Chine : les statistiques officielles montrent des signes de stabilité économique
2017/03/15

BEIJING, 14 mars (Xinhua) -- De récentes statistiques officielles montrent une croissance durable de l'économie chinoise et des marges permettant aux décideurs politiques de prêter davantage d'attention à la réforme.

La production industrielle a augmenté de 6,3% de janvier à février en glissement annuel, alors que la croissance des investissements en capital fixe a accéléré à 8,9% sur la même période, a annoncé mardi le Bureau d'Etat des statistiques (BES), précisant que ces deux hausses étaient supérieures aux prévisions du marché.

Les investissements dans le secteur privé, qui ont représenté plus de 60% du total des investissements, ont connu une croissance de 6,7%, contre 3,2% en 2016, soit leur taux le plus élevé sur cette période en base annuelle.

Les investissements immobiliers ont progressé de 8,9% sur les deux premiers mois, contre 3% pendant la même période l'année dernière, malgré le renforcement de la réglementation pour éviter la spéculation et les bulles immobilières.

L'inflation des prix à la consommation s'est établie à un niveau modéré de 1,7%, et le taux de chômage est resté stable sur la période janvier-février.

La plupart des indicateurs étaient positifs et en progression, a indiqué le porte-parole du BES Sheng Laiyun, lors d'une conférence de presse, ajoutant que le développement au cours des deux premiers mois avait jeté une "base solide" permettant au pays d'atteindre ses objectifs pour l'ensemble de l'année.

La Chine a abaissé son objectif de croissance à environ 6,5% pour l'année 2017, soit le plus modeste en 25 ans. L'économie chinoise a progressé de 6,7% en 2016.

Les statistiques publiées mardi sont les plus récents d'une série d'indicateurs illustrant la stabilité de la deuxième économie mondiale, notamment l'activité plus forte que prévu des usines, la solidité des importations et la hausse la plus rapide en neuf ans de l'inflation des prix à la production, lesquelles ont stimulé les bénéfices industriels.

Soutenue par la forte hausse des investissements en capital fixe et des investissements immobiliers, l'économie chinoise pourrait connaître une croissance de 6,8% ou supérieure au premier trimestre, a indiqué M. Deng.

Guotai Jun'an Securities se veut plus optimiste, prévoyant une poursuite de cette dynamique en mars et un PIB réel de 7% au premier trimestre. Celui-ci ralentirait ensuite légèrement au deuxième trimestre.

Selon les analystes, la stabilisation permettra aux décideurs politiques, confrontés à une pression à la baisse, de se concentrer davantage sur les réalisations à long terme via de vastes réformes.

Des progrès ont été réalisés dans les efforts visant à orienter l'économie chinoise vers un modèle de croissance davantage axé sur les dépenses de consommation, l'innovation et les services. Cependant, plus d'efforts doivent être déployés pour promouvoir la réforme structurelle du côté de l'offre, réduire la surcapacité et l'endettement, promouvoir le déstockage et améliorer les maillons faibles, a déclaré Li Wei, directeur du Centre de recherche sur le développement du Conseil des Affaires d'Etat.

Le pays s'est engagé à construire un "pare-feu" pour éviter des risques financiers, en redoublant de vigilance à l'égard des actifs douteux, des défauts sur les obligations, des banques clandestines et de la finance sur Internet, indique le rapport d'activité du gouvernement présenté par le Premier ministre Li Keqiang à l'Assemblée populaire nationale.

Bien que la plupart des données de février semblent indiquer une croissance solide, des responsables et analystes ont souligné quelques zones potentielles de préoccupations.

Tom Orlik, économiste en chef pour l'Asie chez Bloomberg, a mis l'accent sur les investissements dans le secteur manufacturier, qui sont restés modérés au cours des deux premiers mois avec une croissance de 4,3%, contre 27,3% pour les investissements dans les infrastructures.

Suggest To A Friend
  Print