processus de la mondialisation économique. Grâce à l’ouverture du marché et à la réforme du système économique et commercial, la Chine a réalisé un développement à grandes enjambées et sa puissance économique et globale a franchi sans cesse de nouveaux paliers. La Chine a vu son PIB se multiplier par huit, sa part dans l’économie mondiale est passée de 4% en 2001 à 17,4% en 2020, elle est désormais la deuxième économie mondiale, le plus grand pays en termes de commerce de marchandises et la première destination des capitaux étrangers parmi les pays en développement. L’histoire a démontré que l’ouverture mène au progrès et que la fermeture ne fera que conduire au retard. La Chine a fait le bon choix. 

L’adhésion de la Chine à l’OMC a créé davantage d’opportunités de développement dans le monde. Au cours des 20 dernières années, la Chine a toujours placé son propre développement dans le contexte du développement mondial. Comme l’a souligné le Président Xi Jinping, depuis son adhésion à l’OMC, la Chine n’a cessé de s’ouvrir plus grand, ce qui a imprimé un essor vigoureux à son propre développement et injecté une grande vitalité à l’économie mondiale. Forte d’une population de 1,4 milliard d’habitants, dont plus de 400 millions de personnes à revenu moyen, la Chine est le marché de consommation le plus prometteur au monde. Elle est aujourd’hui le premier partenaire commercial de plus de 120 pays et régions, sa contribution à la croissance mondialeavoisineen moyenne les 30% ces dernières années. La Chine d’aujourd’hui s’affirme comme la « locomotive » et le « stabilisateur » de la croissance mondiale, et le monde entier a tiré des avantages tangibles de l’ouverture chinoise. 

L’adhésion de la Chine à l’OMC a insufflé une énergie positive dans le système commercial multilatéral. Au cours des 20 dernières années, la Chine a toujours tenu ses promesses et scrupuleusement respecté les règles de l’OMC. D’un « apprenti » des règles, la Chine est devenue un acteur de l’élaboration des règles. Par ses réalisations spectaculaires, la Chine a montré au monde que la mondialisation économique est une tendance historique irréversible et que le multilatéralisme correspond toujours à l’aspiration du peuple. Alors que ces dernières années, le système commercial multilatéral a été fréquemment affecté par le protectionnisme commercial, la Chine a toujours porté haut levé l’étendard du multilatéralisme, participé activement aux réformes de l’OMC et contribué, grâce à sa sagesse et à ses propositions, à la sauvegarde du système commercial multilatéral et à l’amélioration de la gouvernance mondiale. 

Malheureusement, certains politiciens et médias occidentaux mus par des préjugés idéologiques et l’« occidentalo-centrisme » relativisent délibérément, voire nient complètement les efforts et la contribution de la Chine depuis son adhésion à l’OMC, créant toutes sortes de « cacophonies ».

Certains accusent la Chine de ne pas respecter ses engagements pris lors de son adhésion à l’OMC, prétendant que ce que la Chine a fait ne correspondait pas à leurs « attentes ». En effet, la Chine a pris un large éventail d’engagements lors des négociations sur son adhésion à l’OMC. Après son adhésion, non seulement elle les a entièrement tenus, elle est même allée au-delà : le niveau d’ensemble des tarifs douaniers de la Chine a été réduit de 15,3% à 7,4%, soit plus bas que le 9,8% qu’elle a promis ; les quotas et les licences d’importation ont été supprimés, toutes les restrictions sur le droit d’exploitation du commerce extérieur ont été levées; le nombre de mesures restrictives de la liste négative pour les investissements étrangers a été réduit de 93 à 32 ; le gouvernement central a procédé à un examen général de plus de 2 300 lois et règlements, et les collectivités locales l’ont fait sur plus de 190 000 textes. L’OMC est une organisation internationale fondée sur des règles, sur des clauses écrites noir sur blanc et des engagements clairs et précis, plutôt que sur des conjectures subjectives de quiconque. En octobre 2021, l’OMC a examiné la politique commerciale de la Chine pour la huitième fois, et les représentants de 65 membres de l’OMC ont fait des commentaires positifs.

Certains accusent la Chine de saper les règles de l’OMC et blâment la Chine pour le fonctionnement défaillant du système commercial multilatéral. En réalité, même les médias occidentaux eux-mêmes ont admis que le « seuil » fixé par les pays développés pour la Chine lors des négociations d’adhésion était élevé et que d’un point de vue commercial, « la Chine a payé cher ». Mais ce à quoi ils ne s’attendaient pas, c’est que la Chine a franchi ce « seuil », réussi à rattraper le retard et à se surpasser en se conformant et en s’adaptant aux règles. C’est ce que certaines personnes n’ont pas avalé. Ils veulent donc jouer aux durs, en accusant calomnieusement la Chine d’avoir sapé les règles voire en altérant eux-mêmes les règles. Un tel acte consistant à rejeter la responsabilité sur autrui est évidemment peu convaincant. Un journal français a écrit sans ambages que la Chine n’a pas violé les règles et qu’il est faux de dire que la Chine a trahi sa parole. En revanche, c’est une certaine puissance occidentale qui se plaît à critiquer la Chine qui a rejeté en octobre dernier pour la 47efois la proposition de lancement du processus de sélection des juges de l’Organe d’appel de l’OMC. Qui donc est celui qui manipule délibérément et se dérobe aux règles de l’OMC, utilise ou rejette les règles internationales au gré de ses convenances ? La communauté internationale y voit bien clair. 

Certains d’autres remettent en question le « statut d’économie de marché » de la Chine. S’agissant d’économie de marché, il n’y a pas de critère universel dans le monde, et les règles de l’OMC ne donnent à aucun membre le privilège de faire de son propre modèle économique un modèle d’économie de marché. La Chine met en œuvre une économie de marché socialiste, dont la caractéristique est de valoriser le rôledéterminant du marché dans l’allocation des ressources tout en faisant mieux jouer au gouvernement son rôle. L’Occident recourt largement aux mesures telles que les subventions gouvernementales, les marchés publics et l’actionnariat gouvernemental. Il donne le feu vert à ses propres politiques inéquitables, mais cherche le poil dans l’œuf s’agissant de la Chine. Le « deux poids, deux mesures » de l’Occident consistant à politiser et à instrumentaliser la question du « statut d’économie de marché » est précisément une pratique de la « concurrence déloyale » qui entrave la coopération économique et commerciale internationale. 

Les faits sont plus éloquents que les mots. Les allégations de certaines personnes mentionnées ci-dessus ne tiennent pas la route. À propos de « l’adhésion de la Chine à l’OMC », les voix objectives et rationnelles sont toujours dominantes dans l’opinion publique internationale. Tous les directeurs généraux successifs de l’OMC ont apprécié positivement le rôle de la Chine au sein de l’organisation. La communauté internationale, en particulier les nombreux pays en développement, a salué la contribution de la Chine d’avoir vigoureusement favorisé le développement économique mondial, défendu le système commercial multilatéral et fait preuve du sens des responsabilités à la hauteur d’un grand pays.

À l’heure actuelle, la pandémie de la COVID-19 continue de faire rage et l’économie mondiale reprend difficilement. La Chine fera du 20eanniversaire de son adhésion à l’OMC un nouveau point de départ, continuera à explorer une voie d’économie de marché adaptée à ses conditions nationales, à élargir l’ouverture de haut niveau sur le monde extérieur, à être un acteur actif, un défenseur résolu et un contributeur important au système commercial multilatéral, et travaillera avec le reste du monde pour promouvoir l’ouverture et la coopération dans le monde et créer ensemble un avenir meilleur.

Suggest To A Friend
  Print