Intervention de Monsieur Zhao jinjun, Ambassadeur de Chine en France à la commission sur l'économie et la sécurité de l'assemblée parlementaire de l'OTAN
2006/06/05

Monsieur le Président,

Honorables Parlementaires,

 

C'est pour moi un grand plaisir de venir à la séance d'aujourd'hui procéder à un échange de vues avec vous sur le développement de la Chine. La présence pour la première fois de l'ambassadeur de Chine en France aux travaux de l'assemblée parlementaire de l'Otan revêt en elle-même une signification particulière. Il s'agit là d'une illustration de l'évolution normale des relations entre la Chine et l'Otan au bénéfice des deux parties. Je me félicite, honorables parlementaires, de l'intérêt particulier que vous portez à la Chine, à la campagne chinoise et de vous souhait de découvrir mon pays et de renforcer nos relations.

 

Comme vous le savez, la Chine traverse en ce moment une étape importante de son histoire. Depuis le lancement de la politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur par M. DENG Xiaoping en 1978, la Chine a connu des changements spectaculaires. Pendant les 27 dernières années, le PIB chinois a enregistré en moyenne une croissance annuelle de 9,6%, pour s'élever à 2 200 milliards de dollars américains en 2005. Les conditions de la vie des Chinois se sont sensiblement améliorées. Entre 1978 et 2005, la population pauvre rurale est passée de 250 millions à 23 millions. La Chine est ainsi considérée, par l'ONU et la Banque mondiale, comme l'un des pays ayant le mieux réussi dans la réduction de la pauvreté.

 

Cela étant, la Chine affronte nombre de difficultés et de défis comme de grandes inégalités entre l'Est et l'Ouest du pays, et entre les villes et les campagnes. Parmi 1,3 milliard d'habitants que compte la population chinoise, 750 millions se trouvent dans les régions rurales. Avec 9% des terres cultivables et 6,5% des ressources en eau douce du monde, la Chine nourrit plus de 20% de la population mondiale. Le gouvernement chinois est pleinement conscient qu'il est primordial de bien résoudre les problèmes liés à l'agriculture et de faire bénéficier aux paysans des acquis de la réforme et de l'ouverture pour assurer la stabilité sociale et le développement durable. C'est dans cet esprit qu'ont été lancées une série de politiques et de mesures favorables au développement des campagnes, parmi lesquelles la suppression de l'impôt agricole à partir de 2006, l'aide à la reconversion de la population agricole, qui bénéficiera, selon une prévision, à 300 millions d'âmes dans les 20 prochaines années. Le gouvernement chinois va investir davantage dans les sciences et technologies agricoles ainsi que l'informatique dans les campagnes, pour promouvoir la spécialisation de la production agricole, l'optimisation des semences et un mode de développement agricole durable, respectueux de l'environnement et économe en ressources naturelles.

 

Les fermiers chinois sont les plus travailleurs du monde. Ils souhaitent ardemment changer leur destin par un travail honnête. Une croissance soutenue et régulière pendant les 27 dernières années permet aujourd'hui à la Chine de faire soutenir la campagne par la ville et de revitaliser l'agriculture par l'industrie. Je suis profondément convaincu que mon pays atteindra ses objectifs, c'est-à-dire la modernisation de l'agriculture et de la construction des campagnes nouvelles.

 

Pour ce faire, la Chine va compter essentiellement sur sa propre force, poursuivra fermement sa voie de développement pacifique. Elle a besoin d'un environnement international en paix. La Chine entend développer avec tous les pays du monde une relation de coopération amicale fondée sur l'égalité, le bénéfice mutuel et la prospérité commune. L'histoire prouvera que le développement de la Chine profitera non seulement à son peuple, mais aussi au reste du monde en lui apportant des opportunités de développement.

 

Je vous remercie.

 

Suggest To A Friend
  Print