Page d'accueil > La Chine au présent
Interview du chef du gouvernement du Xinjiang sur la lutte anti-terrorisme, l'éducation et la formation professionnelles au Xinjiang
(2018-10-19)

BEIJING, 17 octobre (Xinhua) -- Des journalistes de l'Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle) ont récemment interviewé Shohrat Zakir, président de la région autonome ouïgoure du Xinjiang, sur la lutte contre le terrorisme ainsi que le programme d'éducation et de formation professionnelles dans la région. Voici la transcription intégrale de l'interview.

Question : Pourriez-vous nous présenter la situation actuelle au Xinjiang, étant donné que sous l'influence du terrorisme international et de l'extrémisme régional, le nombre d'attaques terroristes violentes a connu une hausse dans certaines parties de la région sur une période donnée ?

Réponse : Depuis les années 1990, les "trois forces du mal" (terrorisme, extrémisme et séparatisme) en Chine et à l'étranger ont fomenté, organisé et perpétré des milliers d'attaques terroristes violentes, telles que des attentats à la bombe, des assassinats, des empoisonnements, des incendies criminels, des assauts, des agitations et des émeutes, tuant de nombreux innocents et des centaines de policiers et engendrant des dégâts matériels incommensurables. Les crimes horribles des terroristes ont non seulement porté gravement atteinte à l'ordre stable et pacifique et à l'atmosphère de solidarité et de progrès du Xinjiang, mais ont aussi foulé aux pieds les droits de l'homme essentiels des membres de tous les groupes ethniques de la région, dont leur droit à la vie, à la santé, à la prospérité et au développement. Les membres de tous les groupes ethniques au Xinjiang ont partagé leur fureur et leur haine face aux crimes du terrorisme. L'enfant d'un policier ouïgour mort en service m'a écrit une lettre. Avec des mots émouvants, la lettre dit : "Mon père a consacré sa vie au front contre le terrorisme. Sa personnalité intègre m'inspirera toujours. J'espère que le Parti et le gouvernement déracineront inébranlablement le terrorisme de sorte qu'aucun enfant ne grandisse sans son père".

Face aux circonstances complexes et graves ainsi qu'au désir pressant d'anti-terrorisme du peuple, le gouvernement chinois a résolument pris des mesures pour prévenir et lutter contre les crimes terroristes violents en vertu de la loi. Au cours des dernières années, sous la direction ferme du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) ayant le camarade Xi Jinping comme noyau dirigeant, le Xinjiang a pleinement mis en oeuvre les politiques du Comité central du PCC sur la gouvernance du Xinjiang, oeuvré inébranlablement pour l'objectif général d'assurer la stabilité sociale et la sécurité à long terme et réalisé de grands progrès dans la lutte contre le terrorisme et la sauvegarde de la stabilité. Aujourd'hui, le Xinjiang est généralement stable, et la situation est sous contrôle et s'améliore. Durant les 21 derniers mois, aucune attaque terroriste violente n'a eu lieu, et le nombre d'affaires pénales, dont celles mettant en danger la sécurité publique, a considérablement diminué. La sécurité publique s'est nettement améliorée en raison du contrôle efficace de l'extrémisme religieux, et les gens se sentent désormais plus en sécurité. Nous avons jeté de bonnes bases pour résoudre complètement les problèmes profondément enracinés qui affectent la stabilité à long terme de la région.

Le Xinjiang a commencé à jouir des dividendes des efforts efficaces de l'anti-terrorisme, enregistrant une croissance stable de son économie, une amélioration de la qualité de vie des habitants et des progrès généraux dans tous les domaines. En 2017, la région a connu une croissance de 7,6% de son PIB, et les revenus disponibles des habitants ruraux et urbains ont respectivement augmenté de 8,1% et 8,5%. Le tourisme a connu un essor en 2017, alors plus de 100 millions de voyages ont été réalisés dans la région par des touristes chinois et étrangers, soit une croissance de 32,4% en glissement annuel. Au cours des neuf premiers mois de l'année, le Xinjiang a déjà enregistré 132 millions de voyages de touristes chinois et étrangers, en hausse de 40% sur un an. De nombreuses personnes qui ont visité le Xinjiang ont fait l'éloge sur les médias sociaux des progrès de la région : le Xinjiang d'aujourd'hui est non seulement beau, mais aussi stable et en sécurité. Peu importe le lieu et l'heure, les gens n'ont plus peur de sortir, de faire des achats, de dîner et de voyager.

