Lettre du Porte-parole de l'Ambassade de Chine en France à la rédaction de L'Obs au sujet de l'appel signé par des élus français sur Taiwan
2020/04/06

C’est avec une immense curiosité que j’ai lu la tribune intitulée « L’OMS doit pleinement collaborer avec Taïwan » signée par 86 élus et 40 personnalités du monde médical et universitaire français publiée le 31 mars 2020 dans L’Obs, en essayant de trouver des connaissances internationales et des inspirations en droit international. Pourtant, je suis très déçu après la lecture, car c’est un article plein de fautes et d’absurdités qui, non seulement ne pourra pas donner d’inspirations, mais encore est fort fourvoyant, d’autant plus qu’il démontre que ceux qui l’ont signé sont extrêmement dépourvus de connaissances internationales, ont beaucoup de confusions dans la logique et possèdent des motivations politiques très douteuses.

Ils ne cessent d’appeler Taiwan « un pays » et se plaignent pour ce dernier qui n’a pas été convié à l’Assemblée mondiale de la Santé. Qui a reconnu Taiwan comme un pays ? Les Nations Unies ? La France ? Ce que tout le monde a comme connaissance internationale, c’est que Taiwan est une province de Chine et fait partie intégrante du territoire chinois ; tandis que l’OMS est une institution spécialisée des Nations Unies à laquelle seuls les pays souverains peuvent adhérer. Puisque Taiwan n’est pas un pays souverain, il n’est pas qualifié pour y entrer, ni participer à l’Assemblée mondiale de la Santé. Les signataires de cet appel n’ont même pas ces connaissances élémentaires, n’est-ce pas ridicule ?

Ils affirment que « Taïwan a admirablement géré la crise du coronavirus. Exclure Taïwan de l’Assemblée mondiale de la Santé remet en cause la sécurité sanitaire mondiale et celle de Taïwan. » Alors, c’est le prétexte le plus utilisé par les séparatistes taiwanais. Pourtant, puisque Taiwan a su bien maîtriser cette crise du Covid-19 sans adhérer à l’OMS, ne signifie-t-il pas justement que la non-admission de Taiwan à l’Assemblée mondiale de la Santé ne remettra pas en cause la sécurité sanitaire de Taiwan ? S’agissant de la sécurité sanitaire mondiale, si Taiwan a « admirablement » géré la crise du coronavirus, l’exclure de l’Assemblée mondiale de la Santé ne nuira pas à la sécurité sanitaire mondiale. En fait, dans le giron de la mère-patrie, Taiwan ont des contacts et coopérations fluides au niveau technique avec l’OMS. Lorsque des épidémies apparaissent dans le monde, Taiwan peut les connaître à travers la plateforme de l’OMS ; si une épidémie éclate à Taiwan, il peut aussi alerter l’OMS sans tarder.

Selon la tribune, « le gouvernement taïwanais avait alerté le 31 décembre 2019 l’OMS de l’émergence du virus », ce qui est un bluff. En réalité, c’est après le signalement public par le gouvernement de la municipalité de Wuhan d’une pneumonie à nouveau coronavirus le 30 décembre 2019 que Taiwan est allé s'enquérir auprès de l'OMS. Taiwan a découvert son premier cas confirmé le 23 janvier 2020, comment aurait-t-il pu l’alerter le 31 décembre 2019 ? Il a la prévoyance ? Ou bien…

La tribune déclare que « l’OMS doit veiller à s’abstraire de tout jeu politique, d’influences diplomatiques et à s’attacher à sa vocation première, celle de protéger au mieux la santé de chacun à l’échelle planétaire ». A mon avis, c’est justement à cause de certains pays et personnes qui ne cessent de jouer le jeu politique sur la question de l’admission de Taiwan à l’OMS que les travaux de l’OMS, attachée à sa vocation première, sont perturbés. J’exhorte ces gens-là à ne pas harceler l’OMS, car leurs tentatives insensées sont vouées à l’échec.

Suggest To A Friend
  Print