Conférence de presse du 8 avril 2008
2008/04/08

Dans l'après-midi du 8 avril 2008, la porte-parole du Ministère des Affaires étrangères Jiang Yu a tenu une conférence de presse et répondu aux questions concernant, entre autres, le relais de la flamme olympique, les pourparlers à six, la réunion des directeurs généraux politiques des six pays sur la question nucléaire de l'Iran, le Forum de Bo'ao pour l'Asie et le problème du Dalaï Lama.

Jiang Yu : Mesdames et Messieurs, bonjour.

D'abord, j'ai une nouvelle à vous annoncer :

Sur l'invitation du Ministre assistant des Affaires étrangères He Yafei, les directeurs généraux politiques des Etats-Unis, de la Russie, du Royaume-Uni, de la France et de l'Allemagne, ainsi que le directeur général chargé des relations extérieures au Conseil de l'Union européenne tiendront à Shanghai le 16 avril prochain une réunion pour discuter du plan de reprise des négociations sur la question nucléaire de l'Iran en vue d'un règlement diplomatique et négocié de ce problème.

Début mars dernier, les Ministres des Affaires étrangères des six pays ont publié une déclaration commune réaffirmant leur volonté de régler le problème nucléaire iranien par voie de négociations et de mettre au point au plus tôt un plan de reprise des négociations. Cette réunion à Shanghai des directeurs généraux politiques a pour objectif précisément de concrétiser cette entente réalisée entre les ministres des six pays.

La Chine exige depuis toujours un règlement pacifique de la question nucléaire iranienne par voie de dialogue et de négociations. Dans la situation actuelle, les différentes parties concernées se doivent de faire preuve d'une grande créativité et de souplesse pour trouver activement une solution adéquate permettant un règlement global et durable du problème nucléaire de l'Iran. La Chine espère que grâce aux efforts conjugués de toutes les parties, la réunion de Shanghai aboutira à des résultats positifs.

Maintenant, je suis prête à répondre à vos questions.

Q : Le Dalaï Lama a publié récemment une « lettre d'appel » dans laquelle il a démenti toute implication dans les actes de saccage, de sabotage, de pillage et de mise à feu commis à Lhassa, disant qu'il ne recherche pas l' « indépendance du Tibet » et qu'il poursuivra la « voie du milieu ». Quelle est votre réaction à cet égard ? Par ailleurs, le chef de la délégation américaine aux pourparlers à six Christopher Hill rencontrera aujourd'hui à Singapour M. Kim Kye-gwan. Demain il sera à Beijing. Quels sont les officiels chinois qu'il rencontrera ?

R : Le Dalaï Lama est le représentant à lui seul du régime théocratique de servage, le pire système d'esclavage dans toute l'histoire humaine. Sous ce régime, il n'était question ni de démocratie, ni de liberté, ni de droits de l'homme, sous quelque forme que ce soit, mais que des privilèges des propriétaires de serfs. La « voie du milieu » prônée par le Dalaï Lama vise au fond à rétablir son paradis perdu et à replonger dans l'enfer les millions de serfs libérés. Qui peut accepter une telle « voie du milieu » ?

Le Dalaï Lama vit depuis toujours de mensonges. Peu importe ce qu'il a dit, mais seul compte ce qu'il a fait. La dernière chose qu'il a faite, c'est d'avoir orchestré et provoqué les graves violences criminelles de Lhassa. Il a montré par ses actes que la « paix » et la « non-violence » qu'il prône ne sont autres que des mensonges.

Concernant les pourparlers à six, la Chine soutient toujours toute initiative de renforcement des contacts et de la coordination entre les différentes parties aux pourparlers à six afin de faire avancer ensemble les pourparlers et le processus de dénucléarisation de la Péninsule coréenne. Nous souhaitons que la rencontre à Singapour des chefs de délégations des Etats-Unis et de la RPDC donne des résultats positifs.

Le Vice-Ministre Wu Dawei rencontrera l'Assistant au Secrétaire d'Etat Christopher Hill demain à Beijing pour prendre des informations sur les résultats de la rencontre entre les Etats-Unis et la RPDC et échanger ses vues avec la partie américaine sur la situation actuelle et les actions à venir. Les chefs des délégations de la République de Corée et du Japon aux pourparlers à six viendront également à Beijing pour écouter les informations données par M. Christopher Hill.