Question : selon des informations, le Xinjiang a lancé un programme d'éducation et de formation professionnelles afin de faciliter ses efforts pour lutter contre le terrorisme et l'extrémisme. Quelle est le raisonnement derrière cette décision ?

Réponse : Le terrorisme et l'extrémisme vont à l'encontre de la civilisation humaine et constituent l'ennemi commun de la communauté internationale. La lutte contre le terrorisme et l'éradication de l'extrémisme sont un sujet international et un casse-tête mondial. Depuis des années, de nombreux pays ont adopté des approches pour lutter contre le terrorisme et l'extrémisme conformément à leurs propres conditions et ont réalisé des progrès à cet égard. La communauté internationale a également réalisé que le terrorisme et l'extrémisme étaient très difficiles à éradiquer et pouvaient facilement ressurgir. En s'inspirant des expériences de la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme, la Chine a activement répondu à la résolution de l'Assemblée générale de l'ONU sur la stratégie anti-terroriste mondiale et s'est engagée à supprimer les conditions propices à la propagation du terrorisme, tout en prévenant et en combattant le terrorisme. Sur la base de ses réalités, la Chine a combiné la lutte et la prévention du terrorisme en mettant l'accent sur la prévention. La Chine a activement étudié et appliqué des mesures de prévention dans la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme.

Sur la base de ses propres réalités, le Xinjiang a accordé une importance égale à la lutte et à la prévention et cherché à combiner la lutte contre les crimes terroristes violents à la protection des droits de l'homme. D'une part, le Xinjiang a mis l'accent sur la lutte stricte contre un petit nombre de crimes terroristes violents selon la loi et n'a épargné aucun effort pour protéger les droits de l'homme fondamentaux des citoyens face au terrorisme et à l'extrémisme. D'autre part, le Xinjiang a également souligné l'importance d'éradiquer la cause fondamentale du terrorisme et de travailler pour ramener sur le droit chemin, éduquer et sauver la majorité des auteurs d'infractions mineures à travers l'assistance et l'éducation pour éviter qu'ils ne deviennent victimes du terrorisme et de l'extrémisme.

Aujourd'hui, malgré des progrès considérables au Xinjiang, la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme reste un sujet complexe, sérieux et à long terme qui appelle à une alerte élevée. En particulier, les quatre préfectures du sud du Xinjiang ont été menacées par le terrorisme et fortement influencées par l'extrémisme religieux par le passé. Certains habitants de ces préfectures ont une maîtrise limitée de la langue commune du pays et ont une connaissance limitée du droit. Ils ont souvent des difficultés à trouver un emploi en raison de leur manque de compétences professionnelles. Cela a entraîné une base matérielle faible pour la vie et le travail des habitants, les rendant vulnérables à l'instigation et à la coercition du terrorisme et de l'extrémisme. Il reste beaucoup à faire dans le sud du Xinjiang pour éradiquer l'environnement et le terreau du terrorisme et de l'extrémisme religieux.

Sur la base de la situation susmentionnée, le Xinjiang a lancé un programme d'éducation et de formation professionnelles conformément à la loi. Son objectif est d'éliminer l'environnement et le terreau engendrant le terrorisme et l'extrémisme religieux et d'empêcher les activités terroristes violentes.

Question : Pouvez-vous nous parler davantage de la base juridique et des procédures concernées pour les programmes d'éducation et de formation professionnelles ?

Réponse : Ces dernières années, le gouvernement chinois a accéléré la législation de ses efforts anti-terroristes afin de prévenir et de combattre de manière stricte les crimes terroristes violents en conformité avec la loi.

L'Assemblée populaire nationale a adopté la Loi anti-terroriste en 2015 et le 9e amendement au Code pénal, alors que le Parquet populaire suprême, en coopération avec la Cour populaire suprême, le ministère de la Sécurité publique et le ministère de la Justice, a émis en 2018 des lignes directrices sur l'application de la loi dans les affaires impliquant le terrorisme et l'extrémisme. Ces lignes directrices ont amélioré et clarifié les définitions des crimes terroristes, les critères de condamnation, les procédures de traitement des affaires et les mécanismes de travail. Ces lois et règlements, ainsi que le Code de procédure pénale, ont formé un cadre juridique anti-terroriste relativement complet pour le pays. En respectant strictement la Constitution, la loi sur l'autonomie ethnique régionale et la loi sur la législation, le Xinjiang a pris en compte ses propres conditions locales et formulé entre autres des mesures régionales d'application de la loi anti-terroriste, des règlements de déradicalisation. Ces lois et règlements font l'objet de révisions afin de les maintenir à jour.

