Déclaration du Porte-parole de l'ambassade de Chine sur la situation à Hong Kong
2019/10/06

L’ambassade de Chine en France a pris bonne note de la reprise par le Porte-parole du Quai d’Orsay le 3 octobre, de l’intégralité du texte de la déclaration de l’Union européenne du 2 octobre sur la situation à Hong Kong et la juge irresponsable.

Nous exprimons notre vif mécontentement et notre profond mépris face à l’hypocrisie de la déclaration européenne et à la noirceur des intentions de certains vis-à-vis de la Chine.

Actuellement, l’ensemble de la société hongkongaise s’accorde sur la nécessité de faire cesser le désordre et la violence. La cheffe de l’Exécutif, Mme Carrie Lam, a proposé un plan d’action en quatre points pour amener les représentants du Gouvernement de la Région administrative spéciale à engager un dialogue avec la société civile afin de mieux comprendre les revendications et les attentes des citoyens et prendre des mesures adéquates pour atténuer leurs difficultés et celles des entreprises.

Malgré cela, les opposants et les extrémistes de Hong Kong, continuant de s’abriter derrière le prétexte des "cinq grandes revendications non négociables", ont organisé des manifestations le 1er octobre, jour de la célébration par tout le peuple chinois du 70ème anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine, en se livrant à des violences. Ces violences n’avaient rien à voir avec l’expression de "revendications". Il s’agissait purement et simplement de provocations délibérées destinées, en faisant couler le sang, à contraindre le Gouvernement central et celui de la RAS à céder à leurs exigences absurdes.

L’Union européenne a publiquement glorifié les exactions des émeutiers et s’en est prise fielleusement aux mesures d’autodéfense des policiers de Hong Kong pour défendre leur vie face à leurs agresseurs. Voici qui est criminel et très dangereux.

Car si la Police, qui est le pilier de l’ordre social et le garant de la sécurité des citoyens, venait à s’effondrer sous les coups de boutoir de ces attaques odieuses, la société Hongkongaise sombrerait dans un chaos irrémédiable. Est-ce là le souhait des responsables européens ?

La France aussi a été en proie à de longues périodes de manifestations violentes. La Police française s’est trouvée sous haute pression, tant physiquement que psychologiquement, et sous le feu roulant de critiques et d’insultes d’une frange malveillante de l’opinion. Dans ces circonstances, nous avons fait preuve d’empathie à l’égard de la France. Nous souhaiterions qu’elle puisse se montrer aujourd’hui dans les mêmes dispositions d’esprit à notre égard.

Suggest To A Friend
  Print