L'ambassadeur de Chine en France, ZHAI Jun, évoque l'économie chinoise et les relations franco-chinoises
------Interview accordée conjointement au Quotidien du Peuple, à l’agence de presse Xinhua et au quotidien Les Nouvelles d’Europe
2017/01/24

Verbatim intégral de l'interview accordée le 23 janvier 2017 au Quotidien du Peuple, à l'agence de presse Xinhua et au quotidien Les Nouvelles d'Europe par son excellence l'ambassadeur de Chine en France, M. ZHAI Jun :

1- Excellence, pourriez-vous nous indiquer quelles ont été les grandes avancées dans les relations franco-chinoises en 2016 ? Quels en ont été les points saillants et les caractéristiques ?

Je dirais que nos relations ont été empreintes de hauteur et de constance. Voici selon moi ce qui les caractérise le mieux pour l'année écoulée :

Hauteur, d'une part, si l'on considère la fréquence de nos visites officielles de haut niveau. De fait, en moins d'un mois, le Président XI Jinping, le Premier ministre LI Keqiang et le Président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale ZHANG Dejiang, se sont entretenus avec le Président François HOLLANDE. Paris a accueilli trois mécanismes franco-chinois de haut niveau : le Dialogue stratégique, le Dialogue sur les échanges humains et culturels et le Dialogue sur les questions économiques et financières. La cordialité des échanges entre nos dirigeants reflète le haut niveau des relations franco-chinoises et joue un rôle moteur dans leur dynamique.

Constance, d'autre part, car en dépit de la montée des incertitudes et des périls internationaux en 2016, malgré la mise à l'épreuve de nos relations bilatérales par davantage de perturbations extérieures que par le passé, nos deux pays ont poursuivi leur coopération bilatérale dans tous les domaines dans un esprit de respect mutuel, avec le souci de mettre de côté leurs divergences pour développer leurs convergences, et intensifier leur dialogue vers la recherche de bénéfices mutuels. Les récentes avancées constatées en matière de nucléaire civil, de coopération en pays tiers et de sports de glisse en sont de brillantes illustrations. De façon remarquable, cela traduit la maturité croissante de nos relations ainsi que l'ancrage continu des deux piliers sur lesquels elles reposent, à savoir: la confiance politique mutuelle et la quête d'une coopération équilibrée.

2- Dernièrement, la France a réaffirmé en diverses occasions son soutien au principe de l'unicité de la Chine. Qu'en pensez-vous et selon vous, peut-on y voir une posture exemplaire de chef de file ?

La Chine apprécie que la France réaffirme avec constance ce principe, notamment par la voix de son Ministre des Affaires étrangères Jean-Marc AYRAULT. Cette position constitue le fondement politique et le préalable absolu pour quiconque souhaite établir ou développer des liens de coopération avec la Chine. La position française démontre que sur les sujets fondamentaux, comme sur les grandes questions de principe touchant à la relation bilatérale, la France agit de façon pleinement responsable. Nos deux pays étant membres permanents du Conseil de Sécurité de l'ONU, la qualité de leur relation a naturellement une incidence sur la planète toute entière. Chacun respecte les intérêts fondamentaux et les grandes préoccupations de l'autre, se donnant ainsi mutuellement d'importants gages politiques pour que leur relation bilatérale joue un rôle exemplaire et inspirant pour les relations entre la Chine et les autres pays occidentaux. La diffusion de ce type de signal positif contribue utilement au renforcement de la paix, du développement et de la coopération dans le monde.

3- Quel est votre diagnostic sur l'état de l'économie chinoise ? Dans le contexte actuel de retour du protectionnisme, que comptent faire la France et la Chine pour stimuler leurs échanges commerciaux ?

Face à des dangers tels que le ralentissement de l'économie mondiale, la contraction des échanges internationaux, l'instabilité des marchés financiers et le retour du protectionnisme, le Gouvernement chinois déploie énergiquement une stratégie centrée sur l'innovation, sur la refonte structurelle du côté de l'offre. Il promeut une économie forte et audacieuse, veille à la stabilité de ses principaux indicateurs, améliore la structure de son économie, modernise vigoureusement sa filière des énergies renouvelables et joue la carte de la qualité.

Le développement de la chine est le principal moteur de la croissance mondiale. La modernisation de notre industrie et l'élévation continue du pouvoir d'achat des Chinois offrent d'importants débouchés pour les produits du monde entier.

