Recherchez dans le site Contactez-nous Bienvenue Ambassade Visas Étudiants Investisseurs Topics Touristes
Page d'accueil > La Chine et la France > Relations politiques
Nouveau jalon dans les annales des ├ęchanges culturels sino-français (10-2003)
2004-05-09
« Le Renmin Ribao » (Quotidien du Peuple) a publié lundi 6 octobre un article de son commentateur à l'occasion de l'Inauguration officielle en France de l'Année de la culture chinoise en France. Ce commentaire s'intitule : « Un nouveau jalon dans les annales des échanges culturels sino-français ». En voici le texte intégral :

Aujourd'hui 6 octobre, inaugure officiellement à Paris l' « Année de la Chine en France » après deux ans de préparatifs dans le cadre des « Années Croisées Chine-France » (octobre 2003-- juillet 2005) qui ont été décidées grâce aux initiatives des dirigeants de nos deux pays. Il s'agit d'un grand évènement sans précédent dans les annales des échanges culturels sino-français, aussi de la plus grandiose manifestation culturelle à l'étranger que la Chine nouvelle a organisée depuis sa naissance en 1949. .

C'est par ce tournant que deux grandes nations culturelles représentatives en Orient et en Occident se rencontrent à présent en France. A travers diverses manifestations dont expositions et représentations, la Chine veut montrer sa culture plusieurs fois millénaires, riche et pleine de vitalité et de créations. Avec trois thématiques importants : « La Chine éternelle », « La Chine des traditions et de la diversité » et « La Chine des créations et de la modernité », nous voulons présenter au public français le charme passionnant de la Chine traditionnelle et le dynamisme exubérant de la Chine moderne.

Jadis, pour les pays en Occident, la culture chinoise fascina fort bien la France. Dès le 16 siècle, de nombreux écrivains français avaient porté un vif intérêt sur la Chine. Comme selon Rabelais, le fabuleux vase de la sagesse se trouvait en Chine ; de son côté, Montaigne considéra la Chine comme modèle pour l'Europe. Au 18è siècle, les penseurs français de Lumière avaient soulevé la « sinomanie » pendant plus de 50 ans pour que le vent chinois eût soufflé sur l'Europe entière. Voltaire, grand sage des Lumières, Diderot, encyclopédiste et leurs contemporains exaltèrent chaleureusement la civilisation chinoise. « L'Orphelin chinois » adapté par Voltaire d'après une pièce de l'opéra sous la dynastie des Yuans : « l'Orphelin de la famille Zhao » fit sensation sur la scène à Paris. Puis, écrivains et penseurs de générations suivantes exprimèrent leur haute admiration et estime à la culture chinoise et à son peuple. On se souvient notamment de Victor Hugo qui condamna avec véhémence les crimes de destruction contre la culture chinoise lorsque les agresseurs anglo-français avaient pillé et incendié le Palais Yuanmingyuan, joyau des Arts chinois. Et à notre époque, Alain Peyrefitte a écrit « Quant la Chine s'éveillera... », prévoyant le rebondissement du lion chinois. ¡¡

Après l'avènement de la Chine nouvelle, surtout depuis la Réforme et l'Ouverture, de grands changements se sont intervenus dans notre pays, tandis que le monde extérieur manifeste un désir de plus en plus vif pour la mieux connaître. A l'échelle planétaire, la sinophilie s'élargit avec zèle. En France où prévaut la réflexion humaine, un grand nombre d'intellectuels ont consacré leurs recherches sur l'origine du redressement de la Chine d'aujourd'hui, et écrit de nombreux ouvrages sur la Chine, donnant une impulsion à la ''sinomanie'' et « la passion pour la culture chinoise". C'est dans ce contexte que la Chine et la France ont décidé d'organiser les Années croisées qui embrasent trois ans, c-à-d de 2003 à 2005, où doivent se rencontrer les deux cultures brillantes respectivement dans l'une et l'autre partie. Ces manifestations considérables poseront un nouveau jalon dans le registre des échanges culturels entre nos deux pays.

Si la Chine a choisi la France pour tenir l'Année de sa culture, première du genre à l'étranger, parce que nos deux pays préconisent la sauvegarde de l'identité de la culture nationale et la protection du développement du pluralisme de la culture mondiale ainsi que la promotion de la diversité de celle-ci... La Culture est l'âme d'une nation. Entre les cultures, il faut avoir cohérence et différence. A juger la culture mondiale au présent, nous proposons en particulier de traiter les autres cultures sur un pied d'égalité ; c'est sur la base de l'égalité que s'effectuent échanges et références entre elles. Nous devons tirer profit des points forts des autres sur le plan culturel, telle une ''mer qui accueille en son sein une centaine de fleuves qui se jettent sur elle''. « Chacun doit faire rayonner ce qui lui est meilleur en même temps ce qui est meilleur des autres », voilà une attitude appropriée que nous encourageons ardemment. C'est à cette allure que la culture chinoise va en France.

La communication entre diverses cultures contribue à dissiper l'incompréhension et le préjugé entre les nations, à favoriser le renforcement des relations politiques et économiques entre les différents pays pour stimuler les progrès de la paix. Au 21è siècle, la place et le rôle de la culture dans les rapports internationaux sont de plus en plus marqués ; les échanges et la coopération sur le plan culturel deviennent plus ardents et importants. Et les échanges culturels s'effectuent à la manière facilement acceptée par les masses populaires, et contribuent à promouvoir la compréhension mutuelle et à approfondir la connaissance en vue de resserrer les liens entre tous les pays. La culture, comme la politique et l'économie constituent trois grands piliers de la diplomatie chinoise, elle est une composante de l'ensemble de notre stratégie diplomatique.

L'organisation de l'Année de la Chine prouve ceci: la prospérité de notre patrie, l'accroissement de la puissance générale du pays et les progrès fulgurants de notre cause culturelle nous permettent de tenir les manifestations culturelles de telle envergure à l'étranger et d'entreprendre les échanges culturels avec une initiative plus active. La culture chinoise splendide et magnifique sera mieux connue et comprise par les peuples du monde. Elle embaume du parfum particulier et durable par les fleurs de la culture mondiale.

Dans l'attente, nous sommes persuadés que l'Année de la culture chinoise permettra au public français, voire européen d'admirer une Chine ayant une longue histoire qui resplendit de jeunesse et de vitalité. Que ces activités culturelles prévues presque pour un an portent à un nouveau palier les relations du partenariat tous azimuts entre la Chine et la France.

---Le Quotidien du Peuple en ligne, le 6 octobre 2003-----
Suggest To A Friend
  Print