Recherchez dans le site Contactez-nous Bienvenue Ambassade Visas Étudiants Investisseurs Topics Touristes
Page d'accueil > La Chine et la France > Relations politiques
La Chine et la France ont un grand potentiel de coopération dans les domaines économique et commercial (21-07-2003)
2004-05-09
La Chine et la France bénéficient d'un grand potentiel de coopération en matières économique et commerciale mais encore trop peu exploité tant de la part du gouvernement chinois que des compagnies françaises, a dit l'attaché commercial Christian Benoit, vice-directeur de la Mission économique de l'Ambassade de France en Chine, lors de son interview téléphonique accordée le 19 juillet à l'Agence de presse Xinhua.

La Chine est un important partenaire commercial de la France, pourtant le volume du commerce bilatéral n'est pas en rapport avec les économies nationales des deux pays, a indiqué M. Benoit.

Selon un dernier bilan rendu par le ministère chinois du Commerce, la France est le 5ème plus grand partenaire commercial de la Chine au sein des pays de l'Union européenne (UE). En 2002, le chiffre d'affaires provenant du commerce des deux pays s'est situé à 8,33 milliards de dollars américains, créant un record historique. Entre janvier et mai derniers, le volume du commerce bilatéral a été de 4,63 milliards de dollars, en hausse de 46,2% par rapport à la même période de l'an dernier.

Face à un tel résultat pourtant encourageant, M. Benoit ne se montre pas satisfait, disant que la part que la France représente sur le marché chinois n'est pas encore suffisante et que les investissements devraient encore s'accentuer en comparaison avec les autres pays occidentaux. "Nous pouvons faire mieux avec la Chine," a-t-il ajouté.

La plupart des sociétés françaises, ayant une tendance habituelle à s'installer sur un marché déjà développé pour éviter de supporter trop de risques, ne sont pas bien équipées pour aborder un nouveau marché émergent comme la Chine, et elles ont raté certaines occasions, a indiqué l'officiel français, soulignant que nombre d'entreprises qui possèdent une forte compétitivité en France, n'occupent pas la place qu'elles devraient en Chine.

Pourtant, selon l'attaché commercial, les sociétés françaises commencent à tourner leurs regards vers la Chine et le développement régulier des relations diplomatiques et politiques entre les deux gouvernements servent de force d'impulsion au bénéfice de la multiplication des échanges des deux côtés.

Preuve en est que le Premier ministre Raffarin a effectué sa visite en Chine fin avril dernier malgré le SRAS qui frappait le pays de plein fouet, tandis que les visites de haut niveau des Etats-Unis et de certains autres pays européens prévues à cette période en Chine ont été retardées ou annulées, a affirmé M. Benoit.

Le gouvernement français voulait témoigner, par cette opération, de son soutien solide à la lutte des Chinois contre le SRAS, et montrer également que le commerce mutuel était basé sur une amitié authentique, a-t-il souligné.

Une délégation française, formée de 40 entrepreneurs, qui sera conduite par le ministre du Commerce extérieur François Loos, participera à la 5ème Conférence des ministres de l'économie Asie-europe, prévue la semaine prochaine à Dalian, une ville portuaire dans le nord-est de la Chine, a révélé le diplomate.

Les sociétés françaises de hautes technologies, s'apprêtent à coopérer avec la Chine dans le domaine des communications, de l'aviation spatiale, de l'énergie, de l'environnement, de l'agriculture et de la transformation alimentaire, a ajouté M. Benoit.

L'attaché s'est dit content de voir les Chinois conduire des Citroën et téléphoner avec des Alcatel, faire leurs courses chez Carrefour et acheter des produits l'Oréal.



*****Livraison du premier Airbus A319 à Air China

Le mercredi 16 juillet, à 09h30, un Airbus A319, orné du motif du phénix, a atterri à l'aéroport international de Xiaoshan à Hangzhou, province du Zhejiang. C'est le premier avion du genre que Air China a accueilli et aussi le 2 000e avion de la série A320 fabriqué par la compagnie Airbus.

Confié à la filiale Air China du Zhejiang, l'avion A319 sera basé à Hangzhou et Wenzhou et volera sur les lignes surchargées : il assurera des lignes avec Xiamen, Fuzhou et Guangzhou au sud, Changsha, Chengdu et Chongqing à l'ouest et Beijing, Dalian et Qingdao au nord.

Muni de moteurs V2500 d'IAE et à corridor unique, l'avion A319 a 8 sièges classe affaires et 120 sièges classe touriste.

''A319 est le court et moyen courrier idéal pour les régions développées de l'Est de la Chine. Les sièges, le corridor et les cales de bagages sont spacieux et plus confortables. En outre, la compatibilité avec d'autres Airbus permet de diminuer le coût de formation et d'entretien'', a révélé M. Sun Yude, vice-directeur d'Air China.

Selon M. Sun, depuis l'importation du premier Airbus en 1985, le nombre d'Airbus en service a augmenté constamment en Chine. En fait, Air China a commandé encore 7 A319 dotés de moteurs V2500 : 2 livraisons sont prévues pour les mois d'août et de septembre, 3 pour 2004 et 2 pour 2005.
Suggest To A Friend
  Print