Discours de S.E.M. l'Ambassadeur LU Shaye à la Réception en l'honneur du 70e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine et de sa prise de fonctions
2019/09/26

Monsieur Laurent Fabius, Président du Conseil constitutionnel,

Monsieur Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation,

Mesdames et Messieurs les Ministres,

Mesdames et Messieurs les élus,

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,

Distingués invités,

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

Bonsoir.

Bienvenue à tous à l’Ambassade de Chine. C’est la première réception que j’organise en tant qu’Ambassadeur de Chine en France. Tout au long de ces deux derniers mois après mon arrivée à Paris, j’ai eu le plaisir de rencontrer et de faire connaissance avec beaucoup de Français de tous horizons, des milieux politique, commercial, culturel, des médias et des think-tank. Je me suis également rendu en province pour y rencontrer les autorités et populations locales. Lors de ces échanges, j’ai toujours été très sensible à l’accueil chaleureux que tous m’ont réservé, mais aussi à la haute opinion que tous avaient de la relation sino-française et à l’enthousiasme qu’elle suscitait.

Cette année marque le 70ème anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine, dont le président Mao Zedong a proclamé solennellement la naissance le 1er octobre 1949 du haut de la Porte Tian’anmen. Après plus de 100 ans de combats sanglants, le peuple chinois a mis fin à sa période semi-coloniale et semi-féodale pour entrer dans une nouvelle ère de libération, d’indépendance, de développement et de progrès.

Au cours des 70 dernières années, sous la direction du Parti communiste chinois, le peuple chinois tout entier, uni comme un seul homme, a accompli par son labeur, son courage et son intelligence, un véritable miracle dans l’histoire du développement de l’humanité. Les agrégats économiques de la Chine sont passés de plus de 60 milliards de yuans en 1949 à 90 000 milliards de yuans en 2018, pour se trouver au deuxième rang mondial. La Chine est également N°1 mondial pour le commerce de marchandises, N°2 pour les investissements à l’étranger. Elle est en passe de devenir le plus grand marché de consommation dans le monde et contribue chaque année à la hauteur de 30% à la croissance mondiale.

Nous sommes le pays qui a construit et modernisé le plus grand nombre d’infrastructures, nous disposons des filières industrielles les plus complètes au monde. Une succession de prouesses scientifiques et technologiques majeures ont été réalisés dans les vols spatiaux habités, l’exploration de la lune et des fosses océaniques. Nous sommes mondialement en pointe pour ce qui est des supercalculateurs, des communications quantiques, de la 5G des technologies de l’information et de leurs applications. Nos lignes ferroviaires à grande vitesse représentent deux tiers des lignes existantes dans le monde. De vieux pays agricole, la Chine a réussi sa transition vers une nation industrielle moderne et devient progressivement une terre d’innovation.

Nous avons considérablement amélioré le niveau de vie de la population. De 119 yuans aux alentours de 1949, le revenu moyen par habitant s’est élevé à 64 644 yuans (environ 9 700 dollars) en 2018. Plus de 700 millions de Chinois sont sortis de la pauvreté. Plus de 400 millions de personnes se classent dans la catégorie des revenus intermédiaires et nous avons créé un système de sécurité sociale qui couvre près de 1,4 milliard de Chinois.

Nous menons une diplomatie d’indépendance et de paix, attachée au maintien d’un système de gouvernance multilatérale organisé autour des Nations Unies. Défenseurs de la démocratisation des relations internationales, nous préconisons le règlement pacifique des différends internationaux. La Chine est le membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies qui fournit le plus gros contingent aux opérations onusiennes de maintien de la paix. Nous sommes un acteur important en matière de coopération internationale pour le développement et jouons un rôle de premier plan dans la lutte contre le changement climatique.

Au cours des 70 dernières années, plusieurs générations de Chinois ont continué à se battre pour que retentisse une "Symphonie du Destin" placée sous le signe de grand changement. Cependant, nous sommes pleinement conscients que la Chine reste un pays en développement, et que si son œuvre de réforme et de développement intérieur est ardue, les défis et périls extérieurs sont encore plus sévères. Nous croyons fermement que dans un monde globalisé, les destins des différentes nations sont étroitement liés. Nous pensons que la positivité est contagieuse, au même titre que la négativité, et qu’il vaut mieux être heureux à plusieurs que tout seul dans son coin. La Chine s’est beaucoup développée. De ce fait, elle se doit d’assumer davantage de responsabilités internationales et de contribuer encore plus au bien-être de l’humanité.

Partant d’un nouveau point de départ historique, la Chine persévèrera résolument dans la voie du développement pacifique au service d’une stratégie d’ouverture mutuellement avantageuse. Nous travaillerons à la mise en œuvre de nouveaux modèles de développement et construirons un pays socialiste prospère, puissant, démocratique, hautement civilisé, harmonieux et écologiquement sain. Nous pousserons la coopération internationale dans le cadre des Nouvelles routes de la soie et partagerons avec le monde entier les opportunités de développement. Nous défendrons le multilatéralisme et mettrons l’intelligence chinoise au service de la gouvernance mondiale pour promouvoir l’établissement d’un nouveau type de relations internationales nourries de respect mutuel, d’équité, de justice, et de coopération gagnant-gagnant, et de la communauté de destin pour l’humanité.