Dans la pratique, pour les personnes incitées, forcées ou attirées à se lancer dans des activités terroristes ou extrémistes et celles ayant seulement commis des délits mineurs en menant des activités terroristes et extrémistes, le Xinjiang combine des sanctions à la clémence tout en attachant de l'importance à leur réinsertion et à leur rédemption en accord avec le Code pénal, le Code de procédure pénale, la Loi anti-terroriste et d'autres lois et règlements concernés. Pour les personnes ayant été influencées par le terrorisme et l'extrémisme, celles soupçonnées de délits mineurs mais ne faisant pas l'objet de sanctions ou pouvant être exemptées de sanctions pénales, le Xinjiang leur offre des formations professionnelles gratuites à travers des institutions d'éducation professionnelle afin d'améliorer leur maîtrise de la langue commune du pays, et elles obtiennent des connaissances juridiques et des compétences professionnelles, entre autres. Ainsi, le Xinjiang est mieux à même de se prémunir face à l'infiltration du terrorisme et de l'extrémisme. Les procédures détaillées impliquent, sur la base d'une identification claire des objectifs, des méthodes, des normes de réussite et de l'évaluation de la formation, que ces institutions de formation professionnelle signent un accord avec les personnes en formation. Ces institutions mènent ensuite des programmes gratuits sous diverses formes, dont des cours collectifs, des internats et une formation pratique. Les personnes en formation reçoivent des certificats de réussite lorsqu'elles répondent aux normes exigées.

Question : Pourriez-vous présenter les principaux contenus de la formation professionnelle ?

Réponse : Actuellement, le Xinjiang a établi un modèle de formation ayant comme plate-forme les institutions de formation professionnelle qualifiées. Les principaux contenus sont la langue commune du pays, les connaissances juridiques, les compétences professionnelles et l'éducation de déradicalisation, alors que la direction clé est l'acquisition d'un emploi. Ces institutions de formation professionnelle ont établi des départements d'enseignement, de gestion, de soins médicaux, de logistique et de sécurité et ont mis en place un nombre correspondant de personnel enseignant, de conseillers hors classe et de personnel chargé des soins médicaux, de la restauration, de la logistique et de la sécurité.

Au cours du processus, les personnes en formation passeront de l'apprentissage de la langue commune à l'acquisition de compétences professionnelles et de connaissances juridiques. Premièrement, elles apprendront la langue commune du pays, la considérant comme une base pour améliorer leur capacité de communication, obtenir des connaissances scientifiques modernes et renforcer leur compréhension de l'histoire, de la culture et des conditions nationales de la Chine. Ces cours suivent des programmes, manuels, documents et systèmes standardisés. Les personnes en formation suivent des cours sous diverses méthodes en accord avec leur niveau d'alphabétisation afin d'augmenter leur capacité à utiliser la langue commune du pays le plus tôt possible. Deuxièmement, l'apprentissage des connaissances juridiques constitue une partie clé de l'acquisition d'une conscience de l'Etat, de la citoyenneté et de l'état de droit par ces personnes. Des experts juridiques sont recrutés pour donner des cours sur la Constitution, le Code pénal, le Code civil, etc. Tandis que des juges, des procureurs et des avocats sont invités à enseigner le Code pénal, la loi sur l'administration de la sécurité publique, la loi anti-terroriste, la loi sur le mariage, la loi sur l'éducation et les règlements de déradicalisation du Xinjiang. Troisièmement, l'apprentissage professionnel est considéré comme un moyen principal pour aider les personnes en formation à trouver un emploi. Des cours sur la fabrication de vêtements et de chaussures, la transformation des aliments, l'assemblage des produits électroniques, la composition et l'impression, la coiffure et l'e-commerce ont été créés afin de répondre aux besoins sociaux locaux et aux besoins du marché de l'emploi. La formation polyvalente est proposée aux personnes ayant l'envie et les capacités requises, afin de leur donner une ou deux compétences professionnelles après l'obtention de leur diplôme. Des entreprises spécialisées dans la fabrication de vêtements, l'assemblage de téléphones mobiles et la cuisine ethnique participent à ces programmes en fournissant des opportunités de pratique sur place. De plus, les personnes en formation touchent des revenus de base et un bonus. Un mécanisme a ainsi pris forme, permettant aux personnes "d'apprendre, de pratiquer et de gagner de l'argent".