Q : La Chine dit toujours que les protestations au cours du relais de la flamme olympique ont été fomentées par des séparatistes pour l'« indépendance du Tibet ». Mais en réalité, des citoyens ordinaires et des hommes politiques de certains pays occidentaux y ont également participé. Y a-t-il là une contradiction avec la thèse chinoise ? Ces protestations incessantes risquent-elles de ternir l'image internationale de la Chine à l'approche des Jeux olympiques ? Le gouvernement chinois envisage-t-il de dialoguer avec le Dalaï Lama pour améliorer la situation ?

R : La flamme olympique appartient à tous les peuples du monde. Perturber le relais de la flamme olympique, c'est lancer un défi à la Charte et à l'esprit olympiques, à la légalité internationale et à tous les peuples épris de paix. Ces derniers jours, nous avons vu clairement la farce montée par des séparatistes pour l'« indépendance du Tibet » devant les peuples du monde entier. Cela a montré au grand jour le vrai visage de la clique du Dalaï Lama qui se livre à des activités de division et de sabotage. Leurs visées ne pourront jamais aboutir. Ces gens paraissent bien méprisables et lamentables devant la splendeur de la flamme olympique.

Vous avez posé une question sur la politique du gouvernement central à l'égard du Dalaï Lama. Cette politique est constante. Nous avons maintenu avec patience des contacts avec lui. La porte du dialogue avec lui a toujours été ouverte, elle reste toujours ouverte. Le problème est que la clique du Dalaï Lama n'a pas choisi le dialogue, mais la violence. Cependant, pourvu qu'il mette fin aux actes de violence criminels, au sabotage des Jeux olympiques de Beijing et aux activités de division de la patrie, nous sommes toujours disposés à entrer en contacts et dialogue avec lui.

Q : Quel jugement portez-vous sur le parcours de la flamme olympique à Paris ? Comment jugez-vous les mesures de protection de la flamme prises par la France ? La Ministre française des droits de l'homme a dit lors d'une interview que si le gouvernement chinois n'entame pas un dialogue avec le Dalaï Lama, le Président Sarkozy refusera d'assister à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Beijing. La Chine a-t-elle reçu de la part de la France une telle réclamation ? Et quelle a été sa réponse ?

: Hier, vous avez tous vu à la télévision la retransmission en direct du relais de la torche à Paris. Et je vous ai livré nos points de vue à cet égard. Grâce aux efforts conjugués de la Chine et de la France, le relais olympique a terminé son parcours à Paris comme prévu.

Concernant les propos que vous avez évoqués, je ne les ai ni lus, ni entendu dire. Ce que je voudrais cependant souligner, c'est que les Jeux olympiques sont un grand rendez-vous sportif de tous les peuples du monde, de même qu'une plate-forme importante pour le renforcement des échanges et de la communication entre les différents peuples. Toutes les personnes éprises de paix et attachées au mouvement olympique sont les bienvenues à Beijing pour participer aux Jeux olympiques. Ceux qui veulent instrumentaliser les jeux pour faire du chantage à la Chine font là un mauvais calcul. Toute personne qui veut boycotter les Jeux olympiques finira par s'isoler et ternir sa propre image.

Q : La sénatrice américaine Hillary Clinton demande également au Président Bush de boycotter la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques de Beijing. La Chine est-elle inquiète à cet égard ?

R : J'appelle certains politiciens américains à se faire une idée juste des récents événements. J'espère aussi qu'ils respecteront la réalité telle qu'elle est et sauront bien distinguer le vrai du faux. Quand ils s'expriment, il convient de bien préserver leur image en tant que personnes qui respectent les normes des relations internationales et défendent la justice et le droit.

Les relations sino-américaines sont d'une importance capitale pour les deux peuples. Un développement sain et régulier des relations sino-américaines correspond aux intérêts communs des deux parties. Nous espérons que les personnalités concernées pourront envisager et traiter ces relations d'un point de vue stratégique et à long terme et avec la perspicacité digne des grands hommes politiques.