Mesdames et Messieurs,

Cette année marque aussi le 55ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre nos deux pays. Il y a plus d’un demi-siècle, la Chine et la France, fortement attachées à leur indépendance, ont brisé la glace de la guerre froide pour se réunir. Tout au long de ces 55 années, dans un respect mutuel et dans l’égalité, nous avons travaillé ensemble avec pragmatisme et audace, créant ainsi de nombreuses "grandes premières" dans l’histoire des relations entre la Chine et l’Occident. Nous faisons avancer la coopération dans le domaine humain et culturel dans un esprit ouvert de tolérance, pour être à la pointe des échanges et inspirations mutuels entre différentes civilisations dans le monde. Les relations sino-françaises sont aujourd’hui emblématiques de ce que peuvent être des relations de coexistence pacifique mutuellement avantageuses entre l’Orient et l’Occident.

Notre monde traverse des bouleversements historiques d’une rare profondeur. L’unilatéralisme, le protectionnisme, le populisme et les comportements brutaux sont de retour, menaçant gravement les fondements des relations internationales et mettant à rude épreuve la conscience et les limites de tolérance de l’humanité. Mais nous savons tous que c’est dans les grandes tempêtes qu’on voit les grands capitaines. Face aux nouveaux choix historiques, en tant que membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations Unies et grands pays influents, la Chine et la France se doivent de guider le monde vers un développement pacifique et vers la coopération gagnant-gagnant.

La visite d’État effectuée en mars dernier par le Président Xi Jinping en France a été un grand succès. Nos deux Chefs d’État sont convenus de renforcer, de stabiliser et de dynamiser encore davantage notre partenariat global stratégique. Ils ont publié une Déclaration conjointe sur la préservation du multilatéralisme et l’amélioration de la gouvernance mondiale. Le président Macron se rendra en Chine avant la fin de l’année. Dans le sillage de la vision stratégique de nos deux Chefs d’État, les relations sino-françaises ont déjà pris un tour nouveau et s’apprêtent à accueillir des perspectives de développement sans précédent.

C’est dans ce contexte historique que j’ai l’honneur, mais aussi la lourde responsabilité, d’être le 12ème Ambassadeur de Chine en France. Aussi, je m’engage pleinement à :

- Faire rayonner le leadership stratégique des relations sino-françaises. Nous devons travailler ensemble pour défendre l’autorité des Nations Unies et son rôle central dans la gouvernance mondiale ; pérenniser la dynamique de notre coopération dans la lutte contre le changement climatique et la protection de la biodiversité, en nous montrant exemplaires. Nous devons sauvegarder l’Accord sur le nucléaire iranien qui est un succès majeur du multilatéralisme et renforcer le dialogue sur d’autres dossiers tels que la réforme de l’OMC, afin de dégager de plus larges consensus.

- Je m’emploierai également à densifier la relation sino-française et à lui donner davantage de substance. Nous devons poursuivre notre travail sur l’innovation, en étendant notre coopération dans les secteurs traditionnels comme l’aéronautique ou le nucléaire, à l’ensemble des filières industrielles, notamment dans les secteurs émergents comme l’agroalimentaire, la santé et l’industrie intelligente. Nous pouvons également nous appuyer sur des modèles de coopération en marché tiers, en Afrique, en Asie ou ailleurs dans le monde, pour travailler ensemble à des projets dans le cadre des Nouvelles routes de la soie.

- Il nous faut consolider le socle de l’amitié sino-française. En tant que membre de la grande communauté francophone, j’apprécie hautement la splendeur, la tolérance et l’ouverture d’esprit de la civilisation française. Je pense que, si la Chine et la France ont beaucoup en commun, il y a encore beaucoup à faire de part et d’autre pour faire progresser notre compréhension mutuelle. Face aux relents nauséabonds de théories du type « choc des civilisations », la Chine et la France doivent adopter une posture de grandes nations culturelles d’ouverture et de tolérance, en continuant de s’ouvrir l’un à l’autre, de s’apprécier et s’inspirer mutuellement. Il nous faut coopérer partout : dans l’enseignement, y compris l’enseignement des langues, dans la culture, le tourisme, le sport, le cinéma, la télévision, pour renforcer les sentiments d’amitié entre nos deux peuples.

Mesdames et Messieurs,

Les actes sont toujours plus convaincants que les mots. Tout au long de mon mandat, je serai en prise avec la France entière pour renforcer notre communication et notre coopération et j’espère que, dans cette tâche, je pourrai bénéficier de votre plein soutien.

Pour finir, je vous propose de lever nos verres, à la prospérité de nos deux pays, au bonheur et à la santé de nos deux peuples.

Vive l’amitié sino-française !

Suggest To A Friend
  Print