Dans la vie quotidienne, les institutions et écoles professionnelles suivent strictement l'esprit des lois et règlements, dont la Constitution et les règlements sur les affaires religieuses. Elles respectent et protègent les coutumes de différents groupes ethniques et leurs croyances en ce qui concerne l'alimentation et la vie quotidienne. Le personnel enseignant fait aussi de son mieux pour répondre aux besoins des personnes en formation en matière d'études, de vie et de divertissements sur la base de l'enseignement gratuit. Les cantines préparent des aliments gratuits, et les dortoirs sont équipés de radios, de télévisions, de climatisation, de salles de bain et de douches. Des sites de sport en intérieur et en plein air pour le basketball, le volleyball et le tennis de table ont été construits, de même que des salles de lecture, des laboratoires informatiques, des salles de projection de films et des lieux de spectacles, comme de petits auditoriums et des scènes en plein air. Diverses activités comme des concours de discours, de rédaction, de danse, de chant et de sport sont organisées. De nombreuses personnes en formation ont déclaré qu'elles étaient auparavant affectées par la pensée extrémiste et qu'elles n'avaient jamais participé à de telles activités artistiques et sportives. Elles ont maintenant réalisé que la vie pouvait être pleine de couleurs.

De plus, les institutions et écoles professionnelles attachent une grande importance à la santé mentale de ces personnes et les aident à résoudre les problèmes qu'elles rencontrent dans la vie. Outre les services de consultation psychologique, elles portent également attention aux plaintes des personnes en formation et de leur familles. Tout cela montre que la gestion de ces institutions et écoles professionnelles a pour centre de préoccupation le peuple.

Question : Pourriez-vous présenter les progrès en matière de formation professionnelle ?

Réponse : A travers la formation professionnelle, la plupart des personnes en formation ont pu réfléchir sur leurs erreurs et voir clairement l'essence et les méfaits du terrorisme et de l'extrémisme religieux. Elles ont considérablement renforcé leur conscience nationale, leur conscience civile et leur sensibilisation à l'Etat de droit et leur sens de la communauté de la nation chinoise. Elles ont pu également mieux distinguer le vrai du faux et résister à l'infiltration de la pensée extrémiste. Elles sont devenues plus proactives pour se débarasser de la pauvreté et leur situation financière s'est améliorée. Il s'agissait d'une pratique commune parmi elles de vouloir et de poursuivre une vie moderne. Elles ont confiance en l'avenir. "Je ne comprenais pas la langue commune du pays, ni les lois. Je n'aurais même pas pu connaître les erreurs que j'ai commises. Mais le gouvernement ne m'a pas abandonné. Il m'a activement sauvé et aidé, en m'offrant de la nourriture, un logement et l'éducation gratuits. Maintenant, j'ai réalisé de grands progrès dans de nombreux domaines. Je vais chérir cette opportunité et devenir une personne utile pour le pays et la société", a indiqué une personne en formation.

Dans l'ensemble, les réalisations suivantes ont été obtenues. Premièrement, les personnes en formation ont obtenu des progrès dans la maitrise de la langue commune du pays. Dans le passé, beaucoup d'entre elles avaient des difficultés à écouter, à parler et à lire. Elles sont maintenant capables de comprendre fondamentalement la langue commune du pays et de l'utiliser dans la communication, ce qui a permis d'élargir leurs ressources pour acquérir les connaissances modernes et l'information. De nombreuses personnes en formation ont indiqué qu'elles étaient affectées par l'extrémisme religieux et n'avaient pas pu comprendre l'importance de l'éducation bilingue. Elles pensaient s'en tenir à leur propre langue ethnique afin de préserver leur culture, et par conséquent, elles avaient refusé d'apprendre la langue commune du pays. Maintenant, elles ont réalisé qu'elles devaient bien apprendre non seulement la langue commune, mais aussi des langues étrangères pour suivre la tendance de la modernisation.

Deuxièmement, les personnes en formation ont augmenté leur prise de conscience en matière d'Etat de droit. Affectées ou forcées par la pensée extrémiste religieuse, de nombreuses personnes en formation ont agi selon "la discipline religieuse" ou "la discipline familiale" qui ont été déformées par les extrémistes. Un grand nombre de personnes ont réalisé maintenant qu'elles étaient avant tout des citoyens de la nation et que leur comportement était à la fois protégé et réglementé par la loi. Elles ont vraiment compris ce qui est légitime et ce qui ne l'est pas. Elles savent aussi maintenant comment recourir à la loi. "En tant que femme divorcée, j'élève un fis et une fille avec l'aide de mes parents, et je vis dans la pauvreté. Je ne savais pas que mon ex-mari avait également l'obligation d'élever les enfants", a expliqué une femme en formation, qui est maintenant capable d'utiliser la loi pour réclamer une pension alimentaire à son ex-mari.