Q : Des professionnels du tourisme de Hong Kong disent récemment que la Chine ne délivre plus de visas à entrée multiple de courte durée aux touristes étrangers. Pourriez-vous confirmer cette information ? Est-ce lié aux Jeux olympiques ?

R : La politique de visas de la Chine est définie conformément à la législation chinoise s'y rapportant et en faisant référence à l'usage international. La Chine n'a pas mis fin à la délivrance de visas à entrée multiple aux touristes étrangers.

Q : Nous avons vu à la télévision des personnes en uniforme bleu azur escorter la flamme olympique. De quel département viennent-elles? Le Premier Ministre australien Kevin Rudd a déclaré que l'Australie fournirait du personnel de sécurité pour escorter le relais de la flamme olympique sur son territoire. Quels sont vos commentaires à ce sujet ? Quelles mesures la Chine entend-elle prendre pour assurer le déroulement sans à-coups du relais de la flamme olympique à San Francisco ?

: Les personnes que vous évoquiez sont des escorteurs de la flamme. Quant aux services dont ils dépendent, je vous propose de vous renseigner auprès du porte-parole du Centre du relais de la flamme olympique. Leur présence relève d'une exigence du CIO et d'une pratique habituelle des jeux précédents. Leur mission est d'assurer la sécurité de la flamme olympique.

Demain la flamme arrivera à San Francisco. Nous espérons que grâce aux efforts conjugués des peuples chinois et américain, le relais de la flamme olympique à San Francisco se déroulera en toute sécurité et dans de bonnes conditions. Nous espérons également que le peuple américain se servira de cette occasion pour montrer aux peuples du monde entier leur attachement à la paix et au mouvement olympique.

Q : Puisque vous avez dit que le Dalaï Lama trompe le monde par des mensonges et qu'il est l'instigateur des incidents de Lhassa, alors pourquoi dialoguer avec lui ?

: Le Dalaï Lama n'a jamais renoncé véritablement à ses revendications séparatistes, ni mis fin à ses activités de division et de sabotage contre la Chine. La nature de tous ces incidents qui se sont produits à Lhassa est très claire. Il s'agit des actes de violence criminels d'une extrême gravité. Des faits indéniables ont prouvé que les propos du Dalaï Lama selon lesquels il ne participait pas aux activités de division et de violence, ni ne les soutenait ne sont rien que des mensonges pour abuser le monde.

Les divergences et les problèmes entre nous et le Dalaï Lama ne sont pas un problème d'ethnie, ni de religion ou de droits de l'homme, mais une démarcation entre séparation et anti-séparation, entre violence et anti-violence, un problème politique qui met en jeu la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine, un problème sensible qui touche le peuple chinois tout entier dans son sentiment national. Cependant, à condition que le Dalaï Lama cesse ses activités de violence criminelles, qu'il arrête de saboter les Jeux olympiques de Beijing et mette fin aux activités séparatistes, nous gardons la porte ouverte au dialogue avec lui.

Q : Récemment les Chinois d'outre-mer se sont largement mobilisés pour soutenir la politique du gouvernement chinois au Tibet. Quels sont vos commentaires sur les sentiments nationalistes qu'ils ont manifestés ? Les missions diplomatiques et consulaires de Chine à l'étranger les ont-ils encouragés dans ce sens ? Certains journalistes étrangers installés en Chine ont été victimes d'appels de harcèlement répétés. Quelles mesures avez-vous prises pour empêcher ce genre d'actes ?

R : Je trouve ridicule l'allégation selon laquelle les missions diplomatiques de Chine auraient incité la population chinoise au nationalisme. Je pense que vous sous-estimez trop la conscience citoyenne du peuple chinois. Récemment nous avons aussi lu sur Internet que de nombreux Chinois ont exprimé leur indignation et leur mécontentement vis-à-vis des informations provocatrices, non objectives et injustes données par certains médias occidentaux. Il s'agit là d'une expression spontanée d'émotions que le gouvernement n'aurait pas pu provoquer. Il n'a d'ailleurs pas besoin de le faire. C'est que ces médias se sont attiré l'indignation des internautes qui ne veulent rien que la justice et l'état de droit.

