Interview de l'Ambassadeur Lu Shaye par BFMTV
2020/04/08

Le 8 avril, l'Ambassadeur Lu Shaye a été invité en direct sur BFMTV. Voici la transcription de l'interview :

Q : Merci de rester avec nous pour poser vos questions à notre invité Lu Shaye. Bonjour, Merci d'être avec nous. Vous êtes Ambassadeur de Chine en France, est-ce que vous comprenez et quelle est votre réponse justement à ces critiques, à ces doutes sur le bilan officiel communiqué par Pékin ?

R : J'ai entendu le journaliste tout à l'heure, mais je pense que les attaques et les accusations contre le gouvernement chinois ne méritent pas d'être réfutées, parce qu'ils n'ont pas raconté la vérité telle quelle. Par exemple, on a beaucoup parlé d'un médecin qui a lancé une alerte sur l'épidémie, le docteur Li Wenliang. Mais en fait, avant lui, il y a une autre médecin qui s'appelle Zhang Jixian qui a lancé la première alerte le 27 décembre par la procédure à son supérieur, et son alerte est allée jusqu'au niveau supérieur, au gouvernement central. Et c'est le 30 décembre que les autorités compétentes du gouvernement de Wuhan ont fait une affiche publique pour annoncer qu'ils ont découvert une pneumonie à nouveau coronavirus. Le lendemain, le gouvernement central a envoyé une équipe d'experts pour faire des enquêtes. Le docteur Li Wenliang a obtenu seulement l'information en interne, et il l'a faite savoir à ses amis proches, il n'a pas eu l'intention de lancer une soi-disant alerte. Mais les Occidentaux veulent lui coller une étiquette de lanceur d'alerte. Ils ont l'intention de l'implanter comme une personne anti-gouvernement. C'est la vérité.

Q : Voilà pour votre réponse qui a été évidemment essentielle. Quel est votre regard sur les images qu'on voit sur le déconfinement à Wuhan et ces personnes de nouveau dans la rue ? C'est une bonne nouvelle pour vous ? C'est un risque que l'épidémie ne reparte ?

R : C'est une bonne nouvelle, les habitants de Wuhan ont enfin pu sortir de leurs maisons et passer une vie normale. J'ai vu dans les médias chinois que les habitants de Wuhan sont tous très contents et très émus. Et on a enfin réussi à surmonter cette épidémie après 76 jours de confinement. Donc les populations de Wuhan ont consenti d'énormes sacrifices à la victoire sur cette épidémie. Et bien sûr le gouvernement chinois reste toujours sur le qui-vive, parce que maintenant même s'il n'y a pas beaucoup de cas locaux en Chine, mais il y a encore des cas importés. Donc c'est vraiment un risque pour nous. Nous adoptons toujours les mesures très strictes de prévention contre l'importation des cas.

Q : Est-ce que la Chine redoute une deuxième vague, comme dans le passé, dans d'autres pandémies, il y a eu la deuxième vague extrêmement meurtrière, je pense à la grippe de Hong Kong en 1968-1969, Est-ce que la Chine redoute une deuxième vague qui pourrait intervenir cette été ? Et comment vous expliquez que avec plus de 80 000 personnes contaminées, il n'y a eu finalement que très peu de victimes, 3000 et quelques morts, quelle est la méthode chinoise qui a permis d'arriver à ce résultat, puisqu'aujourd'hui, vous dites qu'il n'y a aucun décès en Chine dû au coronavirus.

R : Oui, on est toujours vigilant pour se prémunir contre une deuxième vague, mais je ne pense pas que cette deuxième vague va arriver, parce que les mesures prises par le gouvernement chinois sont très complètes, très strictes, très rigoureuses. Nous avons la conviction et la confiance d'éviter cette deuxième vague. Et d'ailleurs, pour votre deuxième question, vraiment, le taux de mortalité en Chine est relativement bas, beaucoup d'Occidentaux ont posé la question, ils disent qu'il y a une suspicion, mais est-ce qu'on pose la même question à l'Allemagne ? Est-ce qu'on pose la même question aux États-Unis? Leur mortalité est même encore plus basse que la Chine. Donc, pourquoi la Chine arrive à maîtriser cette épidémie avec une mortalité si basse comme vous l'avez dit ? Parce que nous avons pris des mesures très complètes, par exemple, nous adoptons des mesures de confinement total dans la ville de Wuhan, dans la province du Hubei. Avec ce confinement, nous accompagnons d'autres mesures, par exemple, le dépistage, l'isolement, la prise en charge, le traitement médical le plus complet possible, donc tout ça avec le confinement de 76 jours, ou bien avec un mois, ça veut dire deux périodes d'incubation, on a réussi à couper la source de transmission du virus. Si on dit qu'on doute de la véracité des chiffres de la Chine, on pourra voir la réalité dans votre télévision, la vie quotidienne des habitants de Wuhan, c'est comme cela. S'il y existe encore des cas cachés, les habitants ne seront pas comme ça.

Q : Merci beaucoup Monsieur l'ambassadeur d'avoir été avec nous en direct dans le Live BFM pour répondre à nos questions évoquées sur le déconfinement à Wuhan. Merci.

Suggest To A Friend
  Print