Recherchez dans le site Contactez-nous Bienvenue Ambassade Visas Étudiants Investisseurs Topics Touristes
Page d'accueil > La Chine et la France > Relations politiques
L'enseignement de confection à la française a été introduit pour la première fois en Chine (17-09-2003)
2004-05-09
Le 15 septembre, avec l'inauguration de l'Institut de l'art de mode de Paris qui lui est attaché, l'Université de Shanghai est devenue le premier établissement d'enseignement supérieur sur la partie continentale chinoise à introduire de manière générale le mode d'enseignement français sur la confection.

Sur la liste des spécialités établies de cet institut, une nouveauté saute aux yeux : la section "clichage de mode". De source officielle, on a appris que l'introduction de cette spécialité de confection dans l'Université de Shanghai a comblé une lacune dans l'enseignement chinois en matière de mode.

Pour bon nombre de personnes, le terme de clicheur de mode est synonyme de tailleur. Or en réalité, le clichage joue un rôle décisif dans le processus de la confection, le clicheur de mode ayant pour tâche principale de transformer les conceptions du styliste en modèles opérationnels. Dans les grandes sociétés de vêtement occidentales, les clicheurs de mode et les stylistes sont sur un pied d'égalité sur le plan professionnel. Parmi l'ensemble des entreprises chinoises de prêt-à-porter, 70% sont dépourvues de clicheurs de mode professionnels et rien que chez les 50 000 entreprises chinoises de vêtement qui présentent une certaine ampleur, on demande tous les ans quelque 10 000 clicheurs de mode, au bas mot.

On note par ailleurs que parmi les clicheurs de mode chinois actuellement en exercice, - de 10% ont suivi un enseignement supérieur et - de 6%, une formation professionnelle. Ces derniers ont, dans leur majorité, été des ouvriers tailleurs à l'origine et ne sont devenus clicheurs de mode que grâce au modèle de formation primitif qu'est l'apprentissage auprès d'un maître. Il n'est donc pas étonnant que le niveau professionnel de la plupart d'entre eux reste encore au stade de l'imitation, et qu'ils parviennent rarement à créer de vrais chefs-d'oeuvre de mode.

On a appris en outre que pour former des clicheurs de mode locaux qui soient à la fois compétents sur le plan professionnel et parfaitement renseignés sur les courants de la mode à l'étranger, des professeurs de l'Institut de mode français ont été spécialement invités à l'Institut de l'art de mode de Paris attaché à l'Université de Shanghai. Ceux-ci sont chargés d'apprendre de manière systématique aux étudiants chinois, en se basant sur l'art de la coupe à trois dimensions et celui de l'habillement, les connaissances générales et les techniques pratiques sur le clichage de mode. D'après un responsable de cet institut, grâce à la mise en place de cette nouvelle spécialité, son établissement a reçu de nombreuses inscriptions et certaines entreprises nationales de vêtement de renom ont déjà fait connaître leur intention d'engager des diplômés de la 1ère promotion de la section de clichage de mode.
Suggest To A Friend
  Print