En 2016, alors que la Chine intensifiait sa reconversion économique et que l'économie française approfondissait sa restructuration, les échanges bilatéraux ont continué de croître et de se diversifier, révélant même de nouvelles facettes et spécificités. J'en veux pour preuve les coopérations en pays tiers qui ont connu leurs premiers succès, la coopération décentralisée de plus en plus florissante, les projets touchant le 3ème âge, le commerce en ligne ainsi que de nombreux autres nouveaux secteurs qui foisonnent actuellement. La Chine et la France sont convaincues que le protectionnisme ne favorisera ni la reprise économique mondiale, ni la coopération internationale, et que nos relations commerciales seront à l'abri de ces perturbations. Bien au contraire, 2017 sera une année où nous efforcerons conjointement de creuser de nouvelles pistes de coopération, d'en améliorer la qualité et de poursuivre avec constance la dynamique de nos échanges. Au-delà les secteurs traditionnels comme le nucléaire civil, l'aéronautique, l'automobile, nous nous efforcerons de développer les liens entre nos milieux d'affaire dans de nouvelles filières telles que la silver economy ou les villes durables afin d'apporter à nos économies de nouveaux vecteurs de croissance.

4- Quelles sont les opportunités qui s'offrent aux deux pays dans le cadre de la politique des Nouvelles Routes de la Soie ?

En 2013, le Président XI Jinping a lancé une initiative pour la co-édification avec d'autres partenaires de la « ceinture économique de la Route de la Soie » et de la « Route de la Soie maritime du XXIème siècle ». Depuis lors, plus de 100 pays et organisations internationales ont exprimé leur soutien actif à ces nouvelles Routes de la Soie et la Chine a déjà signé avec 40 d'entre eux des accords de coopération NRS (Nouvelles Routes de la Soie). La coopération financière, au travers de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures et du fonds « Route de la Soie », ne cesse de s'approfondir ayant déjà donné naissance à quelques projets emblématiques. Cette année, la Chine organisera un forum de coopération internationale de haut niveau intitulé « Les Nouvelles Routes de la Soie ». Il s'agit d'une initiative stratégique chinoise destinée, dans le nouveau contexte général, à dynamiser le commerce international par une traduction concrète de la volonté chinoise de développer de manière innovante sa conception des échanges gagnant-gagnant. Le forum permettra à chacun d'affiner l'adéquation de ses stratégies, de favoriser l'éclosion de nombreux projets afin d'œuvrer à une économie ouverte et stimuler fortement le dynamisme économique mondial. L'Europe constitue une partie importante de la Route de la soie. La ville de Lyon en a été autrefois le terminus. Au mois d'avril dernier, le premier train de marchandise en provenance de Chine entrait en gare, à Lyon, acclamé par tous, ouvrant ainsi une nouvelle voie aux échanges commerciaux sino-français et sino-européens. La Chine a toujours considéré la France comme un partenaire stratégique majeur. Nos économies sont très complémentaires et bénéficient toutes deux d'une forte volonté de coopération, d'origine à la fois politique et populaire. Dans cette perspective, les Nouvelles Routes de la Soie apportent, à point nommé, de nouvelles occasions à saisir. La Chine souhaite travailler avec la France pour multiplier les coopérations win-win, intensifier les échanges humains, favoriser les liens de part et d'autre pour redynamiser ensemble nos liens de coopération, pour le plus grand bénéfice de nos deux peuples.

5- La Chine et la France ont signé nombre d'accords de coopération. Selon vous, quels sont ceux qui auront le plus d'impact sur la vie quotidienne de nos deux peuples ?

Concrètement, l'année 2016 a été un très bon millésime en matière de réussites conjointes. La 3ème session du « Dialogue franco-chinois de haut niveau sur les échanges humains » a débouché sur 70 succès différents dans une dizaine de domaines tels que l'éducation, les sciences et les technologies, la culture et le sport, auxquels il faut ajouter 24 accords de coopération dans toute une série de domaines.

La 4ème session du « Dialogue de haut niveau économique et financier » a permis d'identifier 60 convergences de vue, notamment sur le nucléaire, la finance, le commerce, l'agriculture et la coopération en pays tiers.

La presse s'est focalisée sur le projet d'Hinkley Point au Royame-Uni mais plus encore sur la coopération tous azimut entre les acteurs chinois du nucléaire et leurs homologues internationaux, englobant les questions d'actionnariat, de technologies, de marché et de normes. On peut dire clairement que chaque accord de coopération inter-gouvernemental représente une impulsion pour chaque secteur et pour chaque filière pour le plus grand bénéfice des innombrables entrepreneurs de part et d'autre.

