Discours de S.E.M. ZHAI Jun, Ambassadeur de Chine en France à l'occasion de la cérémonie d'hommage aux travailleurs chinois de la Première Guerre Mondiale
2018/04/11

Le 8 avril 2018 à 11h00 – Cimetière des travailleurs chinois de Nolette

Monsieur le Sous-Préfet d'Abbeville,

Monsieur le Maire de Noyelles-sur-Mer,

Monsieur le Président du Conseil départemental,

Monsieur le Député,

Monsieur le Président du Comité pour la mémoire des travailleurs chinois de la Grande Guerre,

Monsieur le Président de l'Association des Chinois résidant en France,

Mesdames et Messieurs les représentants des associations de la communauté chinoise en France,

Chers compatriotes, mesdames, messieurs,

A l'occasion de la fête chinoise des morts, Qingming Jie, c'est emprunts d'un profond recueillement que nous sommes rassemblés au cimetière des travailleurs chinois de Nolette, sur le lieu historique où dorment pour toujours nos 884 compatriotes.

Il y a 100 ans, 140 000 travailleurs chinois, poussés par la quête d'une vie meilleure, ont quitté leur terre natale pour une Europe secouée par une guerre meurtrière. Bravant les obus et les maladies, dans des conditions extrêmement difficiles, ils y ont accompli des tâches exténuantes. Plus de 20 000 d'entre eux y ont laissé leur vie et sont enterrés loin de chez eux.

Tout ce qu'ils ont laissé au monde, ce sont ces stèles que vous contemplez ici, porteuses de leurs noms et parfois même, de simples numéros. Mais aujourd'hui, 100 ans après la fin de la Grande Guerre, leur souvenir ressurgit et nous nous souvenons. Revisiter cette histoire est pour nous essentiel car il s'agit de nos compatriotes. Mais aussi parce que leur destin nous oblige pour l'avenir.

Churchill a dit : «Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre ». Raviver le souvenir de nos compatriotes dévorés par la guerre nous fait ressentir, avec une acuité plus grande encore, combien précieuse est la paix. Depuis cent ans, la civilisation humaine s'est développée à un niveau inégalé. Cependant, le tumulte des guerres n'a pas disparu. Dans de nombreux endroits du globe, guerres et conflits continuent d'engendrer d'innombrables morts et réfugiés. A l'heure où le populisme, l'unilatéralisme, et l'égoïsme relèvent la tête, le souvenir de nos compatriotes de la Grande Guerre rend plus forte notre détermination à préserver la paix. Il nous montre aussi que si on veut faire taire la guerre, il faut d'abord éradiquer ses ferments que sont l'arrogance, les préjugés et la haine.

Se souvenir de nos frères, c'est aussi réaffirmer notre engagement pour accomplir le redressement de notre grande Nation. Ils ont vécu dans l'ancienne Chine, misérable et arriérée. Mais par leur labeur et leur ténacité, à mains nues et à la sueur de leur front, ils ont su inspirer le respect envers notre Nation. Depuis un siècle, des générations de Chinois comme eux, contre vents et marées, ont lutté pour la grandeur de leur pays pour enfin trouver une voie de modernisation adaptée à la réalité chinoise et prendre fermement leur destin en mains. Aujourd'hui, c'est le cœur confiant que nous avançons vers l'accomplissement du Rêve chinois du renouveau national. Offrir à chaque Chinois une vie plus heureuse et plus digne : voici ce pour quoi nous luttons sans relâche et voici ce qui réconforterait le plus ceux que nous célébrons aujourd'hui.

Cette célébration nous enseigne également que nous devons développer encore davantage et plus rapidement encore les relations sino-françaises. Ces hommes, qui ont été les premiers à s'établir en France, ainsi que leur descendance, ont été les premiers acteurs de la relation sino-française. A ce titre, leur histoire appartient à la mémoire sino-française.

Aujourd'hui, la Chine et la France sont deux puissances responsables et influentes. Elles bâtissent un nouveau partenariat stratégique global, étroit et durable. Au début de cette année, le Président MACRON s'est rendu en visite d'Etat en Chine et nos deux chefs d'Etat sont parvenus à d'importantes convergences de vues sur le développement de nos relations bilatérales pour la nouvelle ère, sur le développement de la coopération dans tous les domaines ainsi que sur la défense du multilatéralisme.

Nous sommes convaincus que des relations sino-françaises saines, stables et dynamiques, sont un bien pour le monde entier, et cela tant pour le bonheur de nos deux peuples, que pour les peuples du monde entier.

Mes chers compatriotes, chers amis,

Je voudrais aussi saisir cette occasion pour remercier le Gouvernement et nos amis français pour leur reconnaissance et leur recueillement. Je remercie également la région Hauts de France, le département de la Somme et la Mairie de Noyelles-sur-Mer pour le soin et la contribution active qu'ils accordent de longue date à l'entretien et à la préservation du cimetière des travailleurs chinois.

Pour finir, après une pensée émue pour le repos des âmes de nos compatriotes, je souhaite un éternel printemps à l'amitié sino-française !

Suggest To A Friend
  Print