La Chine reste le plus grand investisseur mondial dans le domaine des énergies propres, selon le chef de l'AIE
2018/01/26

DAVOS (Suisse), 25 janvier (Xinhua) -- Alors que le secteur énergétique mondial traverse une transformation de première importance, la Chine est en train de prendre la tête du secteur des énergies propres, a déclaré Fatih Birol, directeur exécutif de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), une organisation basée à Paris.

"Pour ce qui est de l'offre, la Chine est et restera le plus grand investisseur mondial dans les quatre grandes sources d'énergie propre - éolienne, solaire, nucléaire et hydraulique", a-t-il confié à Xinhua, dans une interview exclusive en marge de la rencontre annuelle du Forum économique mondial (FEM).

Alors que d'importants changements sont en train de survenir dans le secteur énergétique mondial, le secteur énergétique chinois "connaît une transformation impressionnante", a-t-il déclaré, tout en saluant le rôle de leader joué par la Chine dans de nombreux domaines liés aux énergies propres à travers le monde.

L'application réussie de ses réformes macroéconomiques et ses importants efforts actuels pour optimiser son efficacité énergétique permettront de réduire de manière significative la consommation d'énergie de l'économie chinoise. A mesure que l'économie chinoise effectue sa transition vers les hautes technologies et les services, sa demande domestique en énergies primaires ralentit, tombant à 1 % à peine, et ce en dépit d'une croissance vigoureuse de son PIB.

"Il est encourageant de constater qu'au cours des dernières années, nous avons assisté en Chine à une accélération de la recherche et du développement en matière d'énergie, ce qui a permis à la Chine d'acquérir une position de premier plan dans les technologies clé comme l'énergie solaire, les batteries de stockage ou la transmission directe du courant électrique", a-t-il souligné.

L'initiative politique la plus prometteuse dans le monde actuel serait l'introduction d'une tarification des émissions de carbone en Chine.

"Cela permettra de renforcer de manière efficace l'aspiration aux énergies propres, en la basant sur le marché. Nous sommes d'accord avec l'approche chinoise, selon laquelle la tarification du carbone doit être un complément et non un substitut aux politiques technologiques ciblées", a déclaré M. Birol.

Des infrastructures électriques plus robustes et plus intelligentes sont également essentielles pour effectuer la transition vers les énergies durables. Elles permettront en effet l'émergence d'une production plus durable, ainsi que la généralisation des voitures électriques, deux aspects clé de cette transition.

"La Chine joue un rôle de premier plan dans ce domaine, et représente notamment deux tiers des investissements mondiaux dans les infrastructures de rechargement des voitures électriques", a-t-il souligné.

La Chine est devenue l'un des premiers pays associés de l'AIE en 2015, avant la signature en 2017 d'un programme de travail de trois ans et l'ouverture d'un bureau de l'AIE à Beijing.

Suggest To A Friend
  Print