Les vérités et les pseudo-vérités sur les vaccins chinois
2021/07/23

Le Monde du 19 juillet 2021 a publié un article dénigrant les vaccins COVID chinois écrit par un de ses correspondants en Chine, intitulé Le vaccin chinois Sinovac produit dix fois moins d’anticorps que le Pfizer. Ce n’est pas la première fois que Le Monde met en cause les vaccins chinois. Le 13 avril 2021, un autre correspondant en Chine de ce journal a fait un reportage intitulé Covid-19 : la diplomatie du vaccin de la Chine prise à revers, dans lequel il déforme les propos d’un épidémiologiste chinois et conteste sans aucun fondement l’efficacité des vaccins chinois. A vrai dire, en tant que lecteur du Monde, l’Ambassade de Chine en France est trop habituée à ce style de couverture médiatique systématiquement dénigrant et stigmatisant quand il s’agit de la Chine. Nous aurions bien voulu nous en moquer. Mais ce récent article nous a vraiment impressionné, par le jeu des insinuations qu’il joue à la perfection, au moyen de citations tronquées et sorties de leur contexte, de la présentation sélective des faits et de sa « façon honnête » de mentir. Il est tellement spectaculaire que nous serions gênés de ne pas écrire quelque chose pour l’apprécier de plus près.

Citant une étude de l’Université de Hong Kong, l’article prétend que « le vaccin Coronavac, développé par le laboratoire chinois Sinovac, entraîne la production de dix fois moins d’anticorps que le vaccin développé par BioNTech et produit par Pfizer », suggérant que les vaccins chinois sont beaucoup moins efficaces que les vaccins occidentaux. En réalité, suivant l’analyse de cette étude, nul ne peut tirer la conclusion que les vaccins chinois sont moins bons que les vaccins occidentaux. En effet, cette étude souligne que « la quantité d’anticorps ne suffit pas à évaluer le niveau d’immunité conféré par un vaccin » et fait remarquer que « les patients ayant reçu le Coronavac présentent des niveaux d’anticorps similaires aux patients qui ont contracté le Covid-19 et sont guéris ». Cela ne prouve-t-il pas justement l’efficacité des vaccins chinois ?

L’article fait savoir que « le Chili a recommandé d’administrer une troisième dose de Sinovac pour renforcer la protection face au variant Delta, après avoir mené ses propres études montrant une forte baisse de l’immunité six mois après la dernière injection », tentant par là de donner l’impression que les vaccins chinois ne procurent qu’une protection de courte durée. Pourtant, l’article choisit délibérément de ne pas parler du fait que tous les vaccins, y compris ceux contre la COVID-19, ont des durées de protection et que l’injection d’une troisième dose (un booster) est d’ores et déjà une convergence de vue du milieu scientifique mondial. Les autorités françaises n’ont-ils pas annoncé la mise en place d’une campagne de rappels de vaccination dès septembre prochain pour les personnes vaccinées en janvier et février ? Le fait que le Chili recommande de continuer d’utiliser le vaccin de Sinovac pour la troisième dose ne montre-t-il pas justement la confiance du pays en les vaccins chinois ?

L’article prétend que « de plus en plus de pays doutaient de l’efficacité des vaccins chinois inactivés ». Or, il ne dit pas aux lecteurs que jusqu’à aujourd’hui, la Chine a déjà fourni plus de 500 millions de doses de vaccins à plus de 100 pays et organisations internationales, parmi lesquels aucun n’a exprimé sa méfiance à l’égard des vaccins chinois. L’article ne mentionne pas non plus les résultats intermédiaires de l’essai clinique de phase III du vaccin Coronavac réalisé en Turquie, publiés sur Internet par The Lancet le 8 juillet dernier. Ces résultats montrent qu’après l’injection de deux doses, le Coronavac est efficace à 83,5% pour prévenir les infections symptomatiques et à 100% pour prévenir les hospitalisations. L’article omet aussi de signaler qu’une étude récente rendue publique par le ministère israélien de la santé montre que la protection du vaccin Pfizer/BioNTech était descendue à 64% contre le variant Delta.

L’article affirme que « ces derniers mois, plusieurs pays ayant massivement vacciné leur population avec des vaccins à virus inactivés chinois ont fait face à d’importantes vagues de l’épidémie. » Il est vraiment grotesque de dénigrer les vaccins chinois avec un tel « argument ». La Chine a aussi massivement vacciné sa population avec les vaccins chinois. Pourquoi n’a-t-elle pas connu des vagues épidémiques ? Or, nombreux sont les pays vaccinés massivement avec des vaccins occidentaux qui ont connu de forts rebonds de l’épidémie. En France, où l’entrée dans la 4e vague vient d’être annoncée, les nouvelles contaminations ont dépassé 20 000 par jour. Au Royaume-Uni, où plus de 90% de la population adulte ont reçu au moins une dose, le nombre de contaminations par jour a grimpé à 50 000. Même le ministre britannique de la santé, bien que déjà vacciné avec deux doses, a été testé positif il y a quelques jours.

L’article accuse la Chine de « dénigrement officiel des vaccins à ARN messagers ». Ce n’est jamais dans la culture chinoise de rabaisser les autres pour se valoriser. Au contraire, ce qui est ahurissant, c’est que certains officiels haut placés de pays occidentaux puissent dénigrer officiellement et irresponsablement les vaccins chinois.

En lisant cet article du Monde, il est facile de découvrir la technique de tromperie utilisée par son auteur : en ne présentant aux lecteurs qu’une partie de la vérité tout en cachant l’autre partie, il découpe la réalité avec malveillance pour lui tordre le cou. Un mensonge dénué de faits est abominable. Mais ce qui l’est plus, c’est un mensonge drapé dans des lambeaux de faits.

Le vaccin est un bon outil pour vaincre l’épidémie et sauver les vies. La pratique internationale démontre que les vaccins chinois, les vaccins occidentaux et les vaccins russes sont tous efficaces pour lutter contre le virus. Face à l’épidémie, nous devrons dépenser nos énergies dans la solidarité et la coopération, au lieu de chercher toujours à relever les problèmes des autres. Quand on a l’esprit étroit, le moindre problème devient immense ; quand on a l’esprit ouvert, rien n’est vraiment un problème.

Suggest To A Friend
  Print