Discours de S.E.M. l'Ambassadeur Lu Shaye à la cérémonie d'inauguration du 3ème Forum Confluences Franco-Chinoises
2019/09/24

Monsieur le Maire, cher M. Collomb,

Mesdames, Messieurs, chers amis,

Je suis très heureux, à peine deux mois après ma prise de fonction, de participer à la 3ème édition du Forum Confluences Franco-Chinoises. Lyon est une célèbre ville d’histoire et de culture. Mais elle est aussi un grand centre industriel et une capitale de l'innovation. Le Rhône et la Saône s’y rejoignent pour se jeter ensemble dans la mer. J’y vois là une illustration de sa grandeur d’âme et de la vitalité qui animent cette grande cité.

C’est ici que se retrouvent aujourd’hui les collectivités locales, les entreprises et l’élite du monde académique de Chine et de France pour dialoguer sur un thème devenu fortement symbolique : « Santé et alimentation – Pour une route de la soie de la santé ».

Nous devons donc saisir cette occasion pour envoyer un signal fort, d'ouverture et de tolérance au monde entier.

Nous vivons dans un monde interconnecté où les destins des différentes nations sont étroitement liés. La mondialisation économique a apporté à la planète un développement et une prospérité sans précédent. Les pays aujourd’hui les plus développés sont, sans exception, ceux qui s’y sont lancés les premiers avec le plus de vigueur. Néanmoins, on ne peut nier que cette mondialisation a également conduit à une concentration excessive des richesses, creusant ainsi davantage le fossé entre riches et pauvres au sein des pays eux-mêmes, tout comme entre les différents pays.

Le cœur du problème n'est pas la mondialisation en elle-même, mais plutôt le fait que les différents pays n’ont pas su redistribuer équitablement les dividendes qu’elle a engendrés pour d’un côté augmenter leur compétitivité et de l’autre, récompenser justement les travailleurs. Alors, certains ont pris prétexte des inconvénients qu’elle générait pour faire le choix du protectionnisme et de l’unilatéralisme, comme si le fait de s’isoler du monde dans des chambres noires pouvait tout arranger. Le croire serait se mentir et se compliquer l’avenir.

Le Président Xi Jinping l’a bien dit : personne ne peut diviser l’océan de l’économie mondiale en une multitude de petits lacs ou de cours d’eaux isolés. Ce serait tourner le dos au sens de l’Histoire.

La médecine chinoise nous l’enseigne : "Là où l’énergie circule, il n’y a pas de douleur. Là où il y a douleur, il y a blocage de l’énergie". Pour relever les défis de l'ère de la mondialisation, on ne peut compter que sur une coopération et une intégration plus profondes à l’échelle mondiale pour faciliter la "circulation" et calmer la douleur.

L'initiative des "Nouvelles routes de la soie" défend les principes de concertation, de co-construction et de partage. Elle favorise une meilleure affectation des capitaux, des hommes, des technologies, des informations et d'autres facteurs-clés de production. Elle vise à renforcer le dialogue entre les différentes politiques, à interconnecter les installations, à fluidifier la circulation des marchandises, des capitaux, et à rapprocher les peuples, pour créer une prospérité commune et une osmose entre les civilisations.

Voici ce que la sagesse et la vision chinoises peuvent proposer pour l’avènement d’une mondialisation renouvelée. Depuis la création du Forum Confluences Franco-Chinoises il y a trois ans, il s’est focalisé sur notre coopération bilatérale dans le cadre des Nouvelles routes de la soie, d’abord sous l’angle culturel, puis sous l’angle du développement durable, et enfin, sous celui de la santé, traduisant parfaitement l’esprit des routes de la soie à l’ère nouvelle, pour le plus grand bénéfice de nos populations respectives.

Nous devons, ensemble, bâtir les nouveaux piliers d’une coopération franco-chinoise mutuellement avantageuse.

