Déclaration du Porte-parole de l'Ambassade de Chine en France au sujet de l'arrestation de responsables d'associations chinoises et d'étudiants chinois en France par la police française
2020/04/08

Nous avons pris note du reportage dans les médias sur la mise en garde à vue et l’interpellation de deux responsables d’associations chinoises en France le 5 avril par la police française. Au moment des faits, l’Ambassade de Chine a immédiatement exprimé ses préoccupations à la police française et apporté du soutien nécessaire par voie judiciaire aux personnes concernées. Actuellement, les deux hommes ont été libérés.

A notre connaissance, les deux responsables concernés ont assisté, sur demande de l’« Association mondiale des Wenzhounais » de la province du Zhejiang, à la distribution gratuite de masques aux ressortissants chinois en France dans le besoin urgent de matériels, dont une partie ont été accordés sous forme de don aux institutions françaises en première ligne de la lutte contre l’épidémie telles que hôpitaux et commissariats de police. Il est à souligner que ces masques sont entrés sur le territoire français par voie légale. Le gouvernement français n’interdit pas aux populations de porter le masque. Les deux responsables ont agi pour des intérêts publics et non commerciaux. Ils n’ont pas enfreint les lois et règlements pertinents français.

Un autre reportage a été publié sur l’arrestation de trois étudiantes chinoises le 7 avril à midi pour avoir aidé l’Ambassade de Chine en France à distribuer des « paquets de santé » destinés aux étudiants chinois. Après avoir reçu un coup de téléphone qui appelle à l’aide, l’Ambassade a dépêché immédiatement ses agents au commissariat de police pour entreprendre des démarches. Les trois étudiantes ont été libérées dans l’après-midi. Les « paquets de santé » leur ont été restitués.

Nous avons exprimé nos préoccupations au département compétent du gouvernement français sur ces affaires et nos souhaits que ce genre d’événement ne se reproduise plus. L’Ambassade de Chine en France fera de son mieux, tout comme par le passé, pour défendre les droits et intérêts légitimes des compatriotes chinois en France.

Suggest To A Friend
  Print