J'ai pris note des informations faisant état d'appels de harcèlement dont auraient été victimes certains correspondants étrangers à Beijing. Nous avons toujours veillé à ce que les données personnelles des journalistes étrangers dont nous disposons soient gérées de manière à ce que leur travail soit facilité tout en préservant leur vie privée. Avant, certains journalistes américains se sont plaints auprès de nous du fait que leurs numéros de téléphone ne sont pas publiés sur Internet pour qu'ils puissent être joints à tout moment par le public chinois. Nous n'avons pas publié ces numéros jusqu'ici sur Internet et nous ne publierons jamais les données personnelles des journalistes étrangers sur Internet. C'est un principe très clair. Je tiens ici à réaffirmer que le gouvernement chinois continuera à protéger conformément à la loi la sécurité et les droits et intérêts légitimes des journalistes étrangers en Chine.

Q : Le Président Hu Jintao participera en fin de semaine au Forum de Bo'ao pour l'Asie. Aura-t-il des rencontres avec d'autres chefs d'Etat et M. Vincent Siew de Taiwan ? Deuxième question, Taiwan enverra peut-être dans le mois courant des officiels à la partie continentale pour discuter des liaisons aériennes directes. Avez-vous déjà un calendrier précis ? Troisième question, pendant le séjour de l'Assistant au Secrétaire d'Etat américain Christopher Hill à Beijing, est-ce que la date des prochains pourparlers à six sera discutée ?

R : Concernant votre première question, sur l'invitation du Forum de Bo'ao pour l'Asie, le Président Hu Jintao participera à la cérémonie d'ouverture du Forum et y prononcera un discours-programme. Par ailleurs, les chefs d'Etat et de gouvernement de plusieurs pays seront également présents à la cérémonie d'ouverture : le Président pakistanais Pervez Musharraf, le Président mongol Nambaryn Enkhbayar, le Président sri-lankais Mahinda Rajapaksa, le Président tanzanien Jakaya Mrisho Kikwete, la Présidente chilienne Michelle Bachelet, le Roi des Tonga George Tupou V, le Premier Ministre suédois Fredrik Reinfeldt, le Premier Ministre kazakh Karim Massimov, le Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères du Qatar Hamad Bin Jassem Bin Jabor Al-Thani et le Premier Ministre australien Kevin Rudd. Le Président Hu aura en marge du Forum des entretiens ou des rencontres avec ces dirigeants, événements qui seront étroitement suivis par les journalistes sur place.

Concernant M. Vincent Siew que vous avez évoqué, il participera cette fois-ci au Forum en tant que Président de la Fondation pour le marché commun inter-détroit. Je vous propose de poser aux départements compétents les questions concernant les rencontres prévues, les relations entre les deux rives du détroit de Taiwan, notamment les liaisons aériennes directes.

Concernant la visite de M. Christopher Hill à Beijing, les différentes parties en profiteront pleinement pour échanger leurs vues sur l'état actuel des pourparlers à six et le plan d'action pour l'étape suivante. Nous espérons que ces rencontres donneront des résultats positifs. Je suis prête à vous tenir au courant en temps opportun d'éventuelles informations supplémentaires.

Q : Les manifestations contre le passage de la flamme olympique montrent-elles que la Chine souffre d'une mauvaise image sur la scène internationale ? Et compromettront-elles les efforts de la Chine pour s'intégrer dans la communauté internationale ? Deuxième question, vous dites que la flamme n'a pas été éteinte à Paris, est-ce que vous auriez voulu dire que le feu n'a pas été éteint ?

R : La flamme olympique n'a jamais été éteinte. Au cours de son passage à Paris, les organisateurs ont changé de modalité de relais compte tenu de la situation sur place pour assurer sa sécurité et sa dignité. Le relais a été achevé comme prévu et en sécurité.

Les revendications des sécessionnistes pour l'« indépendance du Tibet » sont bien connues de tous. Ils ont monté cette farce devant le monde entier et y ont bien joué leur rôle. Une partie du public occidental induit en erreur ne connaît pas la politique du gouvernement chinois au Tibet, je peux vous en donner un aperçu général.

