L'Ambassadeur LU Shaye tient une conférence de presse à l'approche de la Fête nationale de Chine
2020/09/22

Le 22 septembre 2020, l’Ambassadeur de Chine en France LU Shaye a tenu une conférence de presse à l’Ambassade. Une vingtaine de médias français et chinois y ont participé, dont AFP, Le Monde, Le Parisien, BFMTV, Radio France, RTL, Le Monde diplomatique, La Revue, La Nouvelle Solidarité, Mediapart, ainsi que Le Quotidien du Peuple, Agence Xinhua, CCTV, CRI, China News Service, CGTN, Phoenix TV, Nouvelles d’Europe et Mandarin TV. Les comptes Facebook et Twitter de l’Ambassade de Chine en France ont retransmis en direct la conférence de presse.

Voici l’intégralité de l’allocution d’introduction de l’Ambassadeur LU Shaye :

Mesdames et Messieurs,

Chers amis journalistes,

Bonjour à vous toutes et tous ! Bienvenue à la conférence de presse d’aujourd’hui. En raison de l’épidémie de la COVID-19, cette année, l’ambassade de Chine n’organisera pas de réception à l’occasion de la Fête nationale chinoise. Nous souhaitons échanger avec vous en organisant cette conférence de presse.

Cette année marque le 71e anniversaire de la fondation de la République populaire de Chine. C’est aussi une année hors du commun dans l’histoire du développement de la Chine. Sous la direction du Parti communiste chinois, nous avons su réagir judicieusement aux impacts de la COVID-19 et bien coordonner les efforts de prévention et de contrôle de l’épidémie et le développement social et économique. Nous avons mené à bien les actions dans tous les domaines et accompli des réalisations remarquables.

L’éradication de la pauvreté absolue en Chine et l’édification intégrale d’une société de moyenne aisance constituent la tâche la plus importante de la Chine de cette année. Il s’agit aussi d’un engagement solennel du Parti communiste chinois envers l’Histoire et le peuple chinois. Le nombre d’habitants vivant sous le seuil de la pauvreté en Chine est passé de 98,99 millions à la fin de l’année 2012 à 5,51 millions à la fin de l’année dernière, soit en moyenne 13 millions de moins chaque année. La réduction de la pauvreté en Chine a contribué à plus de 70% à la réduction de la pauvreté dans le monde. Ces dernières années, la Chine a permis à plus de 16 millions d’habitants démunis d’avoir un accès sûr à l’eau potable, rénové des maisons délabrées pour plus de 7 millions de foyers ruraux, et relogé près de 10 millions d’habitants démunis pour les aider à sortir de la pauvreté. Nous sommes engagés dans la bataille décisive contre la pauvreté et nous parachèverons l’édification intégrale d’une société de moyenne aisance d’ici la fin de cette année. Cela signifie que la Chine se débarrassera complètement de la pauvreté absolue pour la première fois dans son histoire et atteindra l’objectif de réduction de la pauvreté du Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies avec 10 ans d’avance. Il s’agira d’un jalon dans l’histoire du développement de la nation chinoise et d’un exploit dans les annales du développement de l’humanité.

L’économie chinoise a affiché une forte dynamique de reprise malgré l’épidémie, ce qui montre sa résilience et son potentiel. Au deuxième trimestre, la Chine a vu son économie progresser de 3,2% et est devenue le premier pays à renouer avec la croissance. Les institutions internationales faisant autorité, telles que les agences de notation Moody’s et Fitch, ont revu à la hausse leurs prévisions de croissance économique pour la Chine en 2020. Les exportations chinoises en août ont augmenté de 11,6% en glissement annuel. Au cours des huit premiers mois de cette année, 27 000 entreprises à capitaux étrangers ont été créées en Chine, et les capitaux étrangers effectivement utilisés en Chine ont augmenté de 6,9%. Selon des sondages, 99,1% des entreprises étrangères interrogées ont déclaré qu’elles continueraient à investir et à se développer en Chine, et 89% des entreprises de l’Union européenne n’envisageraient pas de relocaliser leurs chaînes industrielles hors de Chine. Schneider Electric a implanté ses deux centres de conception mondiaux à la ville de Xi’an et investi nouvellement dans la construction d’un parc pilote de fabrication intelligente Chine-France à Beijing. Les ventes du groupe L’Oréal en Chine ont réalisé une hausse de 30% au deuxième trimestre 2020. Les faits prouvent que la Chine dans l’après-COVID-19 reste l’une des destinations préférées des investisseurs internationaux.