A l'heure actuelle, la Chine tente de faire passer son économie au braquet supérieur et traverse aujourd'hui une phase critique. Or, justement, la Chine et la France ont des économies très complémentaires et de puissants atouts dans les domaines du développement durable, de l'urbanisme, de la santé, de l'agro-alimentaire, des sports d'hiver, de l'investissement et du tourisme. Mon espoir est que d'avantage d'entreprises, mais aussi de particuliers, de nos deux pays, s'intéressent à la coopération sino-française et qu'en s'impliquant dans des projets, ils en deviennent les acteurs, les moteurs et les bénéficiaires.

6- L'année dernière, nombre de nos compatriotes en France ont été victimes de divers d'incidents. S'étant organisés pour faire valoir leurs droits, ils ont attiré l'attention grandissante des autorités françaises. Qu'avez-vous à dire sur l'avenir des ressortissants chinois en France ?

L'année qui vient de s'écouler a été tout à fait particulière dans l'histoire des résidents chinois en France. Alors que la reprise économique mondiale marque le pas, nos compatriotes ne ménagent pas leurs efforts et sont sans cesse à la recherche de nouvelles percées entrepreneuriales. Par ailleurs, dans un contexte de sécurité compliqué, nos compatriotes, de tous milieux, faisant preuve d'un degré de solidarité inégalée, ont su mobiliser notre communauté estudiantine dans de grandes manifestations légales pour la défense de leurs droits, révélant ainsi aux Français, la puissance de leur unité. Les Chinois de la 2ème et de la 3ème génération ont su à merveille utiliser leur bi-culturalisme pour seconder ceux de la 1ère génération dans leurs efforts d'adaptation professionnelle. Par ailleurs, ils ont su développer l'enseignement du mandarin et organiser des festivités et des événements culturels, portant haut les couleurs de leur culture et s'en faisant pleinement les ambassadeurs, contribuant ainsi de manière significative au développement de la Chine et à celui des relations d'amitié sino-françaises.

Je souhaite sincèrement qu'au cours de cette nouvelle année, nos compatriotes puissent encore mieux s'intégrer à la société française, restent profondément unis, qu'ils soient entreprenants, sachent profiter des bienfaits de l'initiative des Nouvelles Routes de la Soie pour renforcer avec talent nos relations d'affaire et nos échanges culturels avec la France. Je souhaite que la génération montante constitue une avant-garde tendue vers le renforcement et l'enracinement en profondeur de notre amitié avec la France. L'Ambassade de Chine souhaite renforcer le dialogue avec chacun, s'engager et pousser les services de l'Etat français à créer un environnement favorisant un meilleur développement de la communauté chinoise. Je suis convaincu qu'au cours de l'année nouvelle, l'enthousiasme, l'expérience, le charme, la force, l'esprit d'initiative de nos compatriotes en France sauront écrire un chapitre nouveau pour leurs entreprises comme pour l'amitié sino-fançaise.

7- Cette année sera celle des élections présidentielles en France et celle du XIXème congrès en Chine. Comment voyez-vous l'évolution des relations sino-françaises ?

Chacun sait que la France a été le premier grand pays occidental à établir des relations diplomatiques au niveau d'ambassadeur avec la Chine nouvelle. Par ailleurs, étant tous deux des puissances se distinguant par leur esprit d'indépendance et par la richesse de leur culture, nous avons développé un mode relationnel d'un type nouveau entre deux pays d'idéologies, de modèles sociaux et de niveaux de développement différents. Depuis 52 années, cette relation a mûri et s'est stabilisée. Les grands principes de coopération que nous avons édifiés, comme le respect mutuel, la recherche des convergences et la mise de côté des divergences, l'importance du dialogue ou la quête du win-win, montrent la dimension stratégique, moderne et universelle de cette relation bilatérale.

Pour l'année qui vient, nos deux pays ont un important agenda politique. Mais quelle que soit l'évolution de la situation, je pense que le cap général de nos relations ne devrait pas changer et qu'elles se poursuivront de façon étroite et durable avec de nouvelles avancées en perspective. Nous associerons étroitement notre initiative des « Nouvelles Routes de la Soie », nos « 5 concepts de développement », notre 13ème plan quinquennal, notre « Made in China 2025 », aux stratégies de développement françaises comme le plan « La nouvelle France industrielle » ou à leurs autres atouts spécifiques. Nous encouragerons le développement de la coopération dans tous les domaines, nous ne cesserons de porter à un niveau exemplaire l'efficacité de notre coopération bilatérale et relèverons ensemble les défis mondiaux à venir. En un mot, nous avons toutes les raisons de placer beaucoup d'espoir et de confiance dans les relations sino-françaises.

Suggest To A Friend
  Print