Déclaration du Porte-parole de l'Ambassade de Chine en France sur la question de Huawei et de la 5G
2020/02/09

L’Ambassade de Chine en France a pris note des reportages récents dans plusieurs médias français selon lesquels les autorités compétentes françaises envisageraient de prendre des mesures restrictives contre Huawei dans le déploiement de la 5G en France. Parmi elles : l’interdiction aux équipements 5G de Huawei d’être utilisés dans des dizaines de grandes villes françaises et l’imposition à Huawei d’une durée de validité de l’autorisation nettement plus courte qu’aux équipementiers européens comme Nokia et Ericsson. Nous en sommes profondément choqués et inquiets.

Le Président Emmanuel Macron et d’autres hauts responsables français ont réaffirmé à plusieurs reprises que sur la question de la 5G, la France ne prendrait pas de mesures discriminatoires contre un pays ou une entreprise spécifique, ni n’exclurait pas Huawei. Donc, si les informations susmentionnées des médias français s’avèrent exactes, c’est visiblement contraire à l’engagement pris par le gouvernement français.

Aujourd’hui, la France se trouve à un moment clé pour le déploiement des réseaux 5G. Il est un fait reconnu de tous que Huawei possède des avantages considérables tant sur les plans de la technologie, du coût que du marché. C’est exactement pourquoi la plupart des opérateurs français veulent coopérer plus avec Huawei dans le déploiement des réseaux 5G.

Nous comprenons parfaitement les préoccupations de la part d’un pays souverain quant à la sécurité des réseaux 5G. Mais encore faut-il qu’elles soient fondées sur des bases scientifiques et la réalité des faits, et que les mesures prises soient proportionnées. En réalité, les équipements 5G de Huawei sont totalement fiables et n’ont jamais présenté aucun risque technique ou sécuritaire, ni laissé aucune « porte dérobée ». Huawei a déjà instauré un laboratoire de sécurité à Londres et s’est dit prêt à signer avec la France et tous les autres pays partenaires des accords de « non porte dérobée ».

Si, par souci de sécurité, le gouvernement français a réellement besoin de fixer des contraintes aux opérateurs, il devrait établir à cet égard des critères transparents et traiter toutes les entreprises de la même manière. Une différence de traitement des entreprises selon leur pays d’origine constituera une discrimination patente et un protectionnisme déguisé. Cela va à l'encontre des principes de l’économie de marché et du libre commerce. La Chine a toujours accordé un traitement équitable à Nokia et Ericsson dans le déploiement des réseaux 5G en Chine et les a même autorisés à prendre part au déploiement du cœur des réseaux. Nous ne souhaitons pas voir le développement des entreprises européennes dans le marché chinois affecté à cause de la discrimination et du protectionnisme de la France et d’autres pays européens à l’égard de Huawei.

La Chine et la France sont liées par un partenariat global stratégique. Depuis de longues années, elles ont développé une coopération étroite et fructueuse dans nombre de domaines qui touchent à la sécurité nationale, comme le nucléaire civil, l’aéronautique et l’aérospatial. La Chine n’a jamais manifesté à la France la moindre inquiétude quant à la sécurité nationale. Nous souhaitons que nos deux pays puissent maintenir la confiance mutuelle dans ces domaines, et la renforcer davantage à travers la coopération sur la 5G.

Nous comptons sur la France pour prendre des actions concrètes et créer un environnement d’affaires ouvert, transparent et non discriminatoire à l’égard des entreprises de tous les pays, y compris de la Chine.

Suggest To A Friend
  Print