La Chine a poursuivi ses efforts pour créer de nouveaux moteurs de développement en s’appuyant sur l’innovation. Elle s’est classée au premier rang mondial pendant de nombreuses années consécutives en termes de nombre de personnels de R&D et de demandes de brevet d’invention, et s’est hissée à la 14e place dans le classement de l’Indice mondial de l’innovation 2020, devenant la seule économie à revenu intermédiaire à entrer dans le top 30 du classement. La Chine a effectué le plus grand nombre de lancements spatiaux au monde pendant deux années d’affilée. Avec le lancement réussi de sa première mission d’exploration martienne, la sonde « Tianwen-1 », la Chine a entamé son voyage de découverte de Mars. Le dernier satellite du système de navigation Beidou a été lancé avec succès. La Chine est désormais l’un des quatre principaux fournisseurs du système mondial de navigation par satellite. La Chine a construit le plus grand réseau haut débit mobile au monde et devrait déployer environ 500 000 stations de base 5G d’ici la fin de cette année. La ville de Shenzhen abrite déjà plus de 46 000 stations de base 5G et est devenu la première ville 5G du monde. La longueur opérationnelle des chemins de fer chinois atteindra 146 000 kilomètres d’ici la fin de cette année, dont 39 000 kilomètres de ligne à grande vitesse, ce qui maintiendra la Chine dans sa position de tête du peloton dans ce domaine.

Cette année marque le 40e anniversaire de la création de la zone économique spéciale de Shenzhen et le 30e anniversaire de la mise en valeur et de l’ouverture de Pudong à Shanghai. La Chine considère toujours l’ouverture sur l’extérieur comme une politique fondamentale. Le niveau de tarifs douaniers de la Chine est inférieur à celui de la majorité des pays du monde. Face au regain du protectionnisme, la Chine s’ouvrira encore plus grand, raccourcira davantage la liste négative d’accès au marché et assouplira encore plus les conditions d’accès au marché chinois. La Loi sur l’investissement étranger est officiellement entrée en vigueur et l’environnement des affaires en Chine s’est davantage amélioré. Nous ferons de l’île de Hainan un port de libre-échange de haut niveau ayant un rayonnement international d’ici le milieu du 21e siècle. Nous avons avancé l’idée de créer une nouvelle architecture de double circulation caractérisée par la priorité accordée au circuit économique interne et son interaction avec le circuit international. Nous élargirons l’ouverture sur l’extérieur, ce qui contribuera à entraîner la reprise de l’économie mondiale dans l’après-COVID-19. En août dernier, le nombre de convois de trains de fret entre la Chine et l’Europe a augmenté de 62%, un niveau record. Le Salon international du commerce des services de Chine, qui s’est clôturé il y a peu, a attiré la participation de 22 000 entreprises et institutions de 148 pays et régions, dont 199 du top 500 du magazine Fortune. La troisième édition de l’Exposition internationale d’Importation de Chine se tiendra en novembre prochain et nous invitons chaleureusement les entreprises françaises à y participer.

Chers amis,

La COVID-19 est la plus grave pandémie que notre planète a connue depuis un siècle. Face à cette épidémie survenue avec une grande soudaineté, la Chine a donné la première priorité au secours des vies, jusqu’à prendre la décision déterminée de suspendre complètement les activités économiques pour lutter en toute énergie contre la COVID-19. Au bout de plus d’un mois, nous avons réussi à freiner la propagation de l’épidémie ; après deux mois d’efforts, nous avons ramené le nombre de nouveaux cas locaux par jour à moins de dix ; après trois mois d’efforts, nous avons gagné la bataille décisive contre l’épidémie dans le Hubei et notamment à Wuhan ; ainsi nous avons remporté une victoire majeure dans la lutte nationale contre l’épidémie. Lors d’une récente cérémonie pour honorer les héros de la lutte chinoise contre l’épidémie de COVID-19, le Président Xi Jinping a résumé le grand esprit qui s’est forgé dans cette lutte en cinq mots-clé : la primauté à la vie, la solidarité nationale, l’abnégation héroïque, le respect de la science et le sens de la communauté de destin. C’est une illustration vivante de l’esprit chinois, de la force chinoise et du sens de la responsabilité de la Chine.

L’épidémie nous rappelle une fois de plus que l’humanité vit dans une communauté de destin. Après l’éclatement de l’épidémie, nous avons communiqué aussi vite que possible à l’OMS les informations épidémiques, partagé sans tarder les données sur la séquence génomique du virus et publié rapidement les protocoles de diagnostic et de prise en charge des patients ainsi que ceux de prévention et de contrôle épidémiques. Nous avons lancé la plus grande opération humanitaire d’urgence mondiale depuis la fondation de la Chine nouvelle, accordant 50 millions de dollars d’aide à l’OMS, envoyant 34 équipes d’experts médicaux dans 32 pays et fournissant 283 lots de fournitures antiépidémiques à 150 pays et 4 organisations internationales. Nous avons également surmonté nos propres difficultés pour exporter 151,5 milliards de masques, 1,4 milliard de combinaisons de protection, 230 millions de lunettes de protection et 470 millions de kits de test vers les pays et régions qui en ont besoin, ce qui a constitué un soutien fort à la lutte mondiale contre la COVID-19.

Aujourd’hui, la pandémie n’est pas encore complètement maîtrisée dans le monde. Nous devons nous tenir prêts à lutter contre le virus pendant longtemps. Les vaccins sont une arme importante pour vaincre l’épidémie. Neuf vaccins développés par la Chine sont entrés dans la phase d’essais cliniques, et quatre d’entre eux ont été autorisés à entrer en phase III des essais cliniques à l’étranger. La Chine fera de ses vaccins un bien public mondial, lorsqu’ils seront finalement mis au point, et apportera ainsi sa part de contribution à l’assurance de l’accessibilité et de l’abordabilité des vaccins.

