Le Président Xi Jinping assiste à l'ouverture de la Conférence Paris Climat
2015/11/30

Dans la matinée du 30 novembre 2015, heure locale, la Conférence Paris Climat a démarré au Parc des Expositions Paris le Bourget. Le Président Xi Jinping a assisté aux activités d'ouverture de la Conférence.

Les dirigeants de plus de 150 pays étaient présents à l'ouverture de la Conférence, donnant une impulsion politique aux négociations de l'accord de Paris. Le Président Xi Jinping est attendu pour un discours lors de la cérémonie d'ouverture dans lequel il exposera les vues et la position de la Chine sur la gouvernance climatique mondiale.

La 21e Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et 11e Conférence des Parties au Protocole de Kyoto organisée par la France, couramment abrégée en Conférence Paris Climat, se tient du 30 novembre au 11 décembre à Paris.

Selon des sources du Ministère chinois des Affaires étrangères, la Chine a quatre attentes sur les résultats de la Conférence de Paris. Premièrement, réaffirmer les principes. L'accord de Paris doit réaffirmer les principes et les normes définis dans la CCNUCC, notamment les principes des responsabilités communes mais différenciées, de l'équité et des capacités respectives. Deuxièmement, parvenir à des résultats globaux et équilibrés. La Conférence de Paris doit permettre de définir le régime de lutte contre le changement climatique après 2020 tout en assurant l'intensité des actions d'ici 2020. Les éléments tels que l'atténuation, l'adaptation, le financement et le transfert de technologies devraient être pris en compte avec la même importance. Troisièmement, montrer le chemin à suivre. Les résultats de la Conférence doit envoyer au monde un message clair en faveur du développement vert et bas carbone et encourager les différents pays à faire de l'économie d'énergie, de la réduction des émissions et de la lutte contre le changement climatique un moteur interne pour promouvoir la transition économique, garantir la sécurité énergétique et diminuer les risques climatiques. Quatrièmement, fournir des garanties. Les pays développés doivent s'acquitter de leurs devoirs en matière de financement et de transfert technologique et accroître durablement après 2020 leur soutien aux pays en développement.

Selon le programme de la Conférence, les dirigeants de divers pays, après avoir assisté à l'ouverture, mandateront leurs représentants pour engager des négociations sur l'accord de Paris dans le but de définir le régime de lutte internationale contre le changement climatique post-2020 applicable à toutes les parties.

Selon des sources d'information, la France, pays hôte de la Conférence, attend des résultats qui comprendront quatre éléments suivants : Parvenir à un accord global permettant de limiter la hausse des températures de la planète à deux degrés Celsius en 2100 par rapport à l'ère préindustrielle, synthétiser les « contributions nationales » publiées par les différents pays contre le changement climatique, apporter des solutions adéquates aux problèmes de financement et de transfert technologique, mobiliser les entreprises, les collectivités locales, les individus et les autres « acteurs non-étatiques » et les encourager à lancer des initiatives et à proposer des solutions à leurs niveaux et dans divers domaines pour apporter des compléments utiles à l'accord de Paris.

Suggest To A Friend
  Print