Les téléphones 5G pourraient faire leurs débuts en Chine fin 2019
2018/01/19

Selon les experts, la Chine va intensifier sa poussée pour commercialiser la cinquième génération de la technologie de communication mobile, avec des smartphones acceptant la 5G susceptibles de sortir à la fin de 2019.

Ces commentaires arrivent alors que la Chine s'efforce à faire en sorte que les équipements de télécommunications pré-commerciaux 5G soient prêts d'ici la fin de cette année, afin de jeter les bases pour des essais à grande échelle des applications et services 5G en 2019.

Wang Zhiqin, un expert auprès du Ministère de l'industrie et des technologies de l'information, a déclaré : « Étant donné que la première version des normes 5G sortira en juin de cette année, nous nous attendons à ce que les équipements du système, notamment les stations de base et les dispositifs de réseau, seront en mesure d'atteindre le niveau pré-commercial d'ici la fin de 2018 ».

« Mais il faudra plus de temps pour développer des puces acceptant la 5G, et les smartphones 5G ne seront possibles qu'après juin 2019, » a-t-il dit en marge d'une conférence mardi. M. Wang est directeur adjoint de l'Académie chinoise des technologies de l'information et des communications, un groupe de réflexion affilié au Ministère de l'information et des technologies de l'information.

La Chine cherche actuellement à accélérer la recherche et le développement de la 5G, les prévisions montrant que cette technologie ultra-rapide pourrait être à l'origine d'une production économique de 6 300 milliards de Yuans (979 milliards de Dollars) en Chine d'ici 2030.

Le 16 janvier, le Ministère de l'information et des technologies de l'information a dévoilé les exigences techniques pour la troisième phase des tests 5G et encouragé les entreprises à mener davantage de recherches sur l'intégration des puces, des systèmes et d'autres instruments.

China Unicom, le deuxième plus grand opérateur de télécommunications de Chine, a de son côté annoncé qu'il envisage d'effectuer des tests 5G dans sept zones, notamment Beijing, Shanghai, Tianjin et Xiongan.

Wen Ku, directeur du département de développement des télécommunications au ministère, estime quant à lui que davantage d'efforts seront déployés pour promouvoir la recherche et le développement sur les bandes de fréquences basse, moyenne et haute, et accélérer les efforts de tests des différentes applications 5G.

Kalvin Peng, responsable de la recherche et du développement chez Ericsson pour l'Asie du Nord-Est, a pour sa part souligné que les services de 5G pré-commerciaux exigent l'interconnexion des différents dispositifs et systèmes.

« Il est plus facile d'ajuster les systèmes pour correspondre à la première version des normes mondiales 5G que d'ajuster le matériel. Et une fois que les entreprises seront déterminées à tester des puces, il faudra une énorme quantité d'argent. Avec pour résultat que les puces 5G ne sortiront très lentement », a précisé M. Peng.

Ericsson, le fournisseur de services de télécommunications suédois, travaille en étroite collaboration avec China Mobile, la plus importante société de télécommunications en Chine, sur la recherche 5G. En décembre, les deux entreprises ont terminé tous les tests sur un projet en laboratoire de réseau central 5G.

Ericsson a dit qu'il devrait y avoir au moins 1 milliard d'utilisateurs 5G dans le monde 2023, avec une multiplication par 8 du trafic de données mobiles à ce moment-là.

Le 17 janvier, la société a dévoilé une solution pour répondre à la demande croissante des consommateurs pour une meilleure connectivité intérieure. Le nouveau dispositif, baptisé Ericsson 5G Radio Dot, est conçu pour le haut débit mobile amélioré et pour stimuler la couverture intérieure du réseau.

(Le Quotidien du Peuple en ligne)

Suggest To A Friend
  Print