Troisièmement, les compétences professionnelles des personnes en formation ont été améliorées. De nombreuses personnes en formation n'avaient aucune compétence professionnelle. Même si elles voulaient un emploi, il était difficile pour elles d'en trouver un. En acquérant des compétences et des connaissances professionnelles et en participant à une formation pratique, les personnes en formation ont maintenant acquis des compétences pratiques préliminaires. Il est devenu peu à peu réaliste pour elles d'augmenter leurs revenus, de se débarrasser de la pauvreté et d'avoir des ressources. "Grâce à mes compétences professionnelles, maintenant, je peux gagner 1.500 yuans par mois. Mes revenus ont beaucoup augmenté et je suis devenu le soutien principal de ma famille. Je peux garder la tête haute et commencer à recevoir des éloges de mes aînés. Ma femme est devenue plus respectueuse et mes enfants sont fiers de moi. J'ai regagné le respect et la confiance", a précisé une personne.

Grâce à l'enseignement et la formation professionnels, l'environnement social du Xinjiang a connu des changements remarquables, alors qu'une atmosphère saine progresse et les pratiques inappropriées baissent. Il y a une tendance à la hausse visant à poursuivre le savoir scientifique et technologique moderne et les convenances; la dissémination de l'extrémisme religieux est volontairement contrée; la communication, les échanges et l'intégration parmi les divers groupes ethniques sont plus étroits; le soutien public pour lutter contre le terrorisme, maintenir la stabilité et lutter contre l'extrémisme est plus fort ; et le peuple de tous les groupes ethniques est plein d'espoir pour une vie meilleure.

Question : A l'issue de votre introduction, nous avons une compréhension claire et globale sur le travail d'enseignement et de formation professionnels. Pourriez-vous nous donner des informations sur les projets futurs en la matière ?

Réponse : Des faits ont prouvé que l'enseignement et la formation professionnels répondaient à la réalité des efforts actuels dans la lutte contre le terrorisme, le maintien de la stabilité et l'éradication de l'extrémisme au Xinjiang. Il s'agit d'une mesure efficace du Xinjiang d'explorer des moyens pour éliminer l'environnement et les bases du terrorisme et de l'extrémisme, ainsi que pour prévenir des crimes terroristes violents. Depuis son lancement, le travail a remporté une reconnaissance importante et un soutien sincère de la part du peuple de tous les groupes ethniques du Xinjiang. Il a joué un rôle important pour parvenir à la stabilité sociale, la paix et la sécurité durable au Xinjiang, et a servi d'étude positive et d'essai constructif pour la communauté internationale dans la lutte contre le terrorisme et l'éradication de l'extrémisme.

Selon les réactions des institutions éducatives et de formation, certaines personnes sont prêtes ou ont atteint le niveau final inscrit dans des accords de formation. Ils passent des tests marquant la fin de leurs cours de manière ordonnée. Ils doivent finir leurs cours avec succès à la fin de l'année. Nous sommes occupés pour leur permettre de trouver un emploi. En outre, le Xinjiang mettra en place des programmes pour attirer les investissements qui correspondent aux capacités professionnelles de ces apprentis. En attirant davantage d'entreprises au Xinjiang, nous créerons des emplois et réduirons la pauvreté. Nous essayerons de parvenir à une connexion intégrée entre l'enseignement scolaire et l'emploi social, afin qu'après leurs cours, les personnes puissent trouver des emplois et gagner une vie aisée.

En outre, le Xinjiang appliquera davantage les stratégies et les politiques concernant la région, qui ont été établies par le Comité central du PCC avec le camarade Xi Jinping comme noyau dirigeant, adhérera à la philosophie de développement axé sur le peuple, traitera de manière appropriée les relations entre la stabilité et le développement, et se concentrera sur les trois missions majeures : la construction de la zone principale de la ceinture économique de la Route de la soie, la mise en oeuvre de la stimulation rurale et le développement de l'industrie du tourisme. Il considérera également les quatre préfectures dans le sud du Xinjiang comme des champs de bataille majeurs dans la lutte contre la pauvreté avec des mesures ciblées afin d'assurer que d'ici 2020, tous les habitants ruraux vivant sous le seuil de pauvreté quitteront cette situation. Le Xinjiang s'efforcera de voir le peuple de tous les groupes ethniques posséder un sentiment plus fort d'accomplissement, de bonheur et de sécurité, alors que les résultats du développement bénéficieront au peuple de tous les groupes ethniques de manière juste.