Chers amis,

Notre monde, qui traverse des changements majeurs inédits depuis un siècle et subit les ravages d’une pandémie, est confronté à une série de nouvelles menaces et de nouveaux défis. Une certaine grande puissance va de plus en plus loin sur la voie de l’unilatéralisme, se retirant délibérément de traités et d’organisations internationales, portant des coups durs à l’ordre international centré sur les Nations Unies. Certaines forces politiques extrêmes s’obstinent dans la « mentalité de la guerre froide », ressuscite le « maccarthysme », sèment la discorde, et tentent de traîner le monde dans l’abîme de la division et de la confrontation. Certains pays cherchent à soulever un vent contre la mondialisation, érigeant des barrières protectionnistes et un « rideau de fer numérique » et prônant le « découplage forcé », ce qui affecte gravement la stabilité des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales. Face à ces défis, le multilatéralisme est la seule option. Cette année marque le 75e anniversaire de la fondation de l’Organisation des Nations Unies. La Chine entend saisir cette occasion pour défendre et faire valoir le multilatéralisme, travailler avec le reste du monde pour promouvoir la gouvernance mondiale dans l’après-COVID-19 et construire conjointement une communauté de destin pour l’humanité.

Chers amis,

Cette année marque le 45e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et l’UE. Dans un contexte international tumultueux, la Chine et l’Europe ont besoin l’une de l’autre. Selon les statistiques d’Eurostat, au cours des sept premiers mois de 2020, la Chine remplaçant les Etats-Unis est devenue le premier partenaire commercial de l’Union européenne. Certes, nous avons des systèmes sociétaux et des voies de développement différents, mais cela n’a jamais été un obstacle à notre coopération. Malgré l’impact de la COVID-19, la Chine et l’UE ont maintenu une communication et une coordination étroites cette année. Le Président Xi Jinping et les dirigeants européens se sont entretenus au téléphone et par correspondance à plusieurs reprises pour avoir des échanges de vues sur la situation internationale et les relations sino-européennes. La semaine dernière, les dirigeants de la Chine, de l’Allemagne et de l’UE ont tenu une visioconférence, qui a tracé la voie à suivre pour les relations sino-européennes et défini les domaines clés de coopération. Les deux parties ont officiellement signé l’Accord Chine-UE sur les indications géographiques et sont convenues d’accélérer les négociations sur l’accord d’investissement Chine-UE en vue de les conclure d’ici la fin de cette année, et de bâtir ensemble un partenariat sino-européen vert et un partenariat sino-européen numérique. Bien que des médias européens ont émis des voix dissonantes sur les relations sino-européennes, les consensus dégagés et les résultats obtenus lors de la visioconférence ont montré la vision stratégique, la largeur d’esprit et la détermination stratégique des dirigeants chinois et européens, qui prennent de la hauteur pour voir loin, travaillent à la recherche des terrains d’entente par-delà les divergences et ne se laissent pas voiler le regard par les brumes. Tant que la Chine et l’UE adhèrent aux principes de la coexistence pacifique, de l’ouverture, de la coopération, du multilatéralisme, du dialogue et de la consultation, les relations sino-européennes seront certainement portées à un niveau plus élevé dans les 45 prochaines années.

Les relations sino-françaises figurent aujourd’hui parmi les relations les plus stables entre grands pays dans le monde. Nos deux pays ont affiché une coordination stratégique de haut niveau dans la lutte commune contre l’épidémie. Dans l’après-COVID-19, les échanges humains entre la Chine et la France redémarrent rapidement : près de 1 000 Français issus de différents horizons sont arrivés en Chine par le biais de la « voie rapide », et chaque semaine, six vols directs relient nos deux pays. Dans une perspective d’avenir, la Chine et la France devront se concentrer sur trois domaines prioritaires de coopération, à savoir le renforcement de la coopération antiépidémique, la promotion de la coopération économique et commerciale et enfin la préservation du multilatéralisme. Nous devons accélérer la coopération sur les projets structurants dans les domaines du nucléaire civil, de l’aéronautique et de l’aérospatiale, travailler activement à la création de nouveaux pôles de croissance dans la coopération en matière de villes intelligentes, de véhicules électriques, d’agroalimentaire bio et dans d’autres domaines, mettre en œuvre l’Appel de Beijing sur la conservation de la biodiversité et le changement climatique, et assurer le succès de la COP15 sur la diversité biologique à Kunming et du Congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) à Marseille, afin de donner un exemple d’interactions actives, de coopération gagnant-gagnant, d’amitié et de bonne entente entre deux grands pays qui travaillent ensemble à un avenir partagé, au bénéfice du monde entier.

Merci de votre attention. Maintenant, je suis prêt à répondre à vos questions.

Suggest To A Friend
  Print