La Chine est la deuxième économie mondiale, la première puissance industrielle, la plus grande puissance commerciale et le deuxième investisseur à l’étranger. Au cours des huit premiers mois de l’année, la consommation des ménages y a augmenté de plus de 8%, nous mettant en passe de devenir le plus grand marché de consommation du monde. La France est l’un des plus grands pays développés et la région Auvergne-Rhône-Alpes est le berceau d’entreprises comme Bio-Mérieux et Sanofi, ainsi que la patrie du Beaujolais, du bœuf charolais, du poulet de Bresse et des fromages de Savoie. Les Chinois, dont le niveau de vie s’élève quotidiennement, auront de plus en plus besoin de produits industriels et agricoles de haute qualité.

Le secteur de la santé, par exemple, devrait à lui seul représenter 8 000 milliards de yuans en 2020. Les perspectives de coopération économique entre nos deux pays sont donc colossales, tant nous avons de choses à faire ensemble.

Mais bien sûr, plus l’économie sera ouverte, plus la concurrence sera rude. J’entends aujourd'hui de nombreuses entreprises françaises se plaindre qu'il est plus difficile de gagner de l'argent en Chine que par le passé. Mais ce n'est pas parce que la Chine se referme ou que son ouverture se ralentit. Bien au contraire ! Rien que l’année dernière la Chine a progressé de 32 places dans le classement international des meilleurs environnements d’affaires. C’est juste que les entreprises chinoises se développent et sont de plus en plus compétitives. La concurrence, c’est comme la course à pieds : seuls les plus forts et les plus entraînés ont des chances de gagner.

Notre excédent commercial chinois n’est pas un choix délibéré, de même que nous ne sommes pas des adeptes du transfert de technologie forcé et nous traitons les investisseurs étrangers sur un pied d’égalité. Nous souhaitons juste que les entreprises françaises et chinoises continuent de s’inspirer les unes des autres et de se surpasser, dans un contexte de saine concurrence. C’est cela qu’on entend stricto sensu par avantages réciproques.

Nous devons travailler ensemble pour offrir au monde davantage de biens d’utilité publique de qualité.

A ce jour, l'initiative des Nouvelles routes de la soie est l’initiative d’utilité publique la plus populaire dans le monde, et la Route de la soie sanitaire en est une composante importante. D’ailleurs, ces dernières années, la Chine a beaucoup fait pour sa construction. Nous avons réalisé de nombreux projets de coopération en Asie du Sud-Est, en Asie centrale et en Afrique, notamment en matière d'assistance médicale, de prévention des maladies infectieuses, de formation du personnel et de diffusion de la médecine chinoise. En janvier 2017, la Chine et l'OMS ont signé un mémorandum d’entente pour coopérer sur des sujets de santé dans le cadre des Nouvelles routes de la soie, faisant de ces Nouvelles routes de la soie de la santé une importante plateforme pour la mise en œuvre du volet Santé du Programme des Nations Unies pour le développement durable à l'horizon 2030.

Nos deux pays sont des acteurs majeurs du développement international et de la coopération en matière de santé, avec des modes de coopération hautement complémentaires. La Chine est prête à bâtir ensemble avec la France la Route de la soie sanitaire, en combinant ses atouts en termes de financement, de personnels et de capacité de construction, avec le savoir-faire et l’expérience de la France en matière de construction de réseaux de santé publique et d’innovation médicale. Nous pourrions alors, dans le cadre d'une coopération tripartite, proposer une plus large offre de services de santé à l’Asie, à l’Afrique ainsi qu’à d’autres pays, en créant ensemble un nouveau mode de coopération internationale dans la santé, structuré autour de produits chinois, de réseaux français et de normes internationales.

Mesdames et messieurs, chers amis,

Historiquement, la ville de Lyon, en tant que terminus de l'ancienne Route de la Soie et siège de l'Institut franco-chinois, est liée à la Chine par des liens indissolubles. Aujourd’hui, elle est aussi le terminus de la ligne de chemin de fer euro-chinoise. C’est également ici que confluent le passé et l’actualité des échanges et de la coopération sino-française, pour mieux déferler vers l'immense océan des possibles.

Pour finir, j’adresse tous mes vœux de succès à ce nouveau forum.

Merci à tous !

Suggest To A Friend
  Print