Premièrement, nous pratiquons le système d'autonomie régionale ethnique au Tibet. La population multiethnique tibétaine jouit des droits démocratiques bien protégés et des privilèges dont bénéficient les ethnies minoritaires sur le plan juridique et politique. Deuxièmement, notre politique au Tibet est basée sur le soutien de l'ensemble du pays. L'Etat ainsi que les gouvernements et départements locaux de différents échelons ont apporté un grand soutien humain, matériel et financier au développement du Tibet. Le PIB de cette région a pu ainsi maintenir une croissance de plus de 12% pendant des années consécutives, avec un PNB per capita de 12 000 yuans RMB, supérieur à la moyenne du pays. Jamais de ces longues années le gouvernement central n'a prélevé un centime d'impôt sur la région du Tibet. Au contraire, il investit chaque année des milliards de yuans pour accompagner le développement et la construction du Tibet. Troisièmement, le Tibet pratique la politique de liberté de croyance religieuse. Les différentes activités religieuses s'y déroulent sans problème et la liberté de croyance des religieux multiethniques est respectée par les autorités gouvernementales et garantie par la loi. Quatrièmement, nous menons une politique de protection, de développement et de mise en valeur de la culture tibétaine dans cette région. Le bouddhisme tibétain est bien protégé en Chine. Le gouvernement central, en œuvrant à la protection des milliers de monastères au Tibet, a affecté des sommes colossales à la rénovation du Palais de Potala et d'autres sites religieux, à la collection, au classement et à la publication du Tripitaka et d'autres œuvres classiques du bouddhisme. Il a également créé une cinquantaine d'institutions de recherches tibétologiques et l'Institut supérieur du Bouddhisme tibétain. Quant à la protection de la langue tibétaine, la région du Tibet mène une politique qui veut un enseignement parallèle du chinois mandarin et du tibétain, avec la primauté donnée à ce dernier. La langue tibétaine est d'ores et déjà la première langue d'ethnie minoritaire de Chine possédant à elle-même des normes internationales.

Tous ces faits suffisent pour vous montrer que la société, l'économie et la culture au Tibet connaissent un développement sans précédent dans l'histoire. La population tibétaine s'en rend compte mieux que nul autre car elle en a tiré profit réellement. Une poignée d'émeutiers et de casseurs ne peut représenter tous les Tibétains, encore moins le peuple chinois.

Q : Y a-t-il des progrès dans l'enquête conjointe menée par les polices japonaise et chinoise sur l'affaire des raviolis ? Le Premier Ministre australien Kevin Rudd sera en visite en Chine dès demain, quels sont les sujets qui seront abordés entre les parties chinoise et australienne ?

R : Concernant l'affaire des raviolis, la partie chinoise la suit toujours de très près et a engagé avec une attitude responsable une coopération active avec la partie japonaise. Nous espérons que les polices chinoise et japonaise pourront renforcer leur coopération pour tirer au clair cette affaire et donner une réponse aux populations des deux pays. En vue de régler fondamentalement ce problème au niveau du système, nous avons proposé maintes fois à la partie japonaise de mettre en place un mécanisme de coopération de long terme en matière de sécurité alimentaire entre nos deux pays.

Quant à la visite en Chine du Premier Ministre australien Kevin Rudd, cette visite officielle aura lieu du 9 au 12 avril et il se rendra à Hainan pour participer à la session annuelle du Forum de Bo'ao. Durant cette visite, il rencontrera le Président Hu Jintao et le Président du Comité permanent de l'APN Wu Bangguo, et s'entretiendra avec le Premier Ministre Wen Jiabao. Il visitera Beijing, Sanya et Bo'ao.

Q : Les manifestants contre le relais de la flamme olympique sont non seulement des sécessionnistes pour l'« indépendance du Tibet », mais aussi des défenseurs des droits de l'homme et des Ouïgours. Que pense la Chine de ces protestations ?

