Le succès de l'Assemblée mondiale de la santé est le triomphe de la justice et de la solidarité
2020/05/22

Le 19 mai, la 73e Assemblée mondiale de la santé (AMS) s’est clôturée avec succès. Adoptant la résolution Riposte à la COVID-19, proposée conjointement par plus de 140 membres de l’OMS, dont la Chine et l’Union européenne, l’Assemblée a lancé un appel à la communauté internationale pour se serrer les coudes, renforcer la coopération et combattre ensemble la COVID-19 sous la coordination de l’OMS. Les dirigeants de plusieurs pays dont la Chine, la France, l’Allemagne, la Suisse, la République de Corée et l’Afrique du Sud se sont exprimés lors de la cérémonie d’ouverture et ont adressé un message commun de solidarité face à cette crise sanitaire planétaire jamais vue depuis la Seconde Guerre mondiale.

Les résultats encourageants de la 73e AMS ont chassé complètement l’ambiance malsaine qui planait autour d’elle, créée intentionnellement par certaines personnes aux desseins inavouables. En effet, alors que la pandémie continuait de sévir dans le monde, certains politiciens américains mus par des arrière-pensées de politique intérieure, au mépris du fait que la Chine est aussi victime du virus, de sa contribution et de ses sacrifices immenses dans le combat mondial contre le fléau, ont mené toute une propagande de diabolisation et de stigmatisation contre elle. Ils cherchaient à faire croire que la Chine était responsable de la pandémie, demandaient à l’AMS une « enquête indépendante » contre la Chine, et s’alliaient avec les sécessionnistes de Taiwan pour réclamer à cor et à cri l’adhésion de Taiwan à l’OMS, organisation réservée aux seuls États souverains. Ils n’ont pas hésité à prendre en otage l’AMS pour s’en prendre à la Chine.

Certains médias occidentaux, en parfaite complicité avec eux, se sont fait volontiers l'écho de leurs allégations pour répandre des rumeurs et répéter des mensonges, créant un impressionnant tapage diffamatoire contre la Chine. Un grand quotidien français ne s’est-il pas empressé d’acclamer l’« échec de Pékin », à peine que l’AMS s’est inaugurée ?

Malheureusement, l’issue de l’AMS les a déçus. Aucun de leurs objectifs n’a réussi, ni une « enquête indépendante » contre la Chine, ni l’« adhésion de Taiwan à l’OMS ». Comme disent un adage chinois, « l’or véritable ne craint pas le feu, et la justice se trouve dans le cœur de chacun ». Les résultats de l’AMS attestent le pour et le contre de l’opinion internationale et incarnent un triomphe de la justice internationale et celui de la solidarité mondiale.

Fort des expériences de la Chine dans la lutte contre la COVID-19 et par souci de l’intérêt commun de la communauté internationale, le président chinois Xi Jinping a annoncé à l’ouverture de l’AMS cinq initiatives majeures pour soutenir les efforts planétaires contre la pandémie : une aide de deux milliards de dollars américains en deux ans en soutien aux pays touchés, notamment aux pays en développement, dans leur lutte contre la Covid-19 ; la création en Chine, en collaboration avec les Nations Unies, d’un dépôt et hub de réponse humanitaire globale pour assurer l'approvisionnement en matériel destiné à la lutte contre les épidémies ; la mise en place d’un mécanisme de coopération entre des hôpitaux chinois et 30 hôpitaux africains, l’accélération de la construction du siège du CDC africain ; l’engagement à faire du vaccin contre la COVID-19 un bien public mondial quand il sera disponible en Chine ; et l’engagement à concrétiser la suspension du service de la dette pour les pays les plus pauvres.

Ces initiatives ont répondu aux vives attentes de la communauté internationale, surtout celles des pays en développement, et traduit la détermination et la sincérité de la Chine dans les efforts de construction d’une communauté de santé pour l’humanité. Ainsi, la solidarité et l’action ont constitué la meilleure riposte aux mensonges.

Au moment même que les membres de l’OMS se penchaient sur la réponse collective à la pandémie, le président américain Donald Trump a lancé un ultimatum à cette organisation, institution leader dans la lutte mondiale contre la COVID-19. Il menace de transformer la suspension temporaire du financement envers l’OMS en une mesure permanente et de s’en retirer définitivement, s’il n’y a pas de la part de l’OMS des « améliorations notables » dans un délai de 30 jours au gré des États-Unis.

Avec la clôture de l’AMS, il est temps que le flot de diffamation que certains médias occidentaux se sont affairés à lancer contre la Chine reflue. Mettons de côté les divergences pour faire preuve de solidarité et combattre ensemble la COVID-19, ennemi commun de l’humanité.

Suggest To A Friend
  Print