Recherchez dans le site Contactez-nous Bienvenue Ambassade Visas Étudiants Investisseurs Topics Touristes
Page d'accueil > La Chine et la France > Relations politiques
Sarkozy a l'ambition de placer la France "au premier rang de la coopération industrielle et intellectuelle avec la Chine"
2007-11-27
    Le président français Nicolas  Sarkozy a souhaité, dans un discours lundi devant des  ressortissants français à Beijing, que la France soit "au premier  rang de la coopération industrielle et intellectuelle avec la  Chine".  

     "La Chine est engagée dans une aventure sans précédent dans l' histoire: conduire une immense nation sur le chemin du progrès en  quelques décennies". C'est par ces mots que le président français  Nicolas Sarkozy a entamé lundi après-midi son discours devant une  communauté d'un millier de Français rassemblés au coeur du site  d'art contemporain de Dashanzi.  

     Saluant les progrès économiques de la Chine, qui a "décidément rendez-vous avec ce siècle", il a expliqué que la France avait  fait le pari de la Chine pour son "dynamisme économique" et son " foisonnement de talents". Au-delà d'un choix de raison, il a  déclaré que le choix de la Chine est "pour nous tous, Français,  une affaire de coeur, car nous y retrouvons une part de nous-mêmes ".  

     L'émergence de la Chine comme puissance peut être une "chance  pour le monde entier", a-t-il poursuivi, mais cette puissance  implique également des responsabilités accrues, en particulier sur le plan environnemental. "Nous devons travailler ensemble sur les  grands enjeux communs : l'environnement et le changement  climatique, le développement de relations économiques harmonieuses, fondées sur la réciprocité, des normes communes, des taux de  change justes, la sécurité internationale et la résolution des  crises qui menacent le monde." 

     Accompagné de plusieurs ministres, Jean-Louis Borloo, ministre de l'Ecologie, Christine Lagarde, ministre de l'Economie, Hervé  Novelli, secrétaire d'Etat aux entreprises et au commerce  extérieur, Rachida Dati, ministre de la Justice et Bernard Laporte, secrétaire d'Etat aux Sports, Nicolas Sarkozy a souligné que cette délégation reflétait ses priorités: construire un dialogue  bilatéral sur l'environnement, développer les relations  économiques avec la Chine, faire progresser la Chine vers l'Etat  de droit, et aider à préparer les Jeux olympiques.  

     S'adressant à la communauté française de Beijing, dont il a  salué le "dynamisme", le président français a également affirmé " tirer une immense fierté de la présence française à Beijing",  qualifiant les résidents français de "pionniers, passionnés de la  Chine". "Si la France est un grand pays, c'est parce que des gens  vont voir ailleurs ce qui se passe ", a-t-il ajouté.   

Suggest To A Friend
  Print