R : Quelle que soit son opinion sur le gouvernement chinois, il est une bêtise de monter une farce politique à l'occasion des JO, notamment au moment du passage de la flamme olympique qui est une fête pour les peuples du monde entier. Les gens doivent connaître les mesures politiques pratiquées en Chine à travers leur propre expérience. Pour ce qui est des droits de l'homme, la Chine a obtenu de grands progrès ces dernières années et le peuple chinois les vit réellement. Nous avons une société davantage pluraliste, les droits fondamentaux et la liberté des citoyens chinois sont assurés effectivement. Le gouvernement chinois poursuivra ses efforts pour promouvoir la cause des droits de l'homme. Certains tentent de faire du bruit, soit pour exercer une pression sur le gouvernement chinois à travers les soi-disant problèmes des droits de l'homme, soit pour provoquer, à l'occasion des JO, un tapage sur certains sujets pour ternir l'image de la Chine, autant sont des actes irraisonnables et voués à l'échec.

Q : A ma connaissance, le Président de la Commission européenne et des officiels européens arriveront en visite en Chine le 24 courant pour discuter des relations économiques et commerciales sino-européennes. Quels résultats la Chine attend-elle ? Ces entretiens contribueront-ils au développement sans à-coups des relations économique et commerciale Chine-UE ?

R : Vous parlez du Dialogue économique et commercial de haut niveau Chine-UE. Les préparatifs sont en cours entre les deux parties. Nous souhaitons que ce dialogue puisse démarrer au plus tôt. Les informations s'y rapportant seront rendues publiques lorsque le programme sera défini.

La Chine et l'UE sont liées par un partenariat global stratégique. Le développement durable et régulier de leurs relations est dans l'intérêt des deux parties. Les relations économique et commerciale Chine-UE qui gagnent en maturité sont saines, régulières et mutuellement avantageuses. L'UE est devenue le plus grand partenaire commercial de la Chine, et la Chine, le deuxième partenaire commercial de l'UE. Le volume d'échanges commerciaux en 2007 a franchi le cap des 356 milliards de dollars US. Nous entendons renforcer ces liens avec l'Europe pour élargir la coopération multisectorielle et élever le niveau de cette coopération, afin qu'elle profite réellement aux populations chinoise et européenne.

Q : J'ai deux questions. La première : selon des reportages, lors du passage à l'étranger de la torche olympique, menacé par des éléments pour l'«  indépendance du Tibet », on a dû éteindre la flamme et changer de modalité de relais. Cela est dû à une défaillance des mesures de sécurité ou à une sous-estimation de la part des organisateurs du relais de la puissance des éléments pour l'« indépendance du Tibet » à l'étranger ? Au moment des JO à Beijing, comment fera la Chine pour que les compétitions ne soient pas perturbées par des problèmes de sécurité ? Deuxième question, des médias japonais ont déclaré l'installation d'un téléphone rouge en ce mois entre les autorités militaires de la Chine et du Japon. Veuillez le confirmer. Après l'établissement de cette ligne, quels seront les sujets abordés par les deux parties dans leur communication ?

R : La retransmission télévisée a clairement montré ce qui s'était passé à Paris lors du passage de la flamme olympique. Je viens de dire que la flamme n'a jamais été éteinte. La partie française a fait des efforts pour assurer un relais sans à-coups de la flamme à Paris. Et la farce montée par des forces pour l'« indépendance du Tibet » devant le public a montré pleinement leur véritable intention, celle du sabotage et de la violence.

Quant à la sécurité pendant les JO, nous sommes pleinement confiants que les jeux se dérouleront en toute sécurité à Beijing.

S'agissant du téléphone rouge entre les autorités militaires de la Chine et du Japon, les départements de défense des deux pays maintiennent activement des contacts selon le consensus dégagé entre les chefs d'Etat chinois et japonais pour intensifier le dialogue et les échanges en matière de sécurité. Vous pouvez vous adresser au Ministère de la Défense nationale pour avoir les détails à ce sujet.

Q : Au sujet du relais de la torche olympique à San Francisco, la Chine a-t-elle fait des démarches auprès des Etats-Unis ? Qu'attend la Chine de la visite du Premier Ministre Kevin Rudd ? Sur le dossier nucléaire iranien, la Chine envisage-t-elle d'avancer un projet précis lors de la réunion à six parties, notamment en ce qui concerne le projet iranien d'enrichissement d'uranium ?

R : Les parties chinoise et américaine coopèrent étroitement en ce qui concerne les dispositifs pour le relais de la torche olympique à San Francisco. Nous sommes convaincus que le relais aura lieu sans à-coups aux Etats-Unis. Nous tenons à avertir tous ceux qui tentent de perturber et de saboter le relais de la torche : A rien n'aboutiront leurs tentatives de profiter des JO pour noircir l'image de la Chine et exercer la pression sur la Chine afin de réaliser des objectifs inavouables. Seul un but peut être atteint, celui de montrer une fois de plus devant les peuples du monde entier leur objectif dangereux et leur visage de saboteur.

Quant à la visite du Premier Ministre Kevin Rudd, Nous espérons que cette visite sera une autre occasion pour la Chine et l'Australie d'envisager et de gérer leurs relations dans une optique stratégique, de renforcer leurs échanges et coopération et d'intensifier la compréhension et la confiance mutuelle entre elles en vue d'un développement durable, sain et régulier de leurs relations bilatérales. Les relations entre les deux pays maintiennent un bon élan de développement, marqué par de multiples échanges de visites de haut niveau, des échanges et coopération efficaces dans des domaines aussi vastes que l'économie, le commerce, l'énergie, les ressources naturelles, les sciences, l'éducation, la culture et la protection de l'environnement, ainsi que des consultations et coordinations étroites sur des questions régionales et internationales d'importance majeure. L'année dernière, le volume des échanges commerciaux Chine-Australie a atteint 43,84 milliards de dollars US, battant le record historique. La Chine est actuellement le premier partenaire commercial de l'Australie et les relations entre les deux pays sont entrées dans la meilleure période de leur développement, avec de larges perspectives devant elles. Nous espérons que la visite du Premier Ministre Kevin Rudd contribuera à élever le niveau de la bonne relation de coopération existant entre la Chine et l'Australie.

Sur la Réunion des directeurs généraux des six pays à Shanghai, je viens de vous donner des informations concernées. La réunion a pour but de matérialiser la déclaration conjointe des Ministres des Affaires étrangères des six pays publiée début mars, d'apporter une solution pacifique, par voie de dialogue et négociations, au problème nucléaire iranien, et de chercher une solution pour reprendre les négociations sur le dossier nucléaire iranien. La Chine entend y jouer un rôle actif. Nous sommes persuadés que les efforts communs des six parties permettront à la réunion de Shanghai d'aboutir à des résultats positifs.

Q : Selon des sources, des officiels du Comité international olympique (CIO) ont dit que le trajet du relais de la flamme olympique serait écourté. Veuillez confirmer cette information.

R : Je ne suis pas au courant de tels propos. J'ai noté que le Président du CIO Jacques Rogge a dit que tout acte de violence va à l'encontre des valeurs olympiques. Le CIO n'est pas d'accord avec ceux qui veulent boycotter les JO de Beijing. Les JO étant une fête pour toute l'humanité, il ne faut pas introduire la politique dans les sites des compétitions.

Q : Concernant le relais de la flamme olympique, le gouvernement chinois a-t-il demandé aux pays de passage d'augmenter le degré de sécurité ?

R : Assurer un relais sans à-coups de la flamme olympique est non seulement dans l'intérêt du peuple chinois mais aussi dans l'intérêt des peuples du monde entier. La flamme olympique appartient à tous les peuples du monde. Tous les pays considérant le passage de la flamme sur leur territoire comme une fierté y accordent une grande importance et prennent des mesures actives dans leur coopération avec la Chine, afin d'assurer un relais de la torche sans à-coups. Nous avons la certitude que grâce à l'attention et au soutien de tous les peuples du monde, la flamme olympique fera bien son tour du monde, et que le relais de la torche contribuera au rayonnement de l'esprit olympique et des concepts d'harmonie, de paix, de développement et de l'amitié.

Je vous remercie de votre présence. A la prochaine.

Suggest